actuellement 16234 films recensés, 2741 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
19/01/2014
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Michel Amarger (Africiné)


Le réalisateur Mama Keïta


Le Sourire du serpent, 2006


Adama (W. Nadylam)


Adama (W. Nadylam) et sa grand-mère (M. N. Diop)


Aïcha (Jackie Tavernier) & Adama (William Nadylam)


Adama (William Nadylam)


Aïcha (Jackie Tavernier), sur les genoux de son proxénète (Mouss Diouf)


La grand-mère (Mame Ndoumbé Diop) et Adama (W. Nadylam)


Adama (enfant) et sa mère (Jackie Tavernier)


Omar Seck (l'ancien Professeur d'Adama) DR


Thierno NDIAYE Doss, acteur (DR)


Rémi Mazet, Directeur de la Photo du film





retour
 
L'absence
Les cassures d'un retour sénégalais
LM Fiction de Mama Keïta, France / Sénégal, 2009
Sortie France : 22 janvier 2014

L'absence évoquée par le titre de Mama Keïta, pourrait être d'abord celle de la représentativité des cultures africaines sur les écrans français. Même si une dizaine de films du continent arrivent chaque année à trouver une porte étroite vers les salles de cinéma, leur pourcentage reste infime en regard de la diversité des productions. La diffusion de L'absence, six ans après sa réalisation, est soutenue à bout de bras par son auteur qui en est à la fois le coproducteur et le distributeur. Un triple rôle, souvent assuré par les cinéastes africains réputés des années 80, mais qui reste exceptionnel pour les réalisateurs inscrits dans le cinéma en France, comme Mama Keïta.

L'Absence_BandeAnnonce from sebastien touta on Vimeo.



Depuis les années 90, l'auteur développe les questions et les croisements de ses origines métissées dans des films nerveux, en prise aux morales d'une société française en quête de repères. Il flirte avec le polar existentiel pour Ragazzi, 1990, investit les codes de l'amitié par Le 11ème commandement, 1997, de la dualité avec Le sourire du serpent, 2006, tout en effectuant une plongée vers des origines africaines dans Le fleuve, 2002, inspiré par le projet inabouti de son collègue guinéen David Achkar, décédé avant le tournage. Cette aventure indique la proximité avec l'Afrique qui sous-tend le discours de Mama Keïta.
Le cinéaste, conçu à Marseille, né à Dakar, comme il aime à le rappeler, au gré d'une affectation de son père, militaire de carrière d'origine guinéenne, est aussi le fils d'une Vietnamienne, touchée par la guerre d'Indochine et le retour tardif, douloureux, dans un pays qui lui sera devenu étranger. Dans ce contexte, l'éducation en France fixe Mama Keïta dans un territoire sans combler des failles. Il les creuse par ses films, sa participation aux prises de position des cinéastes africains, sa circulation dans les rendez-vous des professionnels du continent.



"La France est devenue par la force des choses mon pays d'ancrage", confie le réalisateur. "Mais subsiste une personne en "absence", condamnée au morcellement, à une sorte d'exil intérieur." Et c'est sur axe qu'il construit le scénario de L'absence. Son héros est Adama, un polytechnicien du Sénégal, bien implanté en France depuis 15 ans. Le retour au pays est motivé par des nouvelles alarmistes sur l'état de santé de sa grand-mère. Mais il la trouve en forme, comme sa sœur, muette, qu'il reconnaît à peine. Le dépaysement est total pour ce héros, costumé à l'Européenne, qui semble avoir tourné le dos au passé.
Les réalités du Sénégal sont intenses et rattrapent vite l'exilé. Il éprouve son désajustement en retrouvant son ami d'enfance, se fait sermonner par son ancien professeur et surtout reçoit un choc en découvrant que sa sœur est sous la coupe d'un proxénète brutal. Piqué dans son honneur, il la rejette puis tente de la protéger lorsqu'elle est pourchassée par les malfrats de la ville. La réflexion sur l'exil prend alors des allures de polar, mené tambour battant dans la nuit. Servi par un chef opérateur complice, Rémi Mazet, un sens de la mise en scène efficace, Mama Keïta semble pourtant alourdir son propos par l'ambition de métisser les genres.


L'ABSENCE de Mama Keita EXTRAIT 2 par IsabelleBuron



L'absence est relayée par le jeu intériorisé de William Nadylam, vu dans White material de Claire Denis, 2007, qui joue Adama avec raideur. Sa partenaire, Jackie Tavernier, qui campe la sœur muette, est presque éclipsée par les apparitions d'acteurs sénégalais réputés dans des seconds rôles forts, tel Omar Seck en professeur intransigeant, Thierno Ndiaye Doss en aveugle clairvoyant. On retrouve aussi Mouss Diouf, connu par la série Julie Lescaut, en souteneur violent. Ces trois acteurs, disparus depuis le tournage, impriment en creux leur trace dans les images de Dakar, comme un écho à L'absence dont traite Mama Keïta.
La fiction s'avère un constat amer sur l'écart des cultures, le passage du temps, le reniement. L'enfance, évoquée en flash back fugitifs, laisse entrevoir la fragilité des origines. En côtoyant les falaises, les gouffres, les Sénégalais tentent d'échapper à l'enfermement par une course que le film de Mama Keïta s'épuise pour sa part, à rattraper. Freiné par les accidents de parcours, le cinéaste force le ton pour retenir l'attention, en déclarant : "J'appartiens à cette génération d'origine africaine, élevée et formée "ailleurs", qui ne peut se dispenser d'un questionnement critique devant la tragédie actuelle de l'Afrique. Comment témoigner et porter la voix de ce continent à la dérive, que faire pour contribuer, chacun à sa mesure, même de loin, à son essor."


L'ABSENCE de Mama Keita EXTRAIT 3 par IsabelleBuron



La page FACEBOOK du film :
www.facebook.com/pages/LAbsence/612235578842126

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / RFI / Médias France)

haut de page


   liens films

Absence (L') 2009
Mama Keïta (réalisateur)

Ragazzi 1991
Mama Keïta (réalisateur)

White Material 2007
Claire Denis


   liens artistes

Buron Isabelle


Chamekh Miriam


Diouf Mouss


Keïta (réalisateur) Mama


Mazet Rémi


Nadylam William


Ndiaye Doss Thierno


Otsobogo Boucher Nadine


Seck Omar


Tavernier Jackie


Thiam Ismaël


   évènements

28/02/2009 > 07/03/2009
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2009 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
La 21e édition se tiendra du 28 février au 07 mars 2009. 40ème anniversaire

15/11/2009
projection |Allemagne |
"L'Absence" (de Mama Keïta)
Première allemande du dernier long métrage du cinéaste, tourné à Dakar (Sénégal). Organisée par AfricAvenir

28/04/2012
projection |Namibie |
"L'Absence" de Mama Keita
Première nationale en Namibie. Organisée par AfricAvenir Namibie. Heure : 19h00. Entrée: 30,-N$

26/05/2013
projection |Sénégal |
"L'Absence" de Mama Keita
à 18h30. En présence des acteurs du film (Drame, France, Sénégal, Guinée, 2010, 1h11 min).

24/06/2013
projection |France |
"L'Absence" de Mama Keita, avec Jacky Tavernier
à 20h30. En présence du réalisateur et de son actrice principale, au Cinéma Utopia de Bordeaux. Dans le cadre du 13ème Festival Sénégalais d'Aquitaine, France.

22/01/2014 > 22/06/2014
projection |France |
Sortie Salles (France) : "L'Absence" de Mama Keita, 2009, Sénégal / Guinée / France, 84 min
Produit et Distribué par Kinterfin (Paris). Sortie nationale (France) : 22 janvier 2014.

   liens structures

Afrimages
France

Kinterfin
France | Montreuil

RFI
France | Paris

haut de page

   vidéos
   

 

"L'Absence" de Mama Keita, sortie salles 22 janv 2014, France/Sénégal /Guinée, 84 min
bande annonce

 

 

Absence (L')
bande annonce

 

 

One more vote for Obama - أكثر من صوت لأوباما
film intégral

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page