actuellement 18056 films recensés, 3107 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Dorothée Danedjo Fouba
publié le
24/08/2011
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique


retour
 
Adieu, d'Ange Nfonman
Près du baccalauréat, proche du but
L'histoire d'amour de deux adolescents donne subtilement des détails sur les conditions de préparation réelle de cet examen.

Tourné en plusieurs scènes extérieures, le long métrage du réalisateur
en herbe Ange Nfonman exprime le désir de liberté des jeunes dès les
premières images. Une liberté très proche du libertinage, que les acteurs principaux Ndolo et Annick cherchent dans leur mental et dans leur coeur. Ndolo est à la quête d'un baccalauréat scientifique et doit faire des travaux d'études poussés en groupe.
Pendant ce temps, il lutte pour la conservation d'une relation amoureuse avec Annick. La jeune fille est par ailleurs sans emploi, elle ne fréquente aucun établissement scolaire et habite un logement modeste.
Loin des relations basées sur le profit pécuniaire, l'histoire se noue radicalement avec l'entrée en scène d'un troisième larron, "la meilleure copine" d'Annick. Intox et contre vérités vont alors se mêler pour compliquer la vie à l'amour et à l'avancée vers la réussite scolaire.
Les scènes intérieures se multiplient. Des scènes de flirts intimes, plus intimes que l'auraient pensé d'autres réalisateurs Camerounais, font leur apparition. En moins d'une heure, les musiques choisies avec soin vont s'imbriquer aux messages des séquences, aux actes à l'écran, au passage de la liberté à l'emprisonnement moral progressif des deux acteurs principaux.

Cette production, en format VCD, est vendue et distribué au porte à porte dans le pays par le groupe d'acteurs les Savants Illettrés et le label Moungo Vision Production. Ce qui accroit l'idée d'une production artisanale aux relents artistique professionnel. Bien que les finitions auraient pu être améliorées pour le plaisir des cinéphiles.

Dorothée Danedjo Fouba

article paru dans la revue Mosaïques. Arts et cultures du Cameroun (Yaoundé), - N°009 - Août 2011, page 9.
CONTACTS.
Tél : 237 96 37 59 42 / 237 75 35 58 34
Mail: mosaiqueslemag@gmail.com
Retrouvez Mosaïques à...
Yaoundé : Espace culturel OTHNI (96 09 43 72)
Centre culturel Francis Bebey (99 77 10 99),
Librairie Equinoxe (CLÉ)
Centre culturel François Villon / Douala (99 69 96 96)
Bafoussam : au restaurant-théâtre "Chez Denise", près du monument Wanko. (99 99 40 65 / 96.17.09.24)

haut de page


   liens films

Adieu 2011
Ange Nfonman


   liens artistes

Nfonman Ange


   liens structures

Cameroon Art Critics (CAMAC)
Cameroun | YAOUNDÉ, DOAUALA

Mosaïques
Cameroun | YAOUNDÉ

Moungo Vision Production
Cameroun | Douala

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>