actuellement 16418 films recensés, 2768 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
31/03/2015
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Michel Amarger (revue Africiné)


Kaouther Ben Hania, réalisatrice tunisienne


Scène du film


Scène du film, la réalisatrice confrontée à un policier


Scène du film, un policier menaçant la réalisatrice


Scène du film, la famille d'une victime

retour
 
Le Challat de Tunis
Revisiter un fait divers tunisien
_uploads/images/personnes/BEN-HENIA_Kaouther_2014_by_CINETELEFILMS_SISTER_PRODUCTIONS.jpg LM Fiction de Kaouther Ben Hania, Tunisie / France / Canada, 2013
Sortie France : 1 avril 2015

La nouvelle génération qui a fait ses armes à la Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs monte au créneau. Et Kaouther Ben Hania qui y a bien participé, s'oriente vers la réalisation de longs-métrages professionnels pour les salles. Après des études à l'Ecole des Arts et du Cinéma de Tunis, elle se forme au scénario à la Fémis de Paris, et collabore à la chaîne Al Jazeera Documentaire. Ce parcours balisé de courts-métrages remarqués comme Moi, ma sœur et la chose, 2006, ou Peau de colle, 2013, s'enrichit de documentaires tel Les imans vont à l'école, 2010. Ces films abordent volontiers la condition des femmes dans une société tunisienne plus conservatrice que ce qu'on veut bien le dire. Et la réalisatrice pousse sa réflexion avec son premier long-métrage fictionnel, Le Challat de Tunis, 2013.



Le film s'appuie sur un fait divers, largement médiatisé en 2003. Un homme mystérieux, souvent à mobylette, agresse les femmes trop séduisantes en lacérant leurs fesses avec une lame de rasoir. Onze Tunisiennes très différentes sont attaquées sans qu'on arrête le coupable, dénommé le Challat pour sa lame. "Mon souhait de départ était de faire un documentaire sur cette affaire, qui date de 2003, mais c'était impossible sous le règne de Ben Ali, parce que les informations n'étaient pas accessibles", explique Kaouther Ben Hania. "Le film est devenu une fiction, que j'ai commencée à écrire en 2009. Puis il y a eu la révolution, et tout est devenu plus accessible." Le Challat de Tunis prend alors la forme d'un faux documentaire, un "documenteur" ("mockumentary", en anglais), comme peut le désigner la réalisatrice qui a soutenu un mémoire universitaire sur le sujet, en 2008.

Elle se met en scène en train d'enquêter sur l'histoire du Challat et les personnages filmés interprètent leur propre rôle. En organisant un casting, un jeune homme s'impose comme le vrai Challat repenti. La réalisatrice entre dans son univers où trône sa mère, entrevoit ses trafics, sa manière de trouver une fiancée "convenable" qui soit vierge. Avec un associé, il soutient un jeu vidéo sur le Challat, capable d'irriter une cliente. Sa disparition subite, et la fermeture du magasin de jeux, pousse la cinéaste à suivre une autre piste, rencontrant des femmes agressées par le Challat à l'époque. On apprend alors que le disparu ne serait pas ce qu'il prétend avant que la réalisatrice aille le filmer en prison où il a atterri. Pressé de s'expliquer, il préfère dérouter les aveux, soucieux de représenter l'authentique Challat aux yeux des spectateurs.



Le pseudo documentaire arrangé par Kaouther Ben Hania, vise ainsi à démystifier les fantasmes des Tunisiens, en pointant la situation de la femme à partir de l'affaire du Challat. "On est dans un univers très misogyne, machiste. J'ai creusé ce terrain là, mais ce n'est pas représentatif de l'ensemble de la société tunisienne", relève-t-elle. Sa démarche permet de faire surgir l'état d'esprit d'un pays où les fesses sont des cibles et le corps féminin un enjeu. Elle orchestre son "documenteur" comme un objet ludique, mettant en exergue les illusions du cinéma, capable de faire sens. Le Challat de Tunis est ainsi "une forme de satire", selon la réalisatrice qui confie : "J'avais besoin de cet humour."

Le projet est pourtant mené comme une affaire sérieuse, avec des professionnels réputés. Le cadre est assuré par le chef opérateur Sofiane El Fani, auteur des images de La vie d'Adèle de Abdellatif Kechiche, Timbuktu de Abderrahmane Sissako. Le montage est relevé par Nadia Ben Rachid qui collabore avec bon nombre d'auteurs. Le film est coproduit par la Tunisie, la France et le Canada avec le concours des Emirats Arabes Unis. Ces moyens permettent à Kaouther Ben Hénia de questionner la condition des femmes arabes, en dépassant le cas du Challat de Tunis, comme elle le déclare : "La même histoire s'est produite à Sousse, une autre ville tunisienne, à la fin des années 1980, ainsi qu'au Caire en 2009, au Maroc, en Syrie… Il y a là quelque chose de très intrigant, qui a rapport à la situation d'oppression que connaissent ces pays-là, qui génère parfois des folies criminelles."

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / RFI / Médias France),
pour Africiné

haut de page


   liens films

Challat de Tunis (Le) | Challat Tunes 2014
Kaouther Ben Hania


   liens artistes

Attia Habib


Barsaoui Mehdi


Ben Hania Kaouther


Ben Rachid Nadia


El Fani Sofian


Paratian Julie


Scherzer Paul


   évènements

21/03/2015 > 28/03/2015
festival |Espagne |
FCAT 2015 - Festival du Cinéma Africain de Cordoue
12ème édition. Rétrospective Emil Abossolo Mbo, grand acteur camerounais.

31/03/2015 > 19/04/2015
festival |France |
Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient 2015 - 10e PCMMO
10ème édition. Focus sur le cinéma marocain.

   liens structures

ACID
France | Paris

Afrimages
France

Cinétéléfilms
Tunisie | Ariana / Tunis

CNC - Centre National du cinéma et de l'image animée (France)
France | PARIS cedex 16

Doha Film Institute (DFI)
Qatar | DOHA

Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs (FTCA)
Tunisie | TUNIS RP

Jour2Fête
France | PARIS

Ministère de la culture et de la sauvegarde du patrimoine (Tunisie)
Tunisie | TUNIS

Organisation internationale de la francophonie (OIF)
France | PARIS

RFI
France | Paris

Sister Productions
France | PARIS

Six Island Productions
Allemagne | Toronto ON

haut de page

   vidéos
   

 

Le Challat de Tunis, trailer 2015
bande annonce

 

 

PEAU DE COLLE, de Kaouther BEN HANIA - يد اللوح
bande annonce

 

 

Moi ma soeur et "la chose"
film intégral

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page