actuellement 17433 films recens√©s, 2916 textes recherche | » english  
films r√©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  r√©dacteurs»
  √©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  d√©p√™ches »
  nouvelles de
la f√©d√©ration»
  la f√©d√©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
04/06/2013
Ľ films, artistes, structures ou √©v√©nements li√©s √† cette critique
Ľ les commentaires li√©s √† cette critique



Michel Amarger (Africiné)


Ziad Doueiri, le réalisateur.


Ali Suliman (Dr Amine Jaafari) et Reymonde Amsellem (sa femme, Siham Jaafari)


Ali Suliman (Dr Amine Jaafari)


Yasmina Khadra, écrivain


L'attentat


L'attentat


L'attentat


L'attentat


Dr Amine Jaafari (Ali Suliman) et sa femme, Siham Jaafari (Reymonde Amsellem)


L'attentat



retour
 
L'attentat
Inspiration algérienne en Orient
LM Fiction de Ziad Doueiri, Liban / France / Etats Unis, 2012
Sortie France : 29 mai 2013

La violence qui marque la soci√©t√© isra√©lienne est aussi r√©v√©latrice du "dialogue de sourds qui oppose l'Orient et l'Occident", selon le romancier alg√©rien Yasmina Khadra. Ainsi L'attentat, √©crit en 2005, s'inscrit dans une trilogie o√Ļ figure Les sir√®nes de Bagdad, 2006, traitant des d√©s√©quilibres du monde oriental, accentu√©s par les pressions internationales. Les tensions sont √©voqu√©es avec le style alerte qui a fait la r√©putation de ce militaire devenu √©crivain. Depuis son d√©part de l'arm√©e, en 2000, la notori√©t√© de ses romans grandit et inspire des films. Morituri, 1997, est adapt√© par l'Alg√©rien Okacha Touita en 2007, Ce que le jour doit √† la nuit, 2008, motive Alexandre Arcady pour une production fran√ßaise. Les hirondelles de Kaboul, 2002, devient un film d'animation pour Zabou Breitman tandis que L'attentat, 2005, coproduction franco-am√©ricaine, est mis en sc√®ne par le Libanais Ziad Doueiri.



L'intrigue colle aux interrogations du docteur Amine Jaafari, r√©put√© et bien int√©gr√© dans la soci√©t√© isra√©lienne en d√©pit de ses origines arabes. Il s'active pour op√©rer les bless√©s d'un attentat, survenu dans un restaurant de Tel-Aviv, lorsqu'il apprend qu'on soup√ßonne sa femme qui y a p√©ri, d'en √™tre l'auteur. Menac√© d'√™tre inculp√© pour complicit√©, d√©stabilis√© par les r√©v√©lations de la police, le docteur entreprend son enqu√™te. En se rapprochant des territoires palestiniens o√Ļ sa femme activait des liens, le rapport du chirurgien avec ses origines s'intensifie et fait remonter des malaises. Son regard change sur la personnalit√© de sa femme qu'il r√©√©value tout au long de film dans des flashs back.

La tension du r√©cit, adapt√© avec Jo√ęlle Touma, est savamment entretenue par Ziad Doueiri qui opte pour une mise en sc√®ne fluide, au diapason des √©lans des personnages. Le cin√©aste libanais qui s'est forg√© une solide exp√©rience de technicien en travaillant sur des productions hollywoodiennes et des films am√©ricains ind√©pendants, navigue entre Los Angeles et Beyrouth pour cultiver un cin√©ma efficace. Connu pour deux longs-m√©trages, West Beyrouth, 1998, et Lila dit √ßa, 2004, il assure aussi des √©pisodes de s√©ries t√©l√© comme Sleeper Cell, 2005, en int√©ressant des producteurs am√©ricains. Et ce sont les dirigeants de Focus Features qui lui proposent le roman de Yasmina Khadra en vue d'une adaptation. "L'attentat a la qualit√© d'un grand thriller politique", estime le cin√©aste.

Le réalisateur libanais brave alors les tabous de son pays, pour s'attaquer à un sujet situé dans un territoire israélien, avec des acteurs locaux. "Je ne suis le porte-étendard d'aucune lutte", assure pourtant Doueiri. Son héros qui défend l'existence de racines juives en chaque Arabe, et vice-versa, devant ses collègues qui l'honorent, s'impose aussi comme citoyen efficace en soignant les victimes des attentats. "Son métier est de sauver des vies, quelle que soit l'identité des gens", explique le réalisateur. "En remerciant les Israéliens de l'avoir soutenu, il est un exemple d'intégration. Tout ce qu'il va vivre ensuite lui fait perdre tous ses repères."

Au fil de l'enqu√™te, Jaafar se heurte √† la duret√© de la soci√©t√© isra√©lienne dans ses rapports avec les Palestiniens. "Mais le cŇďur du film est ailleurs, c'est l'explosion d'un couple", estime Doueiri. "Ce qui importe le plus dans le film, c'est ce qu'Amine apprend sur son couple, et sur lui-m√™me." En tenant cette ligne, le r√©alisateur filme de pr√®s les √©motions des protagonistes dont on d√©couvre peu √† peu la complexit√©. Leur histoire d'amour o√Ļ coexistent deux points de vue, permet d'aborder avec plus d'impact les relations tendues d'Isra√ęl avec la Palestine. "Le conflit isra√©lo-palestinien et la col√®re qu'il suscite sont connus de tous", explique Doueiri. "Je voulais m'√©loigner de cette rh√©torique de revendication. Dans son livre, Yasmina Khadra tient cette position, sans jamais c√©der au moindre slogan politique."

L'adaptation de L'attentat fait ainsi de Ziad Doueiri, le premier cin√©aste libanais √† avoir film√© en Isra√ęl. Gr√Ęce √† son passeport am√©ricain, il a pu diriger des techniciens isra√©liens et palestiniens de l'int√©rieur, √† Tel-Aviv, et une √©quipe europ√©enne et palestinienne dans les territoires occup√©s. L'acteur isra√©lien palestinien Ali Suleiman interpr√®te avec retenue le docteur, et l'Isra√©lienne Reymonde Amsellem fait revivre sa femme dans les flashs back. Le concours d'une production fran√ßaise, pilot√©e par Rachid Bouchareb et Jean Br√©hat [3B Productions, ndlr], a relay√© la d√©faillance des producteurs am√©ricains [de Focus Features. ils se sont retir√©s du film, ndlr]. Ziad Doueiri a pu ainsi donner corps au projet du livre, exprim√© par Yasmina Khadra : "J'ai essay√© d'aller au-del√† de la crise et du mal, d'occuper un plateau o√Ļ le tort et la raison se rejoignent pour dire l'√©tendue du malentendu‚Ķ Expliquer, c'est bien ; sensibiliser c'est mieux."

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / RFI / Médias France)

haut de page


   liens films

Attentat (L') 2012
Ziad Doueiri

Lila dit ça 2004
Ziad Doueiri

Morituri 2007
Okacha Touita


   liens artistes

Arcady Alexandre


Bouchareb Rachid


Bréhat Jean


Doueiri Ziad


Khadra Yasmina


Suliman Ali


Touita Okacha


   ťvŤnements

19/10/2010 > 20/11/2010
manifestation |France |
Cinéma(s) du Liban à Marseille
AFLAM vous propose une sélection originale de films du cinéma libanais contemporain à Marseille du 19 octobre au 20 novembre 2010.

08/05/2013 > 19/05/2013
festival |Pays-Bas |
Cinéma Arabe 2013
5ème édition

   liens structures

3B Productions
France | PARIS

Afrimages
France

Cinéart-Cinélibre
Belgique | Bruxelles

Focus Features International
Royaume-Uni | London

RFI
France | Paris

Wild Bunch Distribution
France | PARIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>