actuellement 16234 films recensés, 2741 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Scheina Adaya
publié le
07/03/2015
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique
retour
 
FESPACO 2015 - Palmarès Prix spéciaux et Prix de la Critique africaine
Les films burkinabès raflent cinq prix, C'est eux les chiens est le Grand Prix de la critique africaine

Le triomphe burkinabè

C'est au Salon du soleil levant de la Siao (Salon international de l'artisanat de Ouagadougou) que les jurys des prix spéciaux de la 24e édition du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou ont rendu leur palmarès hier, vendredi 6 mars. Les films burkinabés ont été les plus primés avec pas moins de 5 prix. Ce qui peut conforter le pronostic de nombreux festivaliers et journalistes qui voient bien un film burkinabè repartir avec le plus prestigieux prix du festival : l'Etalon d'or de Yennenga.
Le film L'œil du cyclone du réalisateur burkinabè Sékou Traoré repart avec deux prix : celui de l'Uemoa de l'intégration, catégorie long-métrage et celui du Prix spécial Sembène Ousmane de la fondation Ecobank, d'une valeur totale de 10 millions francs CFA, à raison de 5 millions pour chacun.
Avec son film La Sirène du Faso Fani, le Burkinabè K. Michel Zongo décroche le Prix spécial de l'Uemoa dans la catégorie documentaire avec une enveloppe de 3 millions et un trophée ainsi que le Prix de la Loterie Nationale du Burkina (Lonab) doté d'une enveloppe de deux millions. Son film, indique la présidente du jury, Mariama Sow, contribue à la promotion du cinéma africain avec le thème traité.
Cellule 512 du Burkinabé Missa Hébié a été choisi par de l'Association catholique mondiale pour la communication, pour le Prix Signis (avec une somme de deux millions, un diplôme et un trophée).

Prix Thomas Sankara, initié par Balufu Bakupa-Kanyinda

L'une des innovations marquantes de cette année est sans aucun doute le Prix Thomas Sankara annoncé par la Guilde africaine des réalisateurs et producteurs. Remporté par le film Zakaria de la réalisatrice tunisienne Leila Bouzid et doté d'une enveloppe de 3 millions, soutenu par une attestation et un trophée, constitue la touche après révolution de cette 24e édition. "C'est un prix qui récompense l'excellence dans tous les compartiments d'un film, nous avons choisi sans critères particuliers" a affirmé le président du jury, Balufu Bakupa-Kanyinda. Le réalisateur congolais (Juju Factory, Thomas Sankara…) qui a initié le Prix Thomas Sankara, est le Président de la Guilde africaine des réalisateurs et producteurs, basée à Paris.
Zacharia de Leila Bouzid repart aussi avec le Prix Ibn Batouta Royal Air Maroc. Le Togo, représenté par le réalisateur Max Tchincoun avec son film Les Avalés du grand bleu est lauréat du prix de l'Uemoa (4 millions) dans la catégorie court-métrage.
Le Prix spécial de la ville de Ouagadougou (d'une valeur de deux millions et un trophée) est revenu au film Price of love ("Le Prix de l'amour", en anglais, "Yefikir Wagawe", tittre original amharique) de l'Ethiopienne Hermon Hailay. Pour son 3ème long métrage, la réalisatrice et scénariste nous plonge avec aprêté dans le milieu de la prostitution à Addis-Abéba, la capitale. Eskindir Tameru et Fereweni Gebregergs jouent les rôles principaux.
Le Karité, mâne des savanes de l'Ivoirienne Félicia Kouakou remporte le Prix santé sécurité au travail de l'Inter-africa des risques professionnels. Il est doté d'une enveloppe de 2 millions et un trophée.
Le prix spécial de l'Unicef pour les droits de l'enfant constitué de la plus grande enveloppe (7 millions et un trophée), est revenu à Damaru du réalisateur camerounais Agbor Obed Agbor.

En 2013, l'enveloppe globale des prix spéciaux s'élevait à 100 millions. Cette année, malgré une légère différence avec les 84 millions octroyés par les partenaires, le président de la commission des prix spéciaux Michel Saba a déclaré être ému par l'effort de ceux- ci pour soutenir le Fespaco et l'accompagner pour l'émergence du cinéma africain
Le Sénégal a été le grand absent de ce rendez-vous qui précède la Cérémonie de clôture. Les réalisateurs nationaux présents dans la salle sont donc repartis bredouille, en attendant la grande soirée ce soir au Palais des Congrès.
D'autres prix spéciaux seront décernés durant la cérémonie de clôture où le public connaitra le nom du grand gagnant tant attendu de cette année.

Etalon d'or 2015 : le tiercé gagnant du prix de la critique

En marge de cette cérémonie, 9 membres de la Fédération africaine de la critique cinématographique (FACC) présents au Fespaco ont voté afin de désigner leurs trois meilleurs films dans l'ordre, pour ce FESPACO 2015. Le classement, après dépouillement, porte C'est eux les chiens de Hicham Lasri (Maroc) sur la plus haute marche du podium.
Sette fiction suit Majhoul qui vient de passer 30 ans dans les geôles marocaines pour avoir manifesté en 1981 durant les "émeutes du pain". L'homme retrouve la liberté en plein Printemps arabe ; une équipe de télévision en quête de sensationnel décide de le suivre dans la recherche de son passé. Ulysse moderne, Majhoul (joué par Hassan Badida) les entraîne dans une folle traversée de Casablanca, au coeur d'une société marocaine en ébullition. Ce film a été également primé dans plusieurs festivals (Cordoba 2013,
Zagora 2013, Festival Cinémas d'Afrique du Pays d'Apt 2013, Festival Lumières d'Afrique de Besançon 2013, Festival international du Film d'Auteur de Rabat 2013 où Hassan Badida a reçu le Prix d'interprétation masculine). 1er Prix de la Facc 2015, C'est eux les chiens a fait sa Première Mondiale au 66e Festival de Cannes, dans la Programmation ACID, en 2013
À la 2ème place, la critique africaine a choisi Timbuktu de Abderrhamane Sissako (Mauritanie). L'Oeil du Cyclone de Sékou Traoré (Burkina Faso) ferme le palmarès, il est classé 3ème.
Ce tiercé gagnant de la critique peut être différent de celui du Jury officiel qui décerne l'Etalon d'or de Yennenga dans l'après-midi du 07 mars 2015, à Ouagadougou.



En 2013, le Prix de la Critique avait été décerné à One man's show du réalisateur Newton Aduaka. Avec pour toile de fond une France en quête identitaire, ONE MAN'S SHOW (Fiction, 1h15, Drame) est le portrait fictionnel d'un comédien afropéen à Paris qui, à la veille de ses 50 ans, apprend qu'il est atteint d'un cancer de l'estomac. Le Nigérian Newton I. Aduaka a réuni pour ce film Emile Abossolo Mbo, Aissa Maiga, Odile Roire, Fatima Adoum et Kwame Pocrain.

Scheina ADAYA
Envoyée Spéciale, Wal Fadjiri (Dakar)
avec le soutien de la Direction Nationale de la Cinématographie, en collaboration avec l'ASCC

haut de page


   liens films

Avalés du grand bleu (Les) 2014
Maxime Tchincoun

C'est eux les chiens... 2013
Hicham Lasri

Damaru 2014
Agbor Obed Agbor

Karité, manne des savanes 2014
Abossi Abenan Félicia Kouakou

Oeil du cyclone (L') 2014
Sékou Traoré

Price of love 2015
Hermon Hailay

Zakaria 2013
Leyla Bouzid


   liens artistes

Aduaka Newton


Bakupa-Kanyinda Balufu


Bouzid Leyla


Hailay Hermon


Hébié Missa


Lasri Hicham


Obed Agbor Agbor


Saba Michel


Sankara Thomas


Sissako Abderrahmane


Tchincoun Maxime


Traoré Sékou


Zongo Michel K.


   évènements

28/02/2015 > 07/03/2015
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2015 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
24e édition. Thème : Cinéma africain : production et diffusion à l'ère du numérique''.

   liens structures

Nour Films
France | PARIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page