actuellement 16319 films recensés, 2756 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatou Kiné Sène
publié le
07/01/2012
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse

Missa Hébié, réalisateur burkinabè


Selma Bargach, réalisatrice marocaine


Fatou Kiné Sène












Mansour Sora Wade




Ben Diogaye Bèye



retour
 
Festival image et vie - Edition spéciale (janvier 2012)
Face aux jeunes réalisateurs : les aînés livrent les secrets d'un métier…
La Maison de la culture Douta Seck a servi de cadre le 5 janvier dernier à des réalisateurs (marocain, burkinabé et sénégalais) pour échanger sur leurs expériences du cinéma. Une façon de donner les us et astuces aux jeunes.

Il n'y a pas de secret pour réussir dans le cinéma. C'est la conviction du réalisateur burkinabé Missa Hébié. Il est à Dakar avec la cinéaste marocaine Selma Bargach pour le festival spécial "Le meilleur du cinéma".
Jeudi 5 janvier 2012, lors d'une rencontre organisée en partenariat avec l'Association sénégalaise de la critique cinématographique à Douta Seck, Hébié soutient que "ce métier demande du courage". Ce n'est pas certes facile. Sinon, le jeu n'en vaut pas la chandelle ou "la peine de s'engager". La première des choses est de se former. "Vous voulez faire quelque chose, il faut étudier", martèle-t-il. Le réalisateur du film Le Fauteuil (2009) a débuté dans le cinéma dans les années 80. Le Bac en poche, il fréquente l'Institut africain d'éducation cinématographique (Inafec), à Ouagadougou.



En plus de stages de six mois au Canada, en Belgique, il travaille à la télévision, fait des émissions et courts-métrages pour l'audiovisuel. Il a assisté des cinéastes dont Idrissa Ouédraogo, Pierre Yaméogo. Il a été régisseur sur le film Madame brouette du Sénégalais Moussa Sène Absa. Le cinéaste ne veut pas dissuader les jeunes. Mais plutôt qu'ils ne s'attendent pas qu'on leur offre tout sur un plateau d'or. "Soyez durs, n'ayez pas peur de prendre des risques", explique le réalisateur burkinabé qui révèle avoir financé son premier long-métrage Le Fauteuil avec les bénéfices de sa série télévisée Commissariat de Tampy.

Pour réussir un film, il y a plusieurs étapes à franchir. Il faut être convaincu de ce que l'on veut raconter, du message à faire passer en choisissant un bon thème. Sinon, on passe à côté de la plaque. La deuxième barrière à franchir, c'est le travail du scénario. Il a plus de chance d'être abouti si vous collaborez avec des scénaristes. Car, comme dit la réalisatrice marocaine Selma Bargach, ce n'est pas possible d'être à la fois réalisateur, producteur, scénariste, technicien.
C'est pourquoi le cinéaste sénégalais Mansour Sora Wade parle d'un art collectif. Pour lui, la faiblesse de plusieurs films se trouve au niveau du scénario et du montage. Comme la Marocaine, il affirme qu'il faut avoir le courage de travailler avec des personnes compétentes dans leurs domaines. Pour son film La 5ème corde (2011), Bargach a fait confiance à sa productrice pour se concentrer sur sa mise en scène, le décor et le jeu d'acteur.



La pression pour ce premier long-métrage l'a poussé à beaucoup travailler avec des scénaristes lors d'ateliers, de rencontres pour enrichir pendant deux ans l'intrigue, le développement des personnages. Et pour cela, un bon casting permet d'avoir des comédiens et choisir les meilleurs techniciens.

"J'ai fait appel à des acteurs de la sous-région, deux Maliens, une Ivoirienne, un Sénégalais (Ibrahima Mbaye : Ndlr) pour mon dernier film En Attendant le vote (2011)", note Missa Hébié invité à Dakar par le groupe Image et vie dans le cadre du Festival spécial "Le meilleur du cinéma".
Le réalisateur Ben Diogaye Bèye lui s'attarde sur le support. Il estime que "le numérique est fantastique". Mais cela ne veut pas dire "un cinéma facile". Tout ce travail préliminaire permet d'avoir une idée du boulot à faire par rapport au budget disponible pour ne pas rencontrer de problème à la dernière minute.

…Où l'argent est le nerf de la guerre

Après tout cela, on est juste au début de la course. Hébié vous dira que vous avez juste un outil entre les mains. Il faut chercher les financements. Il paraît que c'est un parcours de combattant au Burkina, car au pays des Hommes intègres, il faut avoir des appuis politiques pour s'en sortir.
Même son de cloche au Sénégal. Là, le problème du financement est devenu très grave. Le réalisateur du film Le Prix du pardon (2002) estime que "les cinéastes sont quelque part fautifs de la situation". Il constate que "les subventions ont aidé à tuer le cinéma africain".
Les guichets ont disparu ou se sont élargis à d'autres horizons. Le Fonds Sud est devenu Fonds cinéma du monde où, pour y accéder, il faut être un dur parmi les durs. Le Fonds Afrique image n'existe plus. Il faut que nos pays africains sachent que le cinéma doit être intégré dans le développement comme cela se passe ailleurs. Si l'on met en pratique ces quelques conseils, on est sûr de réussir son film. Même s'il ne fait pas le tour du monde, il fera son bonhomme de chemin.

Fatou Kiné SENE

haut de page


   liens films

5ème corde (La) - الوتر الخامس 2011
Selma Bargach

Commissariat de Tampy 2006
Missa Hébié

En attendant le vote... 2010
Missa Hébié

Fauteuil (Le) 2009
Missa Hébié

Prix du pardon (Le) | Ndeysaan 2001
Mansour Sora Wade

Un amour d'enfant 2004
Ben Diogaye Bèye


   liens artistes

Bargach Selma


Bèye Ben Diogaye


Hébié Missa


Mbaye Ibrahima


Ndiaye Khalilou


Saâdi Rachida


Wade Mansour Sora


   évènements

03/01/2012 > 07/01/2012
festival |Sénégal |
Festival image et vie - Edition spéciale (janvier 2012)
Le Festival de Cinéma Image et Vie organise à Dakar du 3 au 7 janvier 2012, une édition spéciale intitulée "le meilleur du cinéma" avec des films récents ayant rencontré un public ou retenu l'attention des jurys des grands festivals.

   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

FAR (Films Afrique Réseau)
Sénégal | DAKAR

FASO Films.com
Burkina Faso | Ouagadougou

Image et Vie
Sénégal | Dakar

Janaprod
Maroc | CASABLANCA

Maison de la Culture Douta Seck
Sénégal | Dakar

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page