actuellement 16319 films recensés, 2756 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
10/07/2013
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Michel Amarger (Africiné)


Mahamat-Saleh Haroun, réalisateur de Grigris


Grigris


Grigris


Grigris et Mimi


Grigris


Grigris

retour
 
Grigris
Re-poser les corps au Tchad
LM Fiction de Mahamat-Saleh Haroun, France / Tchad, 2013
Sortie France : 10 juillet 2013
Distribution : Les Films du Losange

La présence du Tchad dans la carte du cinéma actuel, repose essentiellement sur la reconnaissance internationale de l'oeuvre de Mahamat-Saleh Haroun. Trois ans après avoir remporté le Prix du Jury au Festival de Cannes pour Un homme qui crie, 2010, le cinéaste est revenu en compétition avec Grigris, 2013, qui a valu à son chef opérateur, Antoine Héberlé, de recevoir le Prix Vulcain de la Commission Supérieure Technique (CST) pour son travail sur le film. Cela indique que les images proposées par Mahamat-Saleh Haroun confirment le soin que le réalisateur met à aborder les réalités du Tchad, en développant une écriture personnelle.

Grigris est le surnom d'un homme de 25 ans, paralysé d'une jambe, qui veut être danseur professionnel. Il se produit dans les boîtes de nuit, en ville, éblouissant les fêtards noctambules. La maladie de son beau-père l'oblige à subvenir aux besoins de la famille, pour payer les frais d'hôpital. Il se fait embaucher par des trafiquants d'essence. Et en cours de route, il tombe amoureux de Mimi, une prostituée métisse. Ensemble, ils fuient en campagne, pour échapper aux trafiquants que Grigris a doublés, aspirant à se refaire une vie commune sur d'autres bases.
La caméra suit le personnage principal en s'attachant à restituer sa fébrilité. "Je voulais adopter son point de vue et donner le sentiment d'un personnage en mouvement, en quête de quelque chose", explique Haroun. "Grigris est dans une recherche permanente, et il me semblait que cette manière de l'accompagner et d'épouser sa subjectivité nous rapprochait de lui." En cadrant à hauteur d'homme, le réalisateur concentre l'attention sur l'aspiration du danseur à trouver l'empreinte de son corps dans le monde, plutôt qu'au handicap qui affecte sa jambe. Ainsi la gestuelle particulière de Souleymane Démé, vrai danseur handicapé qui se produit au Burkina Faso, a pu inspirer les rebondissements de Grigris, écrits en fonction de lui.



La rencontre du danseur, devenu trafiquant d'essence, avec une prostituée est donc une affaire de corps qui recouvrent leurs blessures. "Tous les deux sont, par essence, des êtres "anormaux", des infirmes dans leur société et ils malmènent le lieu par lequel passe cette souffrance", commente Mahamat-Saleh Haroun. "Ce lieu, ce sont leurs corps. Ils ont un rapport d'amour - haine vis-à-vis de leur propre corps." Pour échapper à cette position, les héros se lancent dans des défis et une course vitale. "La marge, c'est l'aventure, c'est l'expression du mouvement, et donc de la vie, qui va vers le centre", estime Haroun. "C'est la marge qui peut irriguer et contaminer le centre."
Et pour mieux éclairer les aventures de ses marginaux en rupture, le réalisateur flirte avec le mode du polar, avançant l'envie de "revisiter le film de genre avec un point de vue personnel et une situation bien tchadienne, en évitant les stéréotypes." Il précise : "C'est pourquoi j'ai voulu plonger le spectateur dans un univers codifié, puis m'en éloigner pour explorer d'autres pistes, moins connues : la danse m'a justement donné la possibilité de déstructurer le genre." Le cinéaste se fait parfois réaliste pour souligner la matérialité d'une poursuite dans les égouts. Il utilise en contrepoint des plans-séquences plus stylisés et construits, jouant sur la symbolique de la couleur comme avec le rouge sang de la chambre de Mimi.

Le contraste de traitement, entre la ville où les désirs des héros semblent étouffés, et la campagne où ils vont chercher la possibilité de vivre une nouvelle étape, souligne la pression sociale qui marque la société urbaine au Tchad. Grigris paraît sous la coupe de sa mère, en accomplissant son devoir pour subvenir aux besoins de la famille, en renonçant à ses aspirations de danseur. Puis il se retrouve sous l'emprise du patron de la mafia locale auquel il tente de se soustraire en partant au village. Là, le regard de la communauté des femmes sur le couple se retourne dans une forme de solidarité nouvelle où chacun a une responsabilité constructive.
Mahamat-Saleh Haroun développe ainsi les possibilités d'évolution qu'il cherche à trouver et à provoquer dans les personnages de ses films. Après la famille refondée de Abouna, 2002, le libre choix défini de Daratt, 2006, les héros de Grigris, en quête de rédemption tentent de redéfinir leur place dans la société du Tchad et de fonder un nouveau foyer. Le charisme des comédiens qui entourent le danseur, contribue à la qualité d'image recherchée. Anaïs Monory, repérée par casting, se distingue en jouant Mimi, tandis que Cyril Gueï - qui est le chef de gang - met à profit sa solide expérience au Conservatoire de Paris.

La production française qui réunit plusieurs chaines de télévision, a bénéficié du concours du gouvernement du Tchad. Grâce à la sélection de Cannes et une distribution structurée, Mahamat-Saleh Haroun continue d'élargir son audience tout en voulant conscientiser ses concitoyens. Grigris aborde simplement les problèmes posés par les trafiquants d'essence, les magouilles de la mafia, la prostitution des jeunes files, la dureté du travail dans une volonté de voir évoluer la vie au Tchad comme le revendique Mahamat-Saleh Haroun : "Mon rôle, c'est d'aborder les sujets tabous publiquement pour permettre aux gens d'en parler ouvertement et d'assumer cette réalité, de la questionner."

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / RFI / Médias France)

haut de page


   liens films

Grigris 2013
Mahamat-Saleh Haroun


   liens artistes

Démé Souleymane


Diop Wasis


Djaoro Youssouf


Dozo Marie-Hélène


Gilaizeau Claude


Gueï Cyril


Hadjé Fatimé N'goua


Haroun Mahamat-Saleh


Héberlé Antoine


Monory Anaïs


Moussa Ahidjo Mahamat


Otsobogo Boucher Nadine


Stern Florence


Traoré Sékou


Yelolo Marius


   évènements

04/07/2013
projection |France |
Avant-Première du film Grigris en présence du réalisateur Mahamat Saleh Haroun

05/07/2013
projection |France |
Avant-Première du film Grigris en présence du réalisateur Mahamat Saleh Haroun
à 19h30, au cinéma UGC Ciné Cité de Bordeaux. Présentateur : Boubacar Seck, architecte (Bordeaux) et Chef décorateur Cinéma.

10/07/2013 > 10/09/2013
cycle de cinéma |France |
Sortie du film GRIGRIS
Un film tchadien, de Mahamat Saleh Haroun, en Compétition Officielle au Festival de Cannes 2013

06/12/2013 > 14/12/2013
festival |Émirats arabes unis |
10th Dubai International Film Festival - DIFF 2013
10ème édition.

13/03/2014 > 20/03/2014
festival |États-Unis |
10th Annual New African Films Festival (NAFF 2014)
10ème édition.

   liens structures

Films du Losange (Les)
France | Paris

France 3 Cinéma (ex FR3 Cinéma)
France | PARIS

Goi-Goi Productions
Tchad | N'Djaména

Ministère de la culture, de la jeunesse et des sports (Tchad)
Tchad | N'Djamena

Moa Distribution
Suisse | LAUSANNE

Pili Films
France | PARIS

Secrétariat du Groupe des Etats ACP
Belgique | Bruxelles

haut de page

   vidéos
   

 

Grigris de Mahamat-Saleh Haroun
bande annonce

 

 

Un homme qui crie (Bande annonce)
bande annonce

 

 

Daratt
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page