actuellement 16359 films recensés, 2758 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Frédéric Serge Long
publié le
24/02/2013
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Nadine Otsobogo


Il était une fois... Naneth


Naneth, chanteuse gabonaise




























"40 mg d'amour par jour" (2005) de Charles Meurisse.


Prudence Maïdou et un jeune acteur, dans Songe au rêve (Nadine Otsobogo, 2006), avec Emil Abossolo Mbo, Omar Seck,


Maady Kan ? (Nadine Otsobogo, 2007)




Africiné, Le Leader Mondial (Cinémas africains & Diaspora)

retour
 
Nadine Otsobogo, porte-étendard du cinéma gabonais dans l'Hexagone
A la fois maquilleuse, réalisatrice et productrice, elle a pour credo : "Refuser le conformisme. S'ouvrir aux autres. Et faire".

La cinéaste gabonaise, Nadine Otsobogo, nominée à la 28e édition du Festival international du film d'Amiens avec son documentaire "Il était une fois Naneth", a bouclé tout récemment le tournage au Cap Estérias (30 km au nord de Libreville) de son court métrage intitulé "Elle s'amuse" [avec Laurent Owondo et Prudence Maïdou, NDLR].
Ce film raconte l'histoire d'un sculpteur sur pierre de Mbigou dont l'amour, l'amusement et le désir sont les principales sources d'inspiration.
Après avoir quitté la ville pour s'établir en pleine forêt, il se retrouve soudain en panne d'inspiration. Mais après sa rencontre avec une jeune femme avec qui il a entretenu une liaison amoureuse, son génie créateur est, par bonheur, relancé !



"Je voudrais démontrer que l'acte d'amour, au sens large, est un acte créateur et cocréateur", a expliqué Otsobogo, qui a déjà à son actif un film intitulé "Songe au rêve", sorti en 2006. "Le sexe n'est parfois que la voie pour atteindre l'amour qui transforme la vie et donne un sens au génie de l'artiste", assure-t-elle.

Née au Gabon il y a une trentaine d'années, Nadine Otsobogo est une vraie passionnée de cinéma. Elle exprime son art à travers l'imaginaire, la vie intérieure et la rencontre des humains, dans une perspective africaine, voire universelle.
Son credo tient en une phrase choc : "Refuser le conformisme. S'ouvrir aux autres. Et faire." Rien d'étonnant à ce qu'elle soit à la fois chef maquilleuse professionnelle, réalisatrice de documentaires et de courts métrages, et productrice. Un parcours pour le moins atypique qui mérite une mise en lumière.

Sa carrière commence par le maquillage professionnel. La jolie silhouette de celle que l'on a coutume d'appeler Nadine O', sillonnait les plateaux de télé et de tournage de films du monde entier, mais aussi les studios photos de Paris, Dakar ou de Ouagadougou, pour se faire un nom.

"En tant que maquilleuse, je suis en contact avec différents réalisateurs et techniciens. Toutes ces rencontres sont une source de formation et d'information", dit-elle.
Avec plus de quinze années d'expérience dans le maquillage, celle qui arbore régulièrement des chapeaux a fourbi ses armes dans une école d'esthétique cosmétique, et co-dirigé, pendant plus de trois ans, une agence de maquillage.

Elle a été maquilleuse dans certains films dont "Le Marsupilami et l'orchidée de Chixclub" de Alain Chabat (2012), "Le collier du Makoko" de Henri-Joseph Koumba Bididi (2011), "Un homme qui crie" de Mahamat-Saleh Haroun, "Demain dès l'aube" de Denis Dercourt (2008), "Ramata" de Léandre-Alain Baker), "L'absence" de Mama Keita, "L'Ombre de Liberty" de Imunga Ivanga, "Neg'marron" de Jean-Claude Flamand Barny (2005), "Et toi t'es sur qui ?" de Lola Doillon (2006), "Sexe, gombo et buerre salé" de Mahamat-Saleh Haroun, "Le Jardin de papa" de Zéka Laplaine (2004), "Moi et mon blanc" de Pierre Yaméogo (2000), "40 mg d'amour" de Charles Meurisse (2005).

40 mg d'amour par Jour / Dir : C Meurisse from LA MAIN PRODUCTIONS on Vimeo.



Son premier tournage est une fiction "Songe au rêve". Il a été réalisé et produit au Sénégal, sélectionné à Carthage et au festival Afrique Taille XL en Belgique. Nadine O' a aussi réalisé le documentaire "Il était une fois… Naneth", qui est une oeuvre biographique de la chanteuse gabonaise de renom. Ce film fait partie de la collection "Talents du Gabon" qui est une série de portraits documentaires produits par le Cenaci (Centre national du cinéma), aujourd'hui devenu l'IGIS (Institut gabonais du son et de l'image) et Playfilm en France.

"Maady kaan, Escale à l'école des sables" et "Kellé" sont mes premiers essais filmiques. Ce sont des films sur la danse et la rencontre. Je ne me suis pas posée la question si je devais les faire ou pas. J'ai juste pris ma caméra et j'ai foncé. Ensuite, trouver des monteurs qui ont eu le même sentiment et la même vision que moi. Les films plaisaient beaucoup aux danseurs et à mes amis, mais je n'osais pas les montrer à des inconnus. Quand le Festival CinéSud [Cozes, France, NDLR] a sélectionné "Maady Kaan", c'était un grand bonheur, une merveilleuse récompense", s'extasie Nadine Otsobogo.

En 2010, elle a créé Djobusy productions, une structure pour créer une dynamique dans la production gabonaise. Aller à la découverte des histoires originales en fédérant des personnes passionnées, curieuses et compétentes en Afrique et dans le reste du monde.
La coproduction est essentielle à tout projet de production. Dénicher des partenaires aussi bien financiers qu'humains, faire des films, les présenter dans des festivals, les marchés, les diffuser, réinvestir en faisant encore plus de films.

Frédéric Serge LONG

Article précédemment paru dans le quotidien L'UNION (Libreville) du Samedi 24 et Dimanche 25 Novembre 2012, page 11, union.sonapresse.com/

DIALEMI a le Partenariat d'Africiné (Dakar). Le court métrage de Nadine Ostobogo est en Première Mondiale au 23ème FESPACO (Burkina Faso)), section "Compétition - Courts Métrages".
* Projection : Dimanche 24 février 2013 - à 11h - salle Nerwaya.
* Projection : Mardi 26 février 2013 - à 14h - salle Burkina.

haut de page


   liens films

Absence (L') 2009
Mama Keïta (réalisateur)

Collier du Makoko (Le) 2011
Henri-Joseph Koumba Bididi

Dialemi 2013
Nadine Otsobogo Boucher

Escale à l'école des sables
Nadine Otsobogo Boucher

Il est une fois... Naneth 2007
Nadine Otsobogo Boucher

Jardin de Papa (Le) 2004
Zeka Laplaine

Kellé 2006
Nadine Otsobogo Boucher

Maady kan ? 2007
Nadine Otsobogo Boucher

Moi et mon Blanc 2000
Pierre Yaméogo

Neg Maron (et si le soleil ne revenait pas ?) 2004
Jean-Claude Flamand Barny

Ombre de Liberty (L') 2005
Imunga Ivanga

Ramata 2008
Léandre-Alain Baker

Sexe, gombo et beurre salé 2007
Mahamat-Saleh Haroun

Songe au rêve 2006
Nadine Otsobogo Boucher

Un homme qui crie 2010
Mahamat-Saleh Haroun


   liens artistes

Baker Léandre-Alain


Chabat Alain


Flamand Barny Jean-Claude


Haroun Mahamat-Saleh


Ivanga Imunga


Koumba Bididi Henri-Joseph


Laplaine Zeka


Maïdou Prudence


Otsobogo Boucher Nadine


Owondo Laurent


Yaméogo Pierre


   évènements

26/03/2010 > 02/04/2010
festival |France |
Ciné Sud de Cozes 2010
11e édition du Festival de Courts Métrages de réalisation africaine

23/02/2013 > 02/03/2013
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2013 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
23e édition. Thème : "Cinéma africain et politiques publiques en Afrique".

   liens structures

Association des Critiques Gabonais (ACRIGA)
Gabon | Libreville

Djobusy Productions
Gabon | Libreville

IGIS
Gabon | LIBREVILLE

haut de page

   vidéos
   

 

Dialemi (Elle s'amuse)
bande annonce

 

 

RAMATA, long métrage de Léandre-Alain Baker
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page