actuellement 18047 films recensés, 3098 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
12/02/2015
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Hassouna Mansouri (Africiné)

retour
 
Atlantic, de Jan Willem van Ewijk
Ode à l'océan
Festival International du Film de Rotterdam (25 janvier février 2015)

Atlantic de Jan Willem van Ewijk est peut-être l'un des films les plus réussis sur le thème de l'émigration clandestine. Le secret, s'il en est un, réside dans l'authenticité de l'émotion qui se dégage des images et de l'histoire. L'essentiel du matériau du film est inspiré du topoï surtraité des jeunes marocains qui, pour fuir l'impasse contre laquelle ils butent dans leur pays, se lancent dans la recherche désespérée d'un bonheur illusoire miroité par la rive nord de la méditerranée. Toutefois, le film s'inspire surtout de la vie du réalisateur, lui-même surfeur, amateur des plages marocaines et visiteur récurrent des petits villages du sud du royaume.

On se tromperait lourdement si l'on pensait qu'Atlantic est un film sur l'émigration au sens étroit du terme. Certes, celle-ci sert de toile de font au film mais le propos est biaisé. Jusqu'à l'âge de 32 ans, Fettah ne semble jamais avoir eu l'idée de tenter la traversée. Tout laisse croire qu'il se plaisait dans sa petite vie de pêcheur et de surfeur de talent. Le jeune homme est aimé de tous. Il dégage une grande affection autour de lui. De la petite Wissal avec qui il se laisse aller au jeu naïf et enfantin des dessins sur le sable de la plage à sa cousine qui éprouve du sentiment pour lui, au père qui ne lui veut que du bien.
Mais, sa grande passion, c'est le surf. Ce même talent fait que Fettah appartient à un monde qu'il partage avec des surfeurs de tous bords. Il est lié d'amitié avec des amateurs de la voile et des vagues du Maroc, d'Europe et même d'Amérique. Qu'est-ce qui l'a poussé donc à faire le grand saut ? Au-delà de la précarité qui n'est pas ignorée dans le film, c'est un appel mystique qui le tire vers les profondeurs. Toutes les péripéties, l'arrivée de Jan, celui d'Alexandra, l'accident que celle-ci a eu, l'intempérie qui lui vaut une pièce de sa planche et la perte du tournevis tombée dans le ventre de l'océan ne sont que des indices comme des points traçant la voie vers l'union mystique avec l'eau.
On peut penser au premier abord que c'est l'attrait de l'Europe dont Fettah voit les indices chaque fois que ses copains, entre autres Jan, reviennent avec de belles grandes voitures, de l'argent et les belles copines blondes. L'on peut penser que Jan est un double de Fettah en qui il se projette en secret. Le Hollandais a tout ce dont le jeune marocain pourrait rêver. Néanmoins, si pour celui-ci la mer est une passion qui l'occupe pendant les vacances; pour Fatteh c'est tout simplement sa vie.
Il en va de même pour Alexandra. Si pour Jan elle n'est qu'une belle compagne, Fettah voit en elle une révélation. Ce n'est qu'après l'avoir connue qu'il a décidé de tenter une aventure au prix de sa propre vie. On pourrait penser aussi qu'Alexandra est l'un des éléments dans lesquels le signe "Europe" se dégrade à l'instar de la belle voiture, la richesse, la belle voile,...
L'appel de l'Europe est la somme de tous ces fantasmes. Mais pour Fatteh c'est un appel d'un autre type. L'Europe et tous ses éléments, tout autant qu'Alexandra même, ont l'air de n'être que l'appel d'un destin.

Toute la vie du jeune marocain n'a de sens que dans le lien qu'il a avec l'eau de l'océan. Alexandra est peut-être une femme qu'il aura aimé, c'est un attachement presque d'ordre mystique qui le tire vers elle. Ne ressemble-t-elle pas à sa mère? En tout, cas elle a ses yeux, dit-il. L'océan est un autre élément qui unit les deux femmes. La mer s'y serait noyée, Alexandra y a eu un accident et c'est Fettah qui l'a secourue.
Tout concourt donc à faire de l'appel de l'eau l'appel le plus fort. Au-delà de tous les thèmes que le film pourrait évoquer, celui de la passion de la mer demeure le plus évident. Dans ce sens, c'est Fettah qui est le double de Jan Willem van Ewijk. Les images des surfeurs et celles du combat du jeune marocain avec les vagues dans l'étendue infinie de l'océan sont d'une beauté à couper le souffle. Les voix de l'Europe, Alexandra le tirant vers nord, celles de Wissal, du père, des copins,... essayant de le retenir n'ont aucun écho. Seul l'appel des vagues parvient à avoir son écoute. Tout ceci fait d'Atlantic, plus qu'un film sur un thème social, un film sur la poésie et sur la force irrésistible et tragique de la passion.

par Hassouna Mansouri
Depuis Le Sud / Vanuit het Zuiden

haut de page


   liens films

Atlantic (Land) - الأطلسي 2014
Jan-Willem van Ewijk


   liens artistes

Hänsel Marion


Lamara Fettah


Majd Mohamed


Reuten Thekla


van Ewijk Jan-Willem


   vnements

05/12/2014 > 13/12/2014
festival |Maroc |
Festival International du film de Marrakech (FIFM 2014)
14ème édition

21/01/2015 > 01/02/2015
festival |Pays-Bas |
Festival International du Fllm de Rotterdam 2015 (IFFR)
44ème édition

25/03/2015 > 29/03/2015
festival |Curaçao |
Curaçao International Film Festival Rotterdam - Curacao IFFR 2015
4th edition. Five days of something different and exciting!

   liens structures

Fortissimo Film Sales
Pays-Bas | AMSTERDAM

Man's Films
Belgique | BRUXELLES

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>