actuellement 16532 films recensés, 2789 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Baba Diop
publié le
29/01/2016
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique



Baba Diop (Africiné)


Taïeb Louhichi, réalisateur


Kateb (Hichem Rostom)


Sonia, Fafou (Mohamed Mrad) et Yanis


Scène du film avec Sarra Hannachi, Mabô Kouyaté, Jamel Madani et Mohamed Mrad


Scène du film


Scène du film


Kateb (Hichem Rostom) face à Yanis (Mabô Kouyaté)


Scène du film, avec Sarra Hannachi


Sarra Hannachi (Sonia)


Mabô Kouyaté (Yanis)




Affiche arabe / américaine


Africiné Magazine, the World Leader (African & Diaspora Films)

retour
 
L'ENFANT DU SOLEIL de Taeïb Louhichi
Images fortes et éléments en harmonie

À l'image du romancier Kateb (Hichem Rostom) de L'enfant du soleil, le réalisateur Taeïb Louhichi manipule en permanence le spectateur en instaurant un jeu vérité-mensonge. Dès lors, le spectateur se demande si Kateb est le Père que cherche Yanis (Mabô Keita) ou si Yanis fantasme sur un sexagénaire dont il a lu le roman et s‘identifie au protagoniste. Taeïb Louhichi garde le secret de famille tout en jalonnant son film de petites pierres qui sont autant d'indices. La lecture de la lettre qui ouvre le film en est un.

Taïeb LOUHICHI - L'enfant du soleil from Africiné www.africine.org on Vimeo.



L'enfant du soleil est un huis clos qui n'enferme pas ses personnages dans une maison stylée de la Marsa d'où ils ne peuvent sortir. Le réalisateur donne du mou à ses personnages qui se retrouvent dans des espaces ouverts échappant par moments à une douloureuse confrontation avec leur passé.
Après une soirée frénétique dans la boite de nuit où Yanis est Dj, Sonia (Sara HANACHI), Fafou (Mohamed MRAD) et Yanis (Mabô KOUYATÉ), comme lurons en foire, prolongent la fête sur la plage. Mais derrière cette insouciance de jeunesse se cachent de profondes blessures. Yanis est né d'une relation amoureuse aussi forte que fugace sur la plage de Bizerte, suivie d'une séparation, d'avant sa venue au monde. Il entraîne ses amis Sonia et Fafou qui eux aussi ont grandi en l'absence d'un père ou d'une mère. La maison de Kateb dans laquelle ils pénètrent par effraction, la croyant déserte, leur ouvre la porte d'une confrontation avec le propriétaire bien présent sur sa chaise roulante. Les personnages qui peuplent le récit sont à l'image du miroir brisé.

L'enfant du soleil révèle un réalisateur soucieux de la perfection et qui a conscience que chaque détail contenu dans un film est aussi important que le Tout. Taeïb Louhichi se sent à l'aise aussi bien dans les grandes étendues de sable qu'il a eu à filmer (Layla ma raison) que dans les intérieurs d'une maison qui, loin d'être une succession de pièces, s'offre à nos yeux comme une maison-sujet dans laquelle l'espace intérieur devient tracé d' un parcours initiatique et révélateur d'un désir d'ascension sociale en nœud Pap' et smoking. Dans cette exploration des lieux, c'est le primat du visuel qu'établit Taeïb Louhichi. Il y a dans sa manière de filmer les lieux quelque chose qui le rapproche de l'Autrichien Michael Haneke dans Amour et fait qu'un lieu ne devient pas simple décor de film mais bien un personnage, élément de lecture. Les objets qui tapissent les murs ou posés sur des meubles (masques, statuaires, tableaux de peintres etc.…) sont partie intégrante de la géographie sentimentale du réalisateur. Ils ne sont pas objets décoratifs mais des territoires que porte le réalisateur dans son cœur. Il faut avoir une claire conscience que Taeib Louhichi est grand amoureux de peinture et de musique. Le traitement de la bande son du film fait que le silence parmi d'autres musiques porte sa propre musicalité.



L'enfant du soleil appartient à ces récits à structure complexe parce que non linéaire et jouant sur la temporalité des histoires de vie racontées. Passé et présent s'enchevêtrent, ne prenant en compte que ce qui est intéressant à raconter. La rencontre de la mère de Yanis et de son amant n'est pas filmée mais juste évoquée. La lettre qui ouvre le film aurait pu le clore. Les différentes tonalités de lumière et la chromatique apaisante de certains éléments du décor adoucissent l'intensité dramatique du récit. Il y a là une exigence de réaliser des images fortes toutes en harmonie.

Baba Diop

haut de page


   liens films

Enfant du soleil (L') 2014
Taïeb Louhichi

Layla ma raison (Majnoun Layla) - مجنون ليلى 1989
Taïeb Louhichi


   liens artistes

Ben Ali Arbi


Ben Cheikh Moez


Hannachi Sarra


Kosal Nara Keo


Kouyaté Mabô


Louhichi Taïeb


Madani Jamel


Mrad Mohamed


Rostom Hichem


   évènements

13/02/2014 > 16/02/2014
cycle de cinéma |Tunisie |
Rencontre Annuelle des Réalisateurs de Films Tunisiens (RAFT 2014)
Rencontre Annuelle des Réalisateurs de Films Tunisiens (RAFT 2014) 3ème édition. Projections de films et Prix. Hommage à Omar Khlifi, pionnier du cinéma tunisien.

07/05/2014 > 25/05/2014
festival |États-Unis |
New York African Film Festival (Nyaff) 2014
21ème édition. "Revolution and Liberation in the Digital Age".

16/03/2015 > 22/03/2015
festival |Égypte |
Luxor African Film Festival - LAFF 2015
4ème édition

18/07/2015 > 25/07/2015
festival |Cameroun |
Ecrans Noirs 2015
19ème édition. Thème : "Numérique et exigence de formation". YAOUNDÉ, DOUALA

07/10/2015 > 19/10/2015
festival |France |
Festival du Film Arabe de Fameck/ Val de Fensch 2015
26ème édition. Présidente d'honneur 2015 : Dora Bouchoucha. Carte blanche à Raja Amari.

   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Tanit Production
Tunisie | LA MARSA

haut de page

   vidéos
   

 

L'Enfant du soleil - Child of the Sun - طفل الشمي
bande annonce

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page