actuellement 16412 films recensés, 2767 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Jean-Louis Kuffer
publié le
04/08/2014
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Jean-Louis Kuffer (Africiné)


Taïeb Louhichi, réalisateur


Mabô Kouyaté (Yanis)


Sarra Hannachi (Sonia)


Scène du film, avec Sarra Hannachi


Kateb (Hichem Rostom) face à Yanis (Mabô Kouyaté)


Scène du film


Kateb (Hichem Rostom)


Sonia, Fafou (Mohamed Mrad) et Yanis


Scène du film


Scène du film avec Sarra Hannachi, Mabô Kouyaté, Jamel Madani et Mohamed Mrad








Nyaff 2014 (New-York)


Affiche arabe / américaine


Africiné, Le Leader Mondial (Cinémas africains & Diaspora)

retour
 
L'humanité profonde de L'Enfant du soleil de Taïeb Louhichi
Reconnaissance en filiation

C'est un film aux intenses résonances actuelles que L'Enfant du soleil de Taïeb Louhichi, qui brasse les questions de la filiation et de l'identité, de la carence affective et du besoin de reconnaissance, avec une sensibilité à fleur de peau dont procède une vive émotion.
Un paradoxe d'époque fait que le métissage des races et des cultures, dans notre monde contemporain, aboutit à autant de possibles malentendus que de nouveaux échanges. Il en va de même, sous le signe de l'émancipation, de l'évolution des relations amoureuses, familiales ou sociales, apparemment plus ouvertes et plus libres, mais souvent marquées par de nouvelles frustrations et autres fractures extérieures ou intimes.

Taïeb LOUHICHI - L'enfant du soleil from Africiné www.africine.org on Vimeo.



À l'ère de l'information immédiate et de la communication mondialisée, l'on voit en outre se développer de lancinants sentiments liés à la solitude ou au manque de reconnaissance, accentuant souvent le clivage entre classes sociales et générations.
Or L'Enfant du soleil de Taïeb Louhichi est tissé de ces thèmes et autres hantises, sans donner jamais dans le film à thèse, de son début abrupt à sa fin ouverte à la réconciliation.

L'Enfant du soleil est à la fois, dans le scénario conçu par le réalisateur lui-même, un livre et un film, impliquant, en abîme, la question du rapport entre fiction et réalité.
Un écrivain, prénom Kateb et dans la soixantaine, infirme de son état, a publié naguère un roman intitulé L'Enfant du soleil, tombé aux mains d'un jeune homme dans la vingtaine, prénom Yanis, qui a cru se reconnaître dans la figure du protagoniste. Le roman en question évoque une relation amoureuse typique de l'époque, aussi forte sur le moment que fugace, débouchant sur une séparation, avant la naissance d'un enfant. Or Yanis s'identifie à l'enfant sans père du roman et débarque, un jour, par effraction, dans la maison du romancier qu'il croit vide, en quête d'une trace. Sans les prévenir du caractère illicite de l'intrusion, Yanis y entraîne ses amis Sonia et Fafou dont on apprendra, par la suite, qu'eux aussi ont des raisons de se sentir "orphelins". Où cela se corse, c'est lorsque Kateb, dans sa chaise roulante, surprend le joli trio en train de profiter des aises de sa belle maison de La Marsa, entre fringues et victuailles…

Grand seigneur intrigué par les motivations réelles du véhément Yanis, Kateb va découvrir en celui-ci une sorte d'incarnation de son "fils" romanesque, sorti de sa fiction pour lui réclamer des comptes et l'associer, plus tard, à une quête qui implique ses relations avec son propre paternel.

L'Enfant du soleil, sans démonstration, montre une situation à la fois banale et significative des temps actuels, fondée ici en vérité humaine par le truchement de personnages crédibles et attachants. Sans entrer dans trop de détails, en jouant de flashes-back elliptiques pour expliciter tel ou tel parcours, Taïeb Louihichi montre ainsi, face à un sexagénaire au beau visage boucané par la vie, trois jeunes gens d'aujourd'hui avec leur culture spécifique et leur révolte, leur fragilité et leur honnêteté.

Yanis (campé avec une intensité vibrante par Mabô Kouyaté, fils du grand acteur disparu Sotigui Kouyaté) incarne par excellence, sous les dehors du DJ à la coule, le jeune homme en manque de père et de famille, formant avec Sonia (Sarra Hanachi) et Fafou (Mohamed Mrad) un trio mimétique dont les deux personnages secondaires restent esquissés, alors que l'essentiel de la tension se concentre entre Yanis et Kateb, superbement incarné par Hichem Rostom.

D'abord confiné dans le huis-clos élégant de la villa du romancier, dont la collection de tableaux et les beaux objets illustrent la culture raffinée, le film s'ouvre ensuite au pays alentour et à la nature - à la mer surtout dont la présence est immédiate, dans les premières séquences du film, et récurrente tout au long de celui-ci.
Modulant la narration par le jeu d'images limpides, de plans explicites et de cadrages appropriés (signés Nara Keo Kosal) à l'approche très sensible des protagonistes, de l'initiale colère à une croissante tendresse, le réalisateur, sur le fond bruité ou mélodique voire hautement lyrique de la (magnifique) bande sonore d'Irmin Schmidt, impose sa musique d'auteur, au propre et au figuré : musique des visages scrutés en plans serrés, bénéficiant de la présence irradiante de Mabô Kouyaté et Hichem Rostom. Musique des paysages aussi, d'un cimetière marin aux collines douces de l'arrière-pays. Musique de la musique elle-même, avec la scène-clef opposant-unissant le hip hop de Yanis et la soudaine incantation de Kouyaté Sory Kandia, tirée de L'épopée du Mandingue, sous le signe unificateur d'une Afrique identifiée (plus qu'identitaire) et reconnue, aimée, dont témoignait déjà L'Ombre de la terre du même Taïeb Louhichi.

Autant dire que, sous les dehors d'un film populaire-de-qualité qui peut séduire tous les publics, le réalisateur tunisien parvient à signer une œuvre d'auteur aux résonances profondes, où la réflexion et l'expression artistique se fondent en harmonie.

Jean-Louis Kuffer
Ecrivain/Critique

haut de page


   liens films

Enfant du soleil (L') 2014
Taïeb Louhichi


   liens artistes

Ben Ali Arbi


Ben Cheikh Moez


Hannachi Sarra


Kosal Nara Keo


Kouyaté Mabô


Kouyaté Sotigui


Layouni Lotfi


Louhichi Taïeb


Madani Jamel


Mrad Mohamed


Rostom Hichem


   évènements

13/02/2014 > 16/02/2014
cycle de cinéma |Tunisie |
Rencontre Annuelle des Réalisateurs de Films Tunisiens (RAFT 2014)
Rencontre Annuelle des Réalisateurs de Films Tunisiens (RAFT 2014) 3ème édition. Projections de films et Prix. Hommage à Omar Khlifi, pionnier du cinéma tunisien.

07/05/2014 > 25/05/2014
festival |États-Unis |
New York African Film Festival (Nyaff) 2014
21ème édition. "Revolution and Liberation in the Digital Age".

   liens structures

Tanit Production
Tunisie | LA MARSA

Tanit Productions
Tunisie

haut de page

   vidéos
   

 

L'Enfant du soleil - Child of the Sun - طفل الشمي
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page