actuellement 16358 films recensés, 2758 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Tahar Houchi
publié le
18/09/2012
» films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
» les commentaires liés à cet entretien

Christophe Cupelin, réalisateur du film Capitaine Thomas Sankara


Tahar Houchi (Africiné)




Thomas Sankara, à Harlem, USA / le 3 octobre 1984.


Capitaine Thomas Sankara de C. Cupelin


Capitaine Thomas Sankara de C. Cupelin


Locarno 2012


Thomas Sankara, 1987.


Thomas Sankara & Blaise Compaoré


Capitaine Thomas Sankara de C. Cupelin


Première du film / Visions du réel (Nyon) / 22 avril 2012



retour
 
Interview de Christophe Cupelin, réalisateur du film Capitaine Thomas Sankara
Sélection de la 65 édition du festival du film de Locarno
Tandis que la 65ème édition du festival du film de Locarno invite l'Afrique subsaharienne dans le cadre de son programme Open doors 2012, Christophe Cupelin présente son film "Capitaine Thomas Sankara" qui a remporté un franc succès public. Le film comme le titre l'indique est consacré au capitaine Thomas Sankara qui a dirigé la révolution burkinabèe et a été à la tête de l'État de 1983 à 1987, année de son assassinat.
Tantôt considéré comme Président des pauvres, tantôt comme porte-parole des laissés-pour-compte, il fut incontestablement un révolutionnaire non-conformiste dont la réputation a dépassé les frontières de son pays. Avec ce documentaire, le cinéaste suisse Christophe Cupelin, nous livre une chronique d'un assassinat annoncé et un portrait tendre de l'un des dirigeants les plus originaux, créatifs et importants que l'Afrique ait enfanté. Rencontre.

Il existe plusieurs films sur Thomas Sankara. Pourquoi un autre ?

D'une certaine manière, il n'y aura jamais assez de films sur Thomas Sankara, tant ce personnage a marqué l'histoire de son pays, du continent africain et dans une certaine mesure, du monde tout entier. Il représente une figure de chef d'État absolument sans équivalent dans l'histoire du 20ème siècle et cela promet certainement encore beaucoup d'autres œuvres à venir.



Le film est une sorte de balayage de son règne et de tous les changements positifs qu'il a imposés. Pourquoi un tel choix, alors que d'autres films s'intéressent à l'énigme de son assassinat ?

Je pense que le plus important et le plus intéressant, c'est de chercher à mieux connaître et à mieux comprendre la pensée et l'action de Thomas Sankara, plutôt que de se focaliser sur l'énigme de son assassinat. Personnellement, ce qui me frappe le plus dans la disparition de Thomas Sankara, c'est le fait qu'il n'ait pas réagi face aux menaces de mort répétées provenant de son entourage le plus proche. Thomas Sankara était conscient qu'il courait un grand danger et il a laissé faire. Pourquoi ? Comment ? Ce sont aussi des questions auxquelles le film essaie d'apporter des éléments de réponse, du moins de réflexion.

Le film est construit sous forme d'une chronique d'un assassinat annoncé. Vous avez aussi utilisé beaucoup les archives. Pourquoi ce choix ?

La particularité de mon film réside dans le fait qu'il est constitué à 95% d'archives. Il m'a semblé que c'était la forme la plus appropriée pour transmettre l'histoire du Capitaine Thomas Sankara et la manière la plus efficace d'en faire le portrait. Il s'agit plus de "ressentir" le personnage, plutôt que de "l'expliquer".

On vous sent subjugué par le personnage. Parfois, la distance s'efface. Est-ce que cela est voulu ?

Je crois que j'ai simplement essayé de faire le portrait de Thomas Sankara, en employant toute ma connaissance du personnage. Pour réaliser ce film, je me suis surtout laissé guider par mon vécu au Burkina durant la révolution, par la fréquentation durant vingt-cinq ans de diverses personnes qui ont connu Sankara de près ou de loin, et enfin par la lecture d'innombrables articles de presse, livres ou travaux universitaires.

A la fin, vous suggérez sans le soutenir l'implication de son ami Blaise Compaoré dans son assassinat. Silvestro Montanaro dans son film "Ombres africaines" évoque un plan de la CIA. Saura-t-on un jour la vérité ?

On connaît déjà une partie de la vérité… La vérité d'un fratricide entre deux frères de case où finalement, l'un succède à l'autre comme président. Ce que l'on n'a pas pu déterminer, c'est le niveau d'implication des responsabilités étrangères liées à l'assassinat de Sankara. La CIA ? La France ? La Côte d'Ivoire ? La Libye ? Des mercenaires libériens à la solde de Charles Taylor ? Et la liste n'est pas exhaustive.

Cela vous a pris combien de temps ?

Dans ma tête, j'ai commencé le film, il y a vingt-cinq ans… Plus concrètement, j'ai démarré le projet en 2007, à l'occasion de la commémoration internationale du 20ème anniversaire de la disparition de Thomas Sankara. Donc cinq ans, avec quelques périodes d'interruptions.

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

La principale difficulté rencontrée fut d'adapter le projet en fonction des aléas de la production. J'ai élaboré différents scénarios, mais le seul que j'ai finalement pu réaliser consiste en ce recueil d'archives.

Quel sera à votre avis l'accueil des festivals à ce film sachant qu'il suggère des choses dérangeantes ?

Pour l'instant, le film a reçu un très bon accueil des professionnels, du public et de la presse au festival Visions du Réel en avril dernier et au festival du film de Locarno ce mois d'août, tous deux en Suisse. J'attends seulement de voir si le film pourra passer au Burkina.

Retrouve-t-on aujourd'hui les traces de la pensée de Sankara au Burkina ?

Les traces de la pensée de Thomas Sankara sont nombreuses au Burkina et ailleurs dans le monde. "Tuez Sankara, il y aura des milliers de Sankara demain" prophétisait-il lui-même. Thomas Sankara était un visionnaire et c'est peut-être seulement maintenant que nous pouvons commencer à essayer de le comprendre. Parce qu'aujourd'hui, Thomas Sankara nous renvoie à notre propre actualité.

Propos recueillis à Locarno par Tahar HOUCHI.

haut de page


   liens films

Capitaine Thomas Sankara 2012
Christophe Cupelin

Ombres africaines 2009
Silvestro Montanaro


   liens artistes

Cupelin Christophe


Montanaro Silvestro


Sankara Thomas


   évènements

05/12/2011 > 13/03/2012
manifestation |Suisse |
Festival de Film de Locarno : Open Doors 2012 : appels à contributions

20/04/2012
festival |Suisse |
Visions du Réel 2012
18ème édition

01/08/2012 > 11/08/2012
festival |Suisse |
Festival International de Cinéma de Locarno 2012
65ème édition

28/02/2015 > 07/03/2015
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2015 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
24e édition. Thème : Cinéma africain : production et diffusion à l'ère du numérique''.

16/11/2015 > 21/11/2015
festival |Sénégal |
Ciné Droit Libre - Dakar 2015
2ème édition.

17/11/2015 > 24/12/2015
festival |France |
Africolor 2015
27e édition

   liens structures

AfricAvenir International
Cameroun | Douala IVè

Akka Films
Suisse | Bernex

Cineworx
Suisse | Basel

Doc & Film International
France | PARIS

Laïka Films
Suisse | Genève 11

Pubneeré
Burkina Faso | Ouagadougou

Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud)
Pays-Bas | AMSTERDAM

Vendredi
France | PARIS

   liens festivals


festival | Suisse | Locarno

haut de page

   vidéos
   

 

Capitaine Thomas Sankara
bande annonce

 

 

Interview de Christophe Cupelin | Capitaine Thomas Sankara
entretien

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page