actuellement 16345 films recensés, 2757 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Amadou Maguette Ndaw
publié le
26/06/2013
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Mourad Boucif, réalisateur


La couleur du sacrifice


La couleur du sacrifice


La couleur du sacrifice


La couleur du sacrifice


La couleur du sacrifice


La couleur du sacrifice


La couleur du sacrifice


Mourad Boucif, réalisateur




Image et Vie affiche 2013



retour
 
La couleur du sacrifice, de Mourad Boucif
La souffrance des anciens combattants mis en lumière

Le documentaire du réalisateur belge Mourad Boucif a été projeté à Dakar, dans le cadre du Festival image et vie 2013. Une production qui rappelle l'attitude indigne de la France à l'égard des anciens combattants d'Afrique, surtout ceux du Nord venus la libérer.



Les anciens combattants d'Afrique du Nord ont le sentiment d'avoir été les agneaux du sacrifice, d'avoir été floués, d'avoir perdu leur jeunesse dans des guerres qui, finalement, n'étaient pas les leurs. À l'heure de la vieillesse, ils pleurent de tout leur corps. Les images du documentaire "La couleur du sacrifice" de Mourad Boucif sont saisissantes et mettent la lumière sur toutes ces souffrances qu'ils ont endurées en venant servir l'Empire français durant les deux grandes guerres et celles coloniales (Indochine et Algérie).
Les révélations sont atroces. Elles dépeignent la cruauté avec laquelle les anciens combattants étaient mis au devant du théâtre des opérations. Le plus révoltant est de voir, comme le rappelle du reste un des témoins, le comportement dédaigneux des autorités de l'Hexagone envers ces "libérateurs noirs". Le réalisateur évoque le "Camp de Thiaroye", film de Sembéne Ousmane traducteur de la barbarie du colonisateur qui a massacré les tirailleurs, à leur retour du front, pour ne pas devoir leur payer correctement leurs indemnités.

La question des pensions, ainsi que la reconnaissance de ce sacrifice, sont mises en exergue dans cette production. En regardant ce film, l'impression qui se dégage, outre le fait de montrer la manière misérable par laquelle les anciens combattants ont été traités, est que Mourad Boucif insiste sur l'enfermement dans lequel se trouve aujourd'hui ces "indigènes libérateurs" devenus résidents et non plus anciens combattants ce qui pour l'administration française règle la question de la "décristallisation" des pensions de guerre entre tirailleurs sénégalais et leurs frères d'armes français.
Dans une société européenne "Black Blanc Beur", comme le rappelle un historien dans le film, les descendants de ces anciens combattants, ces derniers conscients du travail des anciens combattants, voient l'Europe comme une terre qui n'a pas su saluer le travail des tirailleurs sénégalais, et autres combattants venus de l'Afrique du nord. Cette notion de "Black Blanc Beur", a été également utilisée lors du Mondial français en 1998, pour saluer l'intégration réussie en France. Mais, quelques années plus tard, commence à naître des clichés ici et là, qui poussent les jeunes originaires de l'Afrique nord et noire à se rebeller. C'est la question "de la racaille des banlieues " comme disait un ancien président français [Nicolas Sarkozy, ndlr] parlant de ces jeunes.

Le film ouvre le livre de douloureux souvenirs du front. Les historiens qui témoignent font l'apologie de l'intervention de "indigènes", tant en Indochine que lors des deux guerres mondiales. Tout en peignant le manque de reconnaissance, l'auteur nous plonge dans les méandres des procès initiés et parfois gagnées par les anciens combattants, avec des compensions financières à la clé. Mais à chaque fois, la France interjette appel avec un seul but : faire trainer les choses le plus longtemps possible jusqu'à disparition totale des combattants d'Afrique. Cependant, le peuple français de cette génération se souvient du courage et de la détresse de ces soldats venus les libérer. Mourad Boucif avait en 2003 réalisé le long métrage "Au-delà de Gibraltar".

Amadou Maguette NDAW

Article paru dans le Bulletin spécial Festival de cinéma image et vie 2013, issu de l'atelier de formation à la critique, initié par l'Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC), Dakar.

haut de page


   liens films

Couleur du Sacrifice (La) 2006
Mourad Boucif


   liens artistes

Boucif Mourad


Brichaut Vanessa


Pireaux Christine


   évènements

14/06/2013 > 18/06/2013
festival |Sénégal |
Festival de cinéma image et vie 2013
13e EDITION Un festival de cinéma de référence au Sénégal. Un cachet populaire avec une orientation jeunes publics. Un programme de cinq jours consacré à la diffusion de films africains et aux rencontres entre professionnels.

   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Dérives
Belgique | LIÉGE

Films de Nour (Les)
Belgique

Image et Vie
Sénégal | Dakar

Soleil (Le)
Sénégal | DAKAR

WIP (Wallonie Image Prodcution)
Belgique | Liège

haut de page

   vidéos
   

 

Couleur du Sacrifice (La)
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page