actuellement 17463 films recens√©s, 2937 textes recherche | » english  
films r√©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  r√©dacteurs»
  √©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  d√©p√™ches »
  nouvelles de
la f√©d√©ration»
  la f√©d√©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Djia Mambu
publié le
20/11/2013
Ľ films, artistes, structures ou √©v√©nements li√©s √† ce compte rendu de festival
Ľ les commentaires li√©s √† ce compte rendu de festival

Le cin√©aste malien Souleymane Ciss√© (au milieu), entour√© de Christopher Buchholz, Directeur du Festival de T√ľbingen et de la Pr√©sentatrice de la soir√©e.


Djia Mambu (Africiné)


Souleymane Ciss√©, avec l'acteur malien Mohammed Ag Abdoulaye Ha√Įdara (au milieu) et le cin√©aste camerounais Jean-Marie Teno.


Le Malien Mohammed Ag Abdoulaye Ha√Įdara (acteur dans Rumeurs de guerre), Souleymane Ciss√© et le r√©alisateur Jean-Marie Teno.


B√§rbel Mauch et Bernd Wolpert, programmateurs, entourant l'acteur Mohammed Ag Abdoulaye Ha√Įdara.












Scène de N'GUNU N'GUNU KAN, 2013, de la réalisatrice Soussaba Cissé


Poster du film "Une Feuille dans le Vent" (JM Teno)


Souleymane Cissé & Jean-Marie Teno







retour
 
Festival international du film francophone de T√ľbingen-Stuttgart 2013
Cissé, cinéaste du Temps

Il y a 25 ans, Yeelen ("La Lumi√®re") √©tait pr√©sent√© durant le tout premier programme Focus Afrique qui consacre les cin√©mas du continent noir et leurs auteurs au Festival international du film francophone de T√ľbingen-Stuttgart (30 octobre-6 novembre 2013). Aujourd'hui, la 30√®me √©dition du plus grand festival de film francophone en Allemagne rend hommage au Malien Souleymane Ciss√© avec une r√©trospective √† ses Ňďuvres principales. B√§rbel Mauch, J√∂rg Wenzel et Bernd Wolpert en sont les programmateurs.

Partager son cinéma

Assis sur un si√®ge √† l'arri√®re du studio Museum de T√ľbingen, Souleymane Ciss√© veut regarder les premi√®res minutes de Waati ("Le Temps"). Comme avec tous ses films projet√©s au festival, il veut s'assurer que le son est bien au niveau. Peu de temps apr√®s le d√©but du film, une dame entre et cherche une place dans le fond de cette salle remplie. C'est Ciss√© lui-m√™me qui se l√®ve pour lui c√©der la place. En aucun cas, quelqu'un devrait manquer l'occasion de voir ce film. Lui, suivra le reste de la s√©ance sur les marches du studio.

Waati, le plus panafricaniste

√Ä sa sortie en 1995, Waati est rejet√© par les milieux festivaliers europ√©ens. 18 ans plus tard, c'est un tout autre accueil qui lui est r√©serv√© √† T√ľbingen o√Ļ il est pr√©sent√© en premi√®re allemande sur grand √©cran. Il raconte le p√©riple de Nandi, fille d'un ouvrier agricole sud-africain noir, qui grandit √† l'√©poque de l'apartheid et qui va traverser la C√īte d'Ivoire, la Namibie et le Mali avant de revenir sur ses terres.
Réalisé il y a 20 ans, il pose les vrais problèmes du continent d'aujourd'hui. "On pensait à l'avenir de ce continent, quand on a tourné", dit le cinéaste malien. Souleymane Cissé raconte que c'est lors du tournage de Yeelen qu'il songe à faire ce film après qu'un Sud-Africain lui ait demandé: "Quand est-ce que vous allez faire un film sur nous ?".

Tourn√© dans plusieurs pays, c'est sans doute le film le plus co√Ľteux qu'il ait r√©alis√©. C'est aussi son film le plus panafricaniste mais paradoxalement le moins vu. S√©lectionn√© en comp√©tition internationale du festival de Cannes la m√™me ann√©e, il provoquera une r√©action dramatique, particuli√®rement chez l'une des membres du jury, l'√©crivaine sud-africaine Nadine Gordimer. R√©cipiendaire du prix Nobel de litt√©rature en 1991 et connue pour son combat contre l'apartheid, elle aurait jug√© que "l'Ňďuvre ne m√©ritait pas d'√™tre s√©lectionn√©e".

"J'ai tout donné financièrement pour ce film et en récompense, il a été bloqué", regrette Cissé, "À part la France, à l'époque, aucun festival de film européen n'a voulu de Waati, on lui a reproché d'être trop caricatural", explique Cissé, "J'ai vu bien pire dans des films sur les nazis... Je crois que le malheur de ce film, c'est qu'il est fait par un Africain. Ça aurait été diffèrent si c'était fait par un Blanc".
Cette expérience a atteint le cinéaste, financièrement mais aussi psychologiquement. Il songera même à arrêter sa carrière cinématographique. Ce n'est que 15 ans après qu'il réalise Minye (2009), son dernier métrage connu à ce jour.
Cependant au Mali, ainsi que dans les pays voisins, il aura été difficile de censurer Waati. Les autorités se voyaient mal interdire le film d'un des rares cinéastes du pays à l'époque qui avait déjà été maltraité et emprisonné pour son tout premier long métrage Den Muso (La Jeune Fille, 1975).

L'éternel Yeelen

"Yeelen est le film le plus contemporain, que j'ai fait", dit Souleymane Cissé. Au départ, jugé film nostalgique de l'époque coloniale, voire touristique, Yeelen finira par s'imposer pour ce qu'il est : une véritable histoire intemporelle.

Thierry M√©ranger, critique aux Cahiers du cin√©ma et enseignant au lyc√©e Rotrou √† Dreux o√Ļ il est en charge de la section cin√©ma. Tous les ans, les √©tudiants analysent trois films. Jusqu'√† cette ann√©e, Yeelen en faisait partie. "Au d√©part, ce n'√©tait pas √©vident, car √ßa fait appel √† une culture √©trang√®re. Mais √† l'arriv√©e, apr√®s avoir √©chang√© plusieurs fois sur les s√©quences, les √©l√®ves ont d√©velopp√© une vraie familiarit√© avec le film. C'√©tait captivant de constater que Yeelen leur parlait plus que d'autres films europ√©ens. Avec leurs armes, c'est-√†-dire leur regard, ils sont parvenus √† trouver dans l'image des ressources qui leur permettaient de voir des choses universelles dans le film", poursuit-il.
"La culture africaine n'est pas l'essentiel dans le film. On peut parfaitement ne pas conna√ģtre le Bambara ou le Dogon et trouver un int√©r√™t √† ce film. Il est coh√©rent et on per√ßoit tous les symboles automatiquement, m√™me si on n'est pas du tout anthropologue, g√©ographe ou m√™me Malien. Il y a une symbolique assez forte pour pouvoir √™tre saisi de fa√ßon intuitive par tout le monde, sans en m√™me temps que √ßa soit trop simple. Il y a un juste √©quilibre autour du film", conclut-il.

Table ronde sur le Mali et l'Ňďuvre de Ciss√©

Lors de la table ronde sur l'Ňďuvre de Ciss√©, le cin√©aste Jean-Marie T√©no se souvient de sa rencontre avec l'auteur, alors qu'il √©tait encore reporter universitaire. Il confiera que c'est en voyant Baara ("Le Travail") qu'il a eu envie de faire du cin√©ma. "J'√©tais un des rares journalistes noirs au festival de Ouagadougou et je cherchais √† interviewer Souleymane Ciss√©", raconte-il. "Baara m'a boulevers√© ! Pour la premi√®re fois enfin, je voyais un riche r√©cit africain sans st√©r√©otypes. Pendant longtemps et jusque-l√†, c'√©taient les Europ√©ens qui repr√©sentaient les Africains et l'Afrique √† travers des st√©r√©otypes. Souleymane Ciss√© a introduit cette complexit√© contrairement √† la simplicit√© qu'on avait l'habitude de nous pr√©senter". Durant leur entrevue, le futur r√©alisateur camerounais lui rel√®ve un d√©tail du film qui lui avait marqu√©. Surpris par cette finesse, Ciss√© lui r√©pondra : "Tu ne devrais pas √©crire, tu devrais faire des films !". L'ann√©e suivante, il entamera sa premi√®re Ňďuvre.
Dans le cadre de ce 35√®me Festival de T√ľbingen, Jean-Marie T√©no accompagnait son dernier film "Une Feuille dans le Vent", un t√©moignage poignant d'Ernestine Ouandie, la fille d'Ernest Ouandie, combattant pour l'ind√©pendance du Cameroun qui sera ex√©cut√© en 1971.

Rumeurs de guerre de Soussaba Cissé en Première Internationale

Soussaba Ciss√©, la fille de Souleymane Ciss√©, pr√©sentait son premier long m√©trage Rumeurs de guerres (Ngunu Ngunu Kan) √† T√ľbingen. C'est l'un des acteurs principaux, Mohammed Ag Abdoulaye Ha√Įdara, aussi r√©gisseur, qui a accompagn√© le film aupr√®s du public. "J'ai travaill√© sur quelques films de Souleymane Ciss√©. J'√©tais ravi de collaborer sur celui de Soussaba, en particulier sur ce sujet", dit-il. Le film offre un regard sur l'atmosph√®re de la capitale malienne et les rumeurs circulant suite au d√©clenchement des conflits au Nord depuis janvier 2012.
Souleymane Ciss√© appara√ģt d'ailleurs dans l'une des sc√®nes en pleine discussion entre voisins d'un quartier de la ville. On ne l'avait pas vu devant les cam√©ras depuis sa br√®ve apparition dans Finy√® en 1983 (le professeur qui proclame les r√©sultats du Bac aux √©lev√©s), film bas√© sur des faits r√©els v√©cus en 78-79.
Actuellement, Souleymane Ciss√© finalise son documentaire √Ē Semb√®ne, en hommage √† son ami d√©funt, le S√©n√©galais Semb√®ne Ousmane.

par Djia Mambu,
T√ľbingen, Novembre 2013

Photos : Djia Mambu (Africin√©) / Alexander Gonschior (FF T√ľbingen)

haut de page


   liens films

Den Muso (La jeune-fille) 1975
Souleymane Cissé

Finyé (Le vent) 1982
Souleymane Cissé

Min Yé (Dis moi qui tu es) 2008
Souleymane Cissé

N'gunu N'gunu Kan (Rumeurs de guerre) 2013
Soussaba Cissé

Une feuille dans le vent 2013
Jean-Marie Teno

Waati (Le Temps) 1995
Souleymane Cissé

Yeelen (La lumière) 1987
Souleymane Cissé


   liens artistes

Mauch Bärbel


Teno Jean-Marie


Wenzel Jörg


Wolpert Bernd


   ťvŤnements

30/10/2013 > 06/11/2013
festival |Allemagne |
Festival International du Film Francophone de T√ľbingen-Stuttgart 2013
30ème édition. Focus Afrique : Mali - le pays vu par ses cinéastes - Hommage à Souleymane Cissé / Nouveaux Films du Mali, du Cameroun et du Tchad.

   liens structures

Films Cissé (Les) - Sisé Filimu
Mali | BAMAKO

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>