actuellement 17137 films recensés, 2887 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Martial Ebenezer Nguéa
publié le
04/08/2011
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse

Le regretté Toussaint Adrien Eyango


Martial E. Nguéa

retour
 
Décès de Toussaint Adrien Eyango
Un réalisateur social

Le cinéaste camerounais a définitivement quitté le monde des pellicules et des pixels le 12 juillet dernier à Yaoundé, des suites d'une maladie, à l'âge de 52 ans.

Il avait clairement compris qu'un cinéaste, ça ne bavarde pas, ça cogite sur son œuvre. Ce, malgré la maladie qui le rongeait viscéralement, il restait cramponner sur son travail de créateur. Toussaint Adrien Eyango a finalement passé l'arme à gauche, sans avoir mener à terme son projet de troisième long métrage dont le titre provisoire était Embarras. C'est dans un bien triste embarras qu'il a mis tous ses collègues et sa famille ce mardi 12 juillet 2011 où, après plusieurs comas, il lâcha le souffle sans crier gare.

Né le 05 mars 1959 à Douala, Toussaint Adrien Eyango arrive au cinéma par passion. Il passe quelques temps sur les plateaux de Dikongué Pipa comme Assistant. Sa carrière de cinéaste débute officiellement en 1990 où il obtient un diplôme de Réalisateur et metteur en scène de EDUCATEL, une école de Paris spécialisée dans la formation à distance en France. Très tôt, il entame son chantier de projet.
En 1997, il réalise son premier film intitulé Les Ridicules. Le film est très peu vu mais il participe au Festival Panafricain de Cinéma de Ouagadougou (Fespaco) en 1998, puis au festival de télévision (Festel) au Cameroun.
Parmi ses films, Bana ba Nyué (Les Orphelins) (Cf, www.africine.org) sorti en 2006 est le plus connu.

Style et engagement social

Le film Bana ba Nyué (Les Orphelins) pose une question très courante dans les sociétés africaines en pleine mutation. Partagées entre l'invasion de l'urbain, ces sociétés ont maille à partir avec les maux tels la sorcellerie, la magie, les meurtres et autres épiphénomènes qui se transposent du village à la ville. En réalité, le réquisitoire de Toussaint s'implante dans ce qu'il considère comme une espèce de dégradation morale.
Dans le propos, c'est un portrait social assez précis avec une fratrie de trois : deux hommes (Eyoum, Dina) et une seule femme, Ndomè. Ironie du sort, Dina, le benjamin, a réussi à avoir une situation confortable dans la société. Ses frères envient terriblement sa situation au point où ils n'hésitent pas à attenter à sa vie par plusieurs manières. Même outre-tombe, ils continueront à déverser leur fiel sur sa progéniture.

Très classique dans son écriture, Toussaint Adrien Eyango a usé d'une technique très chère à Dikonguè Pipa. Beaucoup de flash-backs et flash-forwards, puis une histoire assez romanesque de ses personnages. Dans le cas d'espèce, Ndomè et Eyoum, deux voyous sociaux qui conspirent contre toute évolution, après avoir suffisamment hypothéqués leurs vies. C'est un récit très célèbre dans la tradition Sawa (le grand littoral camerounais) dont il était originaire.
Cette histoire trouve un fondement dans les épopées racontées autour du feu ou à bord d'une pirogue, pagayant dur sur les rives du fleuve Moungo. Bana ba Nyué a été diffusé plus d'une quinzaine de fois sur la chaîne de télévision Africa Magic et dans plusieurs festivals dont le Fespaco 2008.
Lors de son dernier Fespaco 2011, il faisait parti des rares cinéastes camerounais qui avaient des films à présenter. Il y sera abordé pour un contrat de diffusion du film par la maison de distribution Pub Neeré/Africa Distribution, distributrice du film populaire Docteur Folie de Michael Kamuanga, réalisateur congolais. Les débats devraient se clore au mois d'août prochain. Hélas…

Il y a deux ans, avant de prendre de quitter ce monde, il a tenu une dernière fois à nous livrer son Bébé joan (2009), le film qui a fait de lui un prestigieux invité à Cannes 2010 en participant au programme short film Corner de Cannes 2010. Le film a été sélectionné à la 15ième édition du Marché international de la télévision et du cinéma (MICA) à Ouagadougou au Fespaco 2011. Une mise en boîte d'une histoire d'enfant soigneusement mis en boîte pendant un an, suivant un rituel observé à la lettre. Soit, Avant d'exister, le film s'est alors nourri de milliers de remarques des confrères. Parmi Les plus proches, on compte Arthur Si Bita, le réalisateur du long métrage Les Coopérants (1983) qui a fait pendant longtemps office de conseiller à la réalisation de tous ses films, Rosalie Essindi Mindja, Véronique Mendouga et sans oublier Edimo Dikobo, l'un de ses acteurs de Bana ba Nyué.

Réputé réservé, voire timide Toussaint Adrien Eyango était un cinéaste de pure souche. Entre son travail d'enquêteur à la société de sécurité sociale du Cameroun (CNPS), il trouvait le moyen de parler cinéma et écrivait ses films tard dans la nuit. Pour sa famille, il était atteint de la boulimie du travail. Il sortait très tôt et se couchait très tard. Ses énergies se trouvaient dans les échanges qu'il multipliait avec les jeunes cinéastes en général. Plusieurs fois face à la critique, il trouvait toujours du temps à égrener les générations qu'il a vu se succéder au cinéma.

Pour Bana ba Nyué, il a fait un casting torride des acteurs, stars du petit écran camerounais et des films à la poussée internationale. Parmi ceux-ci, Bibi Kouoh, l'héroïne du film Les Blessures inguérissables (2008) de la jeune Hélène Patricia Ebah, Louise Nseke, une chanteuse qui joue les inspecteurs de police et Salomon Tatmfo alias Essola, héros du feuilleton télévisé L'Orphelin de Ndamba Eboa qui a fait mouche à la télévision nationale dans les années 80. D'autres œuvres de commande contribuent également à étoffer cette filmographie qui en était encore à sa construction : Le devoir (2002) et Le Repentir actif (2003).

A 52 ans, il laisse une veuve et cinq enfants et les nombreux collègues sans oublier les populations de son village natal Grand Souza, près de Douala, qui ont toujours participé à son cinéma.

Martial Ebenezer Nguea

haut de page


   liens films

Bana ba Nyué (Les orphelins) 2006
Toussaint Adrien Eyango

Bébé Joan 2009
Toussaint Adrien Eyango

Blessures Inguérissables (Les) 2007
Hélène Ebah

Coopérants (Les) 1983
Arthur Si Bita

Devoir (Le) 2003
Toussaint Adrien Eyango

Repentir actif (Le) 2004
Toussaint Adrien Eyango


   liens artistes

Dikobo Edimo


Dikongué Pipa Jean-Pierre


Ebah Hélène


Eyango Toussaint Adrien


Kouoh Bibi


Mendouga Véronique


Mindja Essindi


Nseke Louise


Si Bita Arthur


Tatmfo Salomon "Essola"


   liens structures

Cinépress
Cameroun | Yaoundé

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page