actuellement 16539 films recensés, 2790 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Thierno Ibrahima Dia
publié le
31/07/2012
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse

Chris Marker (1921 - 2012)

retour
 
Décès de Chris Marker, cinéaste anticolonialiste
Co-réalisateur du documentaire LES STATUES MEURENT AUSSI, il avait 91 ans
Je pense à un monde où chaque mémoire pourrait créer sa propre légende.
- Chris. Marker

Selon le quotidien parisien LE MONDE, le cinéaste et intellectuel français Chris Marker est décédé dimanche 29 juillet 2012, à l'âge de 91 ans. C'est son entourage qui a donné l'information ce lundi à l'Agence France Presse (AFP).
Réalisateur de courts et longs métrages ainsi que de documentaires, il avait collaboré avec Costa Gavras, Akira Kurosawa et Alain Resnais. Avec ce dernier, il avait coréalisé LES STATUES MEURENT AUSSI (1953).
Ce documentaire est commandé et produit par la revue Présence Africaine. Sous ce nom il y avait à la fois une Maison d'édition et une revue culturelle du Monde Noir unique en son genre. La revue avait été fondée en 1947 à Paris par le Sénégalais Alioune Diop, soutenu particulièrement par Cheikh Anta Diop, Jean-Paul Sartre, Léopold Sédar Senghor, Marcel Griaule, Georges Balandier, pour ne citer qu'eux. Deux ans plus tard, soit quatre ans avant le film, en 1949 plus précisément, la maison d'éditions était lancée avec succès. Depuis les années 60, Présence Africaine tient vitrine avec sa Librairie Présence Africaine au 25 bis rue des Ecoles, dans le cinquième arrondissement parisien, ouvert du lundi au samedi, sous la direction de Christiane Yandé Diop.
Ce court métrage de 30 minutes en noir & blanc est le second film français ouvertement anticolonialiste, après AFRIQUE 50 de René Vauthier (1950) tourné en Côte d'Ivoire.

Alain Resnais confie au quotidien Le Monde du 6-7 août 1995 : "On nous avait commandé un film sur l'art nègre. Chris Marker et moi sommes partis de cette question : pourquoi l'art nègre se trouve-t-il au Musée de l'Homme, alors que l'art grec ou égyptien est au Louvre ?
Ce qui devait être un simple documentaire sur l'art nègre devient dès lors un pamphlet anticolonialiste et antiraciste, une réflexion sur comment nous trouvons du pittoresque là où la communauté noire voit une culture."


S'inscrivant dans la tradition du cinéma de montage, le film est resté interdit plus d'une décennie et fut amputé d'un tiers. Commencé en 1951, achevé en 1953, il ne sera projeté intégralement qu'en 1968 après quinze ans d'interdiction, soit presque une décade après les indépendances africaines de 1960.

A travers l'art africain (statues, masques et bronzes), Alain Resnais et Chris Marker analysent les insoupçonnables méfaits du colonialisme sur les créations authentiques, liées à la spécificité de la culture panthéiste et magique de ces régions pour la remplacer, petit à petit, par une activité artistique commerciale mercantile et de série...

Ce film sur l'art africain est essentiel dans l'oeuvre de Marker, puisqu'il parait être sa première oeuvre (même s'il ne l'achève avec son co-réalisateur qu'en 1953 - certains ouvrages avancent même la date de 1954 - soit un an après OLYMPIA 52). Il retrouvera Alain Resnais pour un nouvel émouvant court métrage. C'est le documentaire sur l'abomination nazie : NUIT & BROUILLARD lui aussi amputé et censuré par l'effroyable bureaucratie française.

Cette poétique du fragment, du détournement sinon du retournement et du désastre fera fictionnalisée avec LA JETÉE en 1962. Universal Studios va acquérir les droits de ce court métrage fiction pour en faire un long métrage. Il s'agit de L'ARMÉE DES 12 SINGES, réalisé par Terry Gilliam avec Bruce Willis dans le rôle titre de James Cole (L'homme dans LA JETÉE).

SANS SOLEIL (1982), produit par Anatole Dauman avec Argos Films, est tenu pour certains comme le documentaire phare de Chris Marker, voire quasiment le meilleur film documentaire jamais réalisé, selon le catalogue du plus grand festival de films documentaires du continent africain : Encounters, en Afrique du Sud [voir ici]. La Guinée (donc encore l'Afrique) y a une bonne place, ainsi que d'autres nations : Japon, Islande, Cuba.

De son vrai nom Christian François Bouche-Villeneuve, le cinéaste est né en 1921 à Neuilly-sur-Seine, France. Écrivain, militant, cinéaste, photographe, internaute, critique, artiste multimédia, poète et journaliste, il laisse une oeuvre complexe, foisonnante et foncièrement humaniste.

Thierno I. Dia

A voir : www.chrismarker.org

haut de page


   liens films

Afrique 50 1950
René Vautier

Loin du Vietnam / Lejos de Vietnam 1967
William Klein, Alain Resnais, Agnès Varda, Joris Ivens, Claude Lelouch, Jean-Luc Godard, Michèle Ray, Marceline Loridan

Sans Soleil 1982
Chris Marker

Statues meurent aussi (Les) 1953
Chris Marker, Alain Resnais


   liens artistes

Diop Alioune


Diop Yandé Christiane


Marker Chris


Resnais Alain


Vautier René


   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Présence africaine
France | Paris

SOFRACIMA / La Sofra
France | PARIS

Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud)
Pays-Bas | AMSTERDAM

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page