actuellement 17666 films recensés, 2961 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Christelle Mbaya Ndaya
publié le
09/04/2011
films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
les commentaires liés à cet entretien

Christelle Ndaya MBAYA


Sibi, l'âme du violon


Michel K. Zongo, réalisateur

retour
 
K. Michel Zongo : "La modernité doit rester, il faut qu'elle s'accorde avec le traditionnel"
FESPACO 2011

La première projection du documentaire burkinabé, Sibi l'âme au violon, s'est tenu dimanche 27 février 2011 dans l'enceinte du cinéma Neerwaya au milieu d'un public venu en masse. K. Michel Zongo, le réalisateur, revient sur ses motivations et l'importance du métissage des cultures.

Pourquoi avoir décidé de faire un documentaire sur un joueur de violon ?

Michel Zongo :
Il y a deux raisons.
D'une part, je voulais filmer mon frère et ses qualités et d'autre part, il était important pour moi que sa musique soit archivée.

Comment expliquez-vous le paradoxe qui existe entre le fait que Sibi au départ refuse toute modernité et qu'à la fin du film, il accepte d'être accompagné par un rappeur dans un studio.

M. Z :
Je désirais une démarche de va-et-vient entre le violoniste et le rappeur afin de cerner un élément capital : autant le rappeur pose ses mots sur l'instrument de Sibi, autant Sibi met son instrument sur les mots du rappeur pour qu'ils aboutissent à une belle création. Cela sous-entend que si ces deux protagonistes se sont accordés sur quelque chose, c'est qu'il y a eu tolérance. D'où est née une cuisine musicale qui amène les artistes à voyager et à aller puiser dans la modernité ou la tradition.

Quel serait votre message ?

M.Z :
Si la modernité doit rester, il faut qu'elle s'accorde avec le traditionnel.

Propos recueillis par Christelle Ndaya MBAYA
Sénégal/Congo

haut de page


   liens films

Sibi, l'âme du violon 2011
Michel K. Zongo

Ti-Tiimou (Nos sols) 2009
Michel K. Zongo


   liens artistes

Zongo Michel K.


   vnements

26/02/2011 > 05/03/2011
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2011 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
22e édition

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>