actuellement 16360 films recensés, 2758 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Alioune Ndiaye
publié le
25/05/2015
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Alioune Ndiaye (Africiné)


Nadine Ostobogo, réalisatrice gabonaise


The Muse (peinture de Gabriel de Cool, 1895)

retour
 
Dialemi (Elle s'amuse), de Nadine Otsobogo, 20 mn fiction, Gabon
L'artiste, la muse, le milieu

"Décor de sable de mer et de ciel, un cabanon sur la plage, une trace de pas, un pas de femme. Un endroit idyllique. Un homme couché sur son lit, le visage baigné de lumière, il dort paisiblement. Une belle musique sort de la radio. Une femme approche de son lit, et tout d'un coup, la porte, sous l'effet du vent claque violemment. Réveil brutal, ce n'était qu'un rêve."

Dans un magnifique bord de mer, un vieil sculpteur cherche à dompter un bloc de pierre, la "pierre de mbigou". Ce bloc est là, refusant de se donner. Le burin l'écorche, mais elle reste toujours rétive. Entre les promenades sur la plage et les cours qu'il donne aux enfants, le vieil sculpteur cherche l'inspiration. Subitement, apparait une jeune femme, belle et mystérieuse, dont on ne sait si elle rêvée ou réelle. Elle arrive à l'improviste et repart comme par enchantement. Elle apparait toujours en musique. Parfois elle parle, danse, rit ou fait l'amour avec lui. À cause d'elle, il s'est même blessé une fois… Ces apparitions lui font du bien : la pierre de mbigou devient amie avec son burin, les coups deviennent caresses et l'œuvre prend forme.



Avec Dialemi, Nadine Otsobogo, chef maquilleuse, dans beaucoup de productions africaines et internationales, signe un court-métrage qui rend compte, de manière très efficace, des rapports entre l'artiste et sa muse, l'artiste et son milieu. Le rapport entre travail et inspiration est filmé au plus près. À travers l'image, tantôt c'est l'artiste qui observe et tente d'apprivoiser le matériau, tantôt on a l'impression que c'est l'œuvre en construction qui observe son créateur.
Le film est tourné dans un magnifique décor de plage et de forêt oà l'artiste, semblable à cet oiseau blanc qui picore paisiblement dans les hautes herbes, vit paisiblement, en parfaite osmose avec l'endroit.

Cet homme solitaire retranché dans son morceau de plage refuse la célébrité et vit un rapport lointain au marché de l'art. A cet égard, ce court métrage est une critique du monde artistique qui apparait - à travers la figure de l'homme blanc qui fait "réparer" son masque -, bien mercantile. Cet homme-là est ainsi la métaphore de l'art traditionnel vidé de toute sa symbolique "magique", en devenant un objet "déritualisé", parce que hors de son contexte.
En refusant de faire partie de ce monde-là, le vieil homme garde sa liberté d'artiste. Il n'est pas soumis aux lois de la cote des œuvres d'art, et supporte le confort spartiate de son cabanon, qui malgré tout, lui ouvre les portes vers l'océan infini, toujours en mouvement, en constant renouvellement. Aux ors de la gloire, il préfèrera la satisfaction plus "pure" de la transmission de son art aux enfants qui vivent aux alentours. Aux plaisirs des grands restaurants, il préférera un plat qu'il échange contre une pièce qu'il aura lui-même sculptée. Aux conquêtes féminines il préfèrera la présence fantomatique de sa muse.

Alioune Ndiaye

Cette critique a été faite dans le cadre de l'Atelier d'Initiation à la Critique Cinématographique (mai 2014, Dakar), organisé par le Programme ACERCA de Formation pour le Développement du Secteur Culturel de l'AECID, Cultura Dakar (la section culturelle de l'Ambassade d'Espagne au Sénégal) et le Festival de Cinéma Africain de Cordoue-FCAT, en collaboration avec l'Institut Cervantes de Dakar, la Féderation Africaine de la Critique Cinématographique (FACC) et l'Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC).

haut de page


   liens films

Dialemi 2013
Nadine Otsobogo Boucher


   liens artistes

Ivanga Imunga


Maïdou Prudence


Nkoulou Amédée Pacome


Otsobogo Boucher Nadine


Owondo Laurent


   évènements

23/02/2013 > 02/03/2013
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2013 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
23e édition. Thème : "Cinéma africain et politiques publiques en Afrique".

24/05/2014
soirée |Nigeria |
African Movie Academy Awards (AMAA 2014)

26/05/2014 > 30/05/2014
atelier |Sénégal |
Atelier sur la critique cinématographique à Dakar, mai 2014

29/05/2014
festival |Sénégal |
Cortos Rek 2014
1ère édition. Afin de promouvoir et renforcer le court-métrage (moins de 25 mins) au Sénégal.

   liens structures

African Movie Academy Awards (AMAA)
Nigeria | LAGOS

Al-Tarab
Espagne | Sevilla

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Aula Cervantes Dakar
Sénégal | Dakar

Cinenómada
Espagne | SEVILLA

CulturaDakar
Sénégal | DAKAR

Djobusy Productions
Gabon | Libreville

Fédération Africaine de la Critique Cinématographique (FACC)
Sénégal | Dakar

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

IGIS
Gabon | LIBREVILLE

MobiCINE
Sénégal | DAKAR

Programa ACERCA
Espagne | MADRID

haut de page

   vidéos
   

 

Dialemi (Elle s'amuse)
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page