actuellement 16360 films recensés, 2758 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Djia Mambu
publié le
23/10/2014
» films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
» les commentaires liés à cet entretien

Nadia Ben Rachid, Chef Monteuse


Djia Mambu (Africiné)





retour
 
Entretien avec Nadia Ben Rachid, par Djia Mambu
Une sacrée monteuse
Elle a collaboré sur les œuvres de réalisateurs de renommée internationale tels que Sissako, Benguigui, Bouchareb, Allouache, El Fani ou encore Polanski. Nadia Ben Rachid se considère comme étant la première spectatrice du film.
Rencontre avec une sacrée monteuse au Festival International du Film Francophone à Namur où Timbuktu et Le Challat de Tunis, ont décroché les consécrations suprêmes.

Djia Mambu : C'est une année extraordinaire pour Timbuktu et Le Challat de Tunis, deux œuvres auxquelles tu as collaboré

Nadia Ben Rachid : Pour le Challat de Tunis, j'avais été contacté par Kaouther [Ben Henia, ndlr] pour son documentaire Les imams vont à l'école. Mais malheureusement je ne l'ai pas monté car je n'étais pas disponible... Elle avait envie qu'on travaille ensemble, d'avoir au montage quelqu'un qui comprenne la langue tunisienne et quelqu'un d'expérimentée. Pour Timbuktu, j'étais très heureuse qu'Abderrahmane [Ssissoko, ndlr] fasse à nouveau appel à moi, ayant monté tous ses films depuis 1996. Pour ce film, il a changé toute son équipe, sauf moi ! C'est une longue collaboration et il m'a été très fidèle, je lui suis très reconnaissante de la confiance qu'il me porte.



D.M. : Comment décrirais-tu la fonction de monteuse aujourd'hui?

N.B.R :
La fonction de monteuse aujourd'hui varie beaucoup si c'est un travail sur un documentaire ou une fiction. Je dois faire face à un projet de film qui appartient à un réalisateur et m'amène à le construire dans un principe harmonieux, fluide. Mon rôle est de le rendre dans une durée précise, en ayant au départ une matière exagérée. Je dois tirer de ça le récit et le rythme, en fonction du réalisateur et de son désir. Et de rendre la chose (le film) accessible. On doit faire attention à ce qu'on raconte, de ce qui est important, de ce qui est ennuyeux, avoir une approche d'efficacité.
Il y a des trésors qu'il faut gérer (dans les rushes) et c'est avec ça qu'on tient le spectateur. Il faut donner par petites gouttes. Un film c'est comme si tu promets quelque chose au spectateur en fonction d'une durée et d'un récit. Le spectateur est généreux mais il ne faut pas exagérer. Mon rôle est là où il y a discussion, l'amener à l'efficacité. Je me considère comme la première spectatrice du film.

D.M. : Comment as-tu commencé dans le métier ?

N.B.R :
Je suis devenue monteuse après avoir été pendant dix ans assistante monteuse en 35mm (en pellicule et non pas sur un ordinateur), c'est-à-dire que je faisais exactement à la main ce que fait l'ordinateur aujourd'hui : scotch, gants blancs, etc. Le premier film était Pirates de Roman Polanski, 1985, époque Tarak Ben Ammar qui amenait des superbes productions en Tunisie. J'étais engagée stagiaire "locale "! Puis étant très passionnée et très sérieuse, ils m'ont amené finir le film à Paris, j'ai donc suivi Roman Polanski sur trois films, puis Claude Berri, etc.

D.M. : Une qualité qui définirait le rôle de monteuse?

N.B.R :
Je m'ennuie plus que n'importe qui d'autre dans la vie ; je pense que c'est une qualité pour un monteur. Il y a tant de choses à faire en montage ! Je dois être très organisée, c'est le seul moyen de garder la tête claire.
Alors, je peux être complètement impliquée et concentrée.

D.M. : Quelles sont tes plus belles expériences dans ce métier ?

N.B.R : Sans aucun doute les films d'Abderrahmane Sissako sont mes meilleures expériences. Je fais avec lui le métier que je rêvais de faire. J'ai monté avec lui Sabriya, La vie sur terre, Heremakono : en attendant le bonheur, Bamako et Timbuktu. C'est mon réalisateur préféré ! Il connait parfaitement son métier. La musique est présente, c'est un grand plaisir d'avoir ses images et son univers, Il est unique.

D.M.: Pour quel genre de film aimerais-tu collaborer prochainement?

N.B.R :
Mon prochain montage sera une comédie, un genre que je n'ai jamais vraiment rencontré. J'aimerai bien que ça soit un triomphe et entendre toute la salle rire.

Propos recueillis par Djia Mambu, à Namur, octobre 2014

Retrouvez la liste des films montés sur www.nadiabenrachid.com

haut de page


   liens films

8, le temps presse 2008
Wim Wenders, Abderrahmane Sissako, Mira Nair, Gael Garcia Bernal, Gaspar Noé, Gus Van Sant, Jane Campion, Jan Kounen

Aïcha 2 - job à tout prix 2010
Yamina Benguigui

Aïcha [réal: Yamina Benguigui] 2008
Yamina Benguigui

Albums de famille (Maousem hisad) 2012
Nassim Amaouche, Sameh Zoabi, Mais Darwazeh, Erige Sehiri

Au Rwanda on dit... La famille qui ne parle pas meurt 2004
Anne Aghion

Bamako 2006
Abderrahmane Sissako

Challat de Tunis (Le) | Challat Tunes 2014
Kaouther Ben Hania

Dégage | "ديقاج "ارحل 2012
Mohamed Zran

El Kotbia (La Librairie) 2002
Nawfel Saheb-Ettabaa

Hercule contre Hermès 2012
Mohamed Ulad-Mohand

Heremakono - En attendant le bonheur 2002
Abderrahmane Sissako

Honneur de ma famille (L') 1997
Rachid Bouchareb

Illuminations de Madame Nerval (Les) 1999
Charles Najman

Imams vont à l'école (Les) 2010
Kaouther Ben Hania

Inch'Allah dimanche 2001
Yamina Benguigui

Maux de la faim (Les) | Price of Aid (The) 2003
Jihan El Tahri

Mémoires d'immigrés 1997
Yamina Benguigui

Mon voisin, mon tueur 2009
Anne Aghion

Normal ! 2011
Merzak Allouache

Professeur (Le) 2012
Mahmoud Ben Mahmoud

Sabriya - Le carré de l'échiquier 1997
Abderrahmane Sissako

Tchala... l'argent des rêves 2002
Michèle Lemoine

Tendresse du loup (Ors el dhib) عرس الذيب 2006
Jilani Saâdi

Timbuktu 2014
Abderrahmane Sissako

Tunisie année 0 2011
Farid Akroun

Tunisie, Histoire de femmes 2005
Fériel Ben Mahmoud

Vie sur terre (La) 1998
Abderrahmane Sissako

Vierge Margarida (La) | Virgem Margarida 2012
Licínio Azevedo

Visa (La Dictée) 2004
Ibrahim Letaïef

Woubi Chéri 1998
Philip Brooks, Laurent Bocahut


   liens artistes

Ben Rachid Nadia


   évènements

03/10/2014 > 10/10/2014
festival |Belgique |
FIFF - Festival International du film francophone de Namur 2014
29ème édition. 3 ateliers, plus de 100 films !‏

05/12/2014 > 13/12/2014
festival |Maroc |
Festival International du film de Marrakech (FIFM 2014)
14ème édition

   liens structures

Cinétéléfilms
Tunisie | Ariana / Tunis

Films du Worso (Les)
France | Paris

Jour2Fête
France | PARIS

Pacte (Le)
France | PARIS

Quinta Communications
Tunisie | Gammarth Supérieur, Tunis

Sister Productions
France | PARIS

Six Island Productions
Allemagne | Toronto ON

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page