actuellement 16412 films recensés, 2767 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Djia Mambu
publié le
08/12/2015
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Djia Mambu (Africiné Magazine)





retour
 
Afriques en rhizome
Festival Filmer À Tout Prix 2015

Cette année, la section Afriques en rhizome a présenté des productions de cinéastes africains et des diasporas durant le Festival Filmer à Tout Prix qui s'est tenu du 5 au 15 novembre 2015 à Bruxelles. Répartis en cinq axes : Amnésie coloniale, Les nœuds de l'apartheid, Représentations, Identités et mouvements, Déplacements et trajectoires, ces films documentaires illustrent le regard des auteurs sur la période coloniale et postcoloniale.

Du génocide allemand en Namibie, de la mission évangélique en Afrique, de la pratique de l'apartheid en Afrique du Sud, les documentaires explorent des facettes de la période coloniale à travers l'objectif de cinéastes africains. La période postcoloniale n'est pas en reste avec tous les effets dont elle témoigne encore aujourd'hui : une génération mêlée dans des conflits d'identités, une diaspora en quête de sa propre représentation.

Au vue de la sélection, la priorité n'était pas d'être le plus représentatif en projetant des œuvres des quatre coins du continent, comme c'est souvent le cas de festivals de films sur l'Afrique en Europe. La préoccupation fut essentiellement thématique : "On voulait des documentaires de cinéastes avec des singularités cinématographiques qui n'ont pas forcément encore été montrés en Belgique et qui collaient à la thématique", explique Katy Léna Ndiaye, chargée de la programmation avec Marta Kucza et Rosa Spaliviero. Ainsi, à partir du Malentendu colonial du Camerounais Jean-Marie Téno qui pose le problème de la colonisation par le déni issu du discours dominant, le spectateur est aussi amené dans l'univers des communautés blanches postapartheid par l'entremise d'une famille de Boer avec L'Afrikaner d'Annalet Steenkamp.

Dans ces morceaux de réalité, ce ne sont pas les leaders classiques qui ont pour habitude d'être associés à l'histoire d'un pays qui sont racontés mais d'autres, certes moins médiatisés, qui ont eu un rôle tout aussi signifiant. En Afrique du Sud, Penny Siopis explore visuellement la figure de David Pratt dans Le Maître se noie, cet Africain blanc qui a tenté en 1960 d'assassiner Hendrik Verwoerd, premier ministre sud-africain et exécutant du régime ségrégationniste. Aussi, le Ghanéen John Akomfrah exploite une conversation du sociologue intellectuel jamaïcain Stuart Hall dans The Stuart Hall Project.

Les effets matériels (Dankumba de Bakary Diallo, Mali), physiques (Western 4.33, d'ARYAN Kaganof) et psychologiques habitent les oeuvres. Alors que Zina Saro-Wiwa (Nigéria) questionne des Africains de part et d'autre sur leur attitude quant à une pratique héritée de l'Occident, avec Eaten By The Heart Part I: How Do Africans Kiss?, la Kenyane Ng'endo Mukii interroge les critères standard européens de la Beauté dans Yellow Fever.
La descendance africaine américaine se joint au tableau grâce à È minha cara de Thomas Allen Harris, toujours en quête d'identités et de (re)présentations.

Plus de cinquante ans après les indépendances, les questions sur l'occupation européenne en Afrique se posent toujours mais maintenant les réponses sont davantage artistiques et africaines plutôt que politiques et européennes. Impossible de faire l'impasse sur le passée comme souhaiteraient certains pour soi-disant mieux avancer. La colonisation, et bien avant elle l'esclavage, a définitivement changé la trajectoire de l'Histoire des Africains et de la diaspora, et continue à le faire aujourd'hui. La société ne peut plus penser en termes de centre avec la mondialisation et les identités ne se définissent plus comme étant fixes car constamment en relation avec les cultures des autres. C'est d'un monde pluriel dont parlait l'écrivain martiniquais Édouard Glissant en parlant d'antillanité, de créolisation. Un métissage, une identité rhizome.

Djia Mambu,
Bruxelles, novembre 2015

haut de page


   liens films

Afronauts 2014
Nuotama Frances Bodomo

Dankumba 2011
Bakary Diallo

E Minha Cara (That's My Face) 2001
Thomas Allen Harris

Édouard Glissant : un monde en relation 2010
Manthia Diawara

I, Afrikaner 2013
Annalet Steenkamp

Malentendu colonial (Le) 2004
Jean-Marie Teno

Tomo 2012
Bakary Diallo

Western 4.33 2002
Aryan Kaganof

Yaar 2014
Simon Gillard

Yellow Fever 2012
Ng'endo Mukii


   liens artistes

Akomfrah John


Diallo Bakary


Glissant Edouard


Harris Thomas Allen


Mukii Ng'endo


Ndiaye Katy Lena


Saro-Wiwa Zina


Steenkamp Annalet


Teno Jean-Marie


   évènements

05/11/2015 > 15/11/2015
festival |Belgique |
Filmer à Tout Prix 2015
16ème édition. Programme "Afriques en rhizome" (12 films récents "des Afriques", présenté à partir du vendredi 6 novembre, au Cinéma Aventure, à Bruxelles).

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page