actuellement 16328 films recensés, 2757 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Abraham N. Bayili
publié le
03/04/2011
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Nébilibié A. Bayili




Sarah Bouyain, réalisatrice


Dorylia Clamel (Amy), dans Notre étrangère


Seydou Gueye et Assita Ouédraogo, photo extraite du film


Dorylia Clamel (Amy), dans Notre étrangère


Assita Ouédraogo (Mariam), dans Notre étrangère


Nathalie Richard (Esther), dans Notre étrangère


Jérôme Sénélas, dans Notre étrangère


Nadine Kambou Yéri, dans Notre étrangère


Dominique Reymond, dans Notre étrangère


Blandine Yaméogo (Acita), dans Notre étrangère


Nadine Kambou Yéri, Blandine Yaméogo et Dorylia Calmel, dans Notre étrangère


Tournage de Notre étrangère. Sarah Bouyain avec Nadine Kambou Yéri (t-shirt blanc) Dorylia Calmel (sur le banc, au fond) et Blandine Yaméogo, assise sur le banc.

retour
 
Notre étrangère, de Sarah Bouyain
Le métissage, race de l'avenir ?
FESPACO 2011

Notre étrangère est le premier long métrage de la cinéaste franco-burkinabèe Sarah Bouyain. Amy, jeune métisse d'une vingtaine d'années quitte Paris pour Bobo-Dioulasso à la recherche de sa mère génitrice qu'elle n'a plus vue depuis l'âge de huit ans. Ni blanche chez les Blancs ni noire chez les Noirs, Amy se sent étrangère aussi bien en France qu'au Burkina Faso. Une fiction en forme d'autofiction.

Sarah Bouyain est née d'un père métis burkinabè et d'une mère française. Elle est métisse par ses traits physiques et par sa conception biologique. Amy, le personnage principal de "Notre étrangère" est né d'un père français est d'une mère burkinabè. A l'évidence, le lien est étroit entre l'histoire du personnage
et celle de l'auteure. C'est sans doute pour cela que le film s'intitule
Notre étrangère en ce sens que le titre met en valeur le sujet de la fiction.

La question "d'être étranger" est donc la thématique centrale du film. Elle est mise en évidence par le chassé-croisé entre Amy et Mariam.
Amy est prise pour une Blanche par le taximan qui la dépose à son domicile familial à Bobo-Dioulasso. Elle est étrangère, parce qu'elle ne comprend pas le dioula, langue locale parlée par la tante. Et elle est étrangère, parce qu'elle ne se retrouve plus dans sa ville natale. De plus, la réalisatrice montre à travers une séquence que son personnage central n'a pas une grande connaissance du mode de vie et de l'art vestimentaire africain. Vêtue d'un complet pagne, Amy a du mal à bien marcher. Elle trébuche et tombe.

Pourtant, la jeune fille porte l'Afrique dans son coeur. Elle a toujours pensé à l'Afrique parce que c'est là-bas que sa mère vit. D'ailleurs dans sa chambre à Paris, on aperçoit une carte de l'Afrique collée au mur. Par le jeu de la caméra, on ne sent pas de rupture entre l'Afrique et l'Europe. L'ellipse utilisée conduit directement le personnage principal en Afrique : elle est chez un tailleur à Paris et quand elle sort avec le tailleur pour aller à moto chez sa tante, c'est un safari qui de toute évidence a lieu au Burkina Faso et non en France. Si Amy est étrangère au Burkina Faso et en France, Mariam, qui est à la fois professeur de dioula et femme de ménage, est quant à elle étrangère en France. Elle porte en elle des désirs inassouvis.
Elle a toujours l'Afrique en tête. C'est sa terre natale, le lieu de son passé. Un passé si douloureux qui la plonge dans une solitude d'ordre nostalgique.

Qui sommes-nous et d'où venons nous ?
Il n'y a qu'une seule race au monde, celle des humains. Sur ce plan nous sommes tous étrangers, de simples passagers sur la terre. Les barrières raciales naissent de l'imagination des hommes. Désormais, il y a des Blancs, des Noirs, des Jaunes, des Mulâtres, des Métis, etc. Amy ne symbolise-t-elle pas la race de l'avenir ?
N'est-elle pas l'image de la nouvelle France ? Une France tricolore ou plutôt "triraciale" : Black, blanc, beur. Une évidence bien visible au niveau des sportifs et des artistes. A en croire Sarah Bouyain, Marie Ndiaye (romancière), Karim Benzema (footballeur), etc. le métissage n'est-il pas la race de l'avenir ?

Nébilibié A. Bayili,
Burkina Faso

Paru le Mardi 1er mars 2011, Bulletin Africiné n°13 - Ouagadougou (Burkina Faso), FESPACO 2011 - n°2, pp. 1 et 4.

haut de page


   liens films

Notre étrangère (The Place in Between) 2010
Sarah Bouyain


   liens artistes

Bouyain Sarah


Calmel Dorylia


Kambou Yéri Nadine


Ouédraogo Assita


Reymond Dominique


Salbot Sophie


Yaméogo Blandine


   évènements

26/02/2011 > 05/03/2011
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2011 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
22e édition

   liens structures

Africalia
Belgique | Bruxelles

Africultures
France | Les Pilles

Africultures Burkina Faso
Burkina Faso | Ouagadougou 09

ASCRIC-B
Burkina Faso | OUAGADOUGOU

Colifilms
France | PARIS

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

Ministère des Affaires étrangères (France)
France | Paris

Moa Distribution
Suisse | LAUSANNE

Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud)
Pays-Bas | AMSTERDAM

   liens festivals


festival | Burkina Faso | Ouagadougou

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page