actuellement 18016 films recensés, 3093 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Simon Mbaki Mazakala
publié le
28/01/2016
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Simon Mbaki Mazakala (magazine Africiné)


Thierry MICHEL, réalisateur et co-scénariste belge


Colette Braeckman, Co-scénariste belge


Dr Denis Mukwege


Scène du film documentaire Un amour pendant la guerre


Africiné Magazine, the World Leader (African & Diaspora Films)

retour
 
L'Homme qui répare les femmes - La colère d'Hippocrate
Le "Bon Berger" des femmes
Un film réalisé par Thierry Michel, coécrit par Thierry Michel et Colette Braeckman.

Après avoir essuyé plusieurs interdictions pour sa projection en RDCongo, à cause des propos tenues par les femmes contre les militaires de l'Armée Nationale, le film documentaire du réalisateur belge Thierry Michel est enfin vu sans censure par le public pour lequel il est en fait destiné. Les habitants des trois villes : de Kinshasa, de Bukavu et de Lubumbashi ont bénéficié de cette opportunité en premier lieu dans les salles du Centre Wallonie Bruxelles, du collège Alfadjiri et de l'Institut français. Il reste de donner l'occasion au plus grand nombre à travers les télévisions du pays afin de voir le combat de ce médecin gynécologue congolais qui se sacrifie pour la défense des femmes violentées sexuellement.



Dans ce film, le réalisateur Thierry Michel et la journaliste Colette Braeckman donnent la parole au Docteur Denis Mukwege pour parler de sa vocation, du comment et de pourquoi de son acharnement à poursuivre une lutte qui le fait prisonnier d'une nouvelle forme de guerre où les femmes sont l'objet principal. Malgré toutes les précautions de langage du Médecin, ses propos vous donnent froid dans le dos, par les manières de procéder des violeurs. Car il renseigne que les femmes de tous les âges, même de petits enfants sont concernées par la violence des actes sexuels causés pour les anéantir physiquement et même dans leur for intérieur.

Les témoignages recueillis auprès des certaines femmes donnent un éclairage sur la barbarie des actions menées par les fautifs. Ceux-ci ne sont que rarement réprimandés. Au fil de temps, leurs actes sont banalisés. Car après le viol, l'entourage immédiat rejette ces femmes.

Ce film sur le Docteur Denis Mukwege est aussi un rappel sur l'histoire des pays des grands lacs africains tourmentés ces derniers temps. La République Démocratique du Congo - qui possède des populations frontalières similaires avec le Rwanda, le Burundi et l'Ouganda - est confrontée au fameux génocide des Tutsis de 1994. Après avoir accueilli avec hospitalité les réfugiés sur son territoire, ceux-ci ont depuis 1996 introduit des comportements bestiaux à l'endroit de son peuple. Des tueries gratuites sont commises avec toutes forme d'arme blanche : machettes, gourdins, haches, houes… Des exploitations des personnes mineures dans les mines sont exécutées par la force.

Dans cet environnement hostile, le Docteur Denis Mukwege - Directeur de l'hôpital de l'Etat de Panzi dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu, hôpital mis en gestion par l'Etat à l'archidiocèse catholique - devient l'objet de menaces des hommes armés et de tous les enjeux pour la défense des droits de l'homme. Les femmes violées y sont soigneusement remises en l'état. Des actes juridiques sont menés contre les violeurs. Un réarmement moral accompagne les femmes pour les mener à se surpasser et à affronter coûte que coûte la situation et de devenir autonome par le canal de la "Cité de la joie".

Il y a onze ans, en 2005, la réalisatrice camerounaise Osvalde Lewat-Hallade a relaté une partie du travail du Docteur dans l'amour fraternel des femmes envers lui, avec son film Un amour pendant la guerre.

Les images d'archives du film L'homme qui répare les femmes… montrent la reconnaissance de la communauté internationale au combat de tous les jours de Denis Mukwege, pour dire que ce Docteur ne travaille pas en vain. Surtout que ces femmes se sont regroupées pour le soutenir et s'intègrent dans la marche de leur libération face aux maltraitances.

Au Sud Kivu, province où la nature est splendide avec des montagnes verdoyantes, le moral du Docteur qui en s'évadant se ressource mentalement, le film montre comment est-ce qu'il prend à cœur sa destinée.

En "Bon Berger", Dr Denis Mikwege qui est toujours jovial, reste constamment amical. Même s'il est surtout perturbé par des situations où les opérations sont difficiles à effectuer avec les matériels de la dernière technologie. C'est là où l'on ressent la colère de ce fils de Pasteur.

MBAKI MAZAKALA Simon

haut de page


   liens films

Homme qui répare les femmes - la colère d'Hippocrate (L') 2015
Thierry Michel


   liens artistes

Braeckman Colette


Lewat Osvalde


Michel Thierry


MUKWEGE Dr Denis


   vnements

19/08/2016 > 27/08/2016
festival |France |
Gouel ar Filmoù / Festival de Cinéma de Douarnenez 2016
39ème édition. Festival culturel, festif et militant. Thème : Peuples de Turquie.

   liens structures

Association Congolaise des critiques cinématographiques (ACCC)
République démocratique du Congo | KINSHASA

Centre Wallonie-Bruxelles de Kinshasa
| Kinshasa

Films de la Passerelle (Les)
Belgique | Liège

Institut français de Kinshasa (Centre Culturel Français Halle de la Gombe)
République démocratique du Congo | KINSHASA

Public Sénat (ex La Chaîne parlementaire)
France | PARIS

RTBF
Belgique | BRUXELLES

WIP (Wallonie Image Production)
Belgique | Liège

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>