actuellement 18064 films recensés, 3113 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Stéphanie Dongmo
publié le
10/07/2011
films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
les commentaires liés à cet entretien

Stéphanie Dongmo


Chantal J. Nlend, réalisatrice


Ecrans Noirs 2011

retour
 
Chantal Julie Nlend, écrivain, réalisatrice
"L'écriture m'a amenée au cinéma"
Festival Ecrans Noirs 2011
Auteure de quatre romans, elle a réalisé le documentaire La liste (2011, 52 mn), en Compétition Officielle dans la catégorie "Ecran d'Afrique centrale Charles Mensah".

Vous êtes écrivaine et réalisatrice aussi, depuis peu. Qu'est-ce qui vous a amené au cinéma ?

C'est l'écriture qui m'a amenée au cinéma. Quand je publie mon deuxième roman [Ménages d'Afrique, Puy, 2005], beaucoup de gens y ont vu des traces d'une série en dix épisodes. Cela m'a donné l'idée de faire un scénario avec mon précédent roman, qui portait sur le même thème [Batailles de bâtard, Proximité, 2004]. C'est ainsi que j'écris mon premier scénario qui a été réalisé par un jeune camerounais, M. Yando.
Les difficultés que j'ai rencontrées pour produire ce film m'ont poussé à me demander ce que cela serait si je l'avais réalisé moi-même. C'est comme cela que j'ai commencé à faire mes premiers pas dans la réalisation.

Et là, votre quatrième film est en compétition aux Écrans noirs...

C'est ma quatrième expérience dans le cinéma. Dans le premier film, La cicatrice, sorti en 2008, j'ai été scénariste et productrice. En 2009, je suis allée au Fespaco, à Ouagadougou. C'est là où j'ai vraiment pris des appétits pour le cinéma. J'ai vu beaucoup de films et je me suis dit que cela ne devait pas être la mer à boire pour être réalisatrice. Aussi, j'ai réalisé moi-même deux documentaires : Merveilleuse Marza et Le commerce de la mort.
Mais les gens m'ont dit que ces documentaires ressemblaient plutôt à des reportages. Je reconnaîs que je n'avais pas assez d'armes. Mais depuis, je me suis lancée dans la lecture, les ateliers de formation et les forums, et ça commence à aller. Je suis par ailleurs guidée par Cyrille Masso, qui est une grande porte du cinéma au Cameroun. Avec son aide, j'ai réalisé le documentaire en compétition à ce festival.

De quoi est-il question dans ce film ?

La liste, c'est tout simplement un travail sur la dot. De plus en plus, nos jeunes commencent à se mettre dans le "viens, on reste" [concubinage, ndlr] qui nous désespère, nous les parents. En étudiant le problème, je me suis rendu compte qu'il est lié au manque de moyens financiers.
Aujourd'hui, les jeunes n'ont plus de bourse à l'université. Et même après l'université, ils ne trouvent pas de travail. Mais, ils ont tout de même des besoins physiologiques qui les poussent à se mettre ensemble. Et quand ils ont le courage de vouloir légaliser leur union, les parents leur demandent une dot exorbitante.
Quand un jeune doit dépenser un, deux, trois millions de Fcfa, seulement pour doter une femme, avec le cours de la vie actuelle, quand est-ce qu'il va prendre sa famille en charge ? Je pense que j'ai réussi à démontrer dans ce film que la dot est un frein au mariage.

Mais c'est un sentier que vous avez déjà battu dans vos romans...

Oui. J'ai l'aptitude de publier au moins deux romans par an. Mais les gens ne lisent pas; c'est comme si j'écrivais pour moi-même. Aussi, pour faire passer mes messages, je vais les porter à l'écran, autant que mes moyens me le permettront.

Mais est-ce qu'il suffit d'avoir la volonté pour faire des films ?

Non, il faut avoir des aptitudes intellectuelles, un moral de fer et une persévérance à toute épreuve. Etant fonctionnaire moyen [elle est technicienne en sciences pharmaceutiques], j'ai pris mon salaire de toute une année pour produire un documentaire, sur la base du bénévolat des acteurs. Ce n'est pas facile, d'autant plus que vous n'êtes pas sûr de rentrer dans vos frais. De toutes les façons, pour le moment au Cameroun, on n'est pas encore prêt de faire les comptes de la culture. Mais quand on est mordu, on continue.

Propos recueillis par
Stéphanie Dongmo

article paru dans la revue Mosaïques (Yaoundé), - ÉDITION SPÉCIALE Nº 003 du 25 Juin 2011, page 3.
Dans le cadre de l'atelier de formation à la critique initié par la Cameroon Art Critics (CAMAC) et animé par Jean-Marie Mollo Olinga (FACC) et Klaus Elder (FIPRESCI)

haut de page


   liens films

Cicatrice (La) 2007
Léopold Magloire B. Yando

Liste (La) 2011
Chantal Julie Nlend


   liens artistes

Nlend Chantal Julie


Yando Léopold Magloire B.


   vnements

18/06/2011 > 25/06/2011
festival |Cameroun |
Ecrans Noirs 2011
15ème édition. Thème : Le cinéma africain et ses acteurs

   liens structures

Cameroon Art Critics (CAMAC)
Cameroun | YAOUNDÉ, DOAUALA

Jour (Le)
Cameroun | Yaoundé

Mosaïques
Cameroun | YAOUNDÉ

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>