actuellement 18016 films recensés, 3093 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Thierno Ibrahima Dia
publié le
09/12/2016
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Thierno I. Dia (Africiné Magazine)


Scène de Marabout, Tanit d'or 2016


Alassane Sy, réalisateur et acteur


Khedija Lemkecher, réalisatrice et productrice, membre du jury


Kais Zaied, réalisateur


Clémentine Dusabejambo, réalisatrice


Chadi Aoun, réalisateur


Souhir Ben Amara, actrice, membre du jury


Hamideddine Bouali, photographe, membre du jury

retour
 
Journées du Court-Métrage Tunisien de Gabès 2016
De la découverte et des célébrations
4ème édition, du 8 au 11 Décembre 2016


Les Journées du Court-Métrage Tunisien de Gabès s'ouvrent le jeudi 8 Décembre 2016, à 18h, par une séance spéciale avec les 3 courts métrages qui ont reçu le Tanit (or, argent et bronze) à la dernière session des JCC (Journées Cinématographiques de Carthage, Tunisie). Il s'agit de Marabout du réalisateur sénégalais Alassane Sy (Tanit d'or 2016), Silence (Samt) de Chadi Aoun, Liban (Tanit d'or 2016) et Une place pour moi (A place for myself, en anglais) de la Rwandaise Clémentine Dusabejambo (Tanit de bronze 2016).
Le film de Alassane Sy (mannequin devenu acteur qui signe ici sa première réalisation) suit Diagne, un jeune inspecteur de police (joué par le réalisateur) qui piste un groupe d'enfants des rues dans la ville de Dakar, après avoir été victime d'un vol de leur part. Il finit par découvrir les violences (viols, drogue, larcins, mendicité) auxquels ils sont exposés avec un maitre religieux - appelé marabout - qui les exploite éhontément. Avec Marabout (Fiction, 18 mins. Wolof / Français sous-titrés), dont c'était la Première mondiale, c'est la seconde année de suite que le Grand Prix du Court métrage des Journées Cinématographiques de Carthage est remporté par le Sénégal (Terremère du franco-mauritanien Aliou Sow est une production sénégalaise, il a eu le Tanit d'or 2015). Le Tanit d'argent 2016 a été décerné à un film d'animation : Silence (Samt) du réalisateur et producteur libanais Chadi Aoun qui nous amène dans la ville de Ghabra où le silence détonne. Toute forme d'expression est castrée. SAMT y est une introduction à une société dysfonctionnelle sur le point d'imploser. Le Film était sélectionné en Pologne (32ème Festival de Varsovie), Italie (22ème MedFilm Festival, Rome)
Quant à Une place pour moi (A Place for Myself), de la Rwandaise Clémentine Dusabejambo dont c'est le troisième court métrage, il a eu aux JCC le Tanit de bronze face à 18 autres films. La réalisatrice est une habituée des JCC : en 2012, elle avait déjà eu un Tanit (de Bronze également, aux JCC 2012) avec son premier film Lyiza (Intelligence). Ici, avec Jacqueline Umubyeyi, Fabiola Ndihokubwayo, Akimana Riziki, dans les premiers rôles, Une place pour moi (fiction, 20 minutes, drame) nous plonge dans une école primaire où arrive Elikia, une fille albinos âgée de cinq ans. Tandis que son voisinage la considère comme un stéréotype, sa mère la soutient. Ensemble, elles réagissent et élèvent leurs voix pour trouver leur propre place. Comme pour son premier court métrage, la réalisatrice Clémentine Dusabejambo portraiture un enfant dans un milieu scolaire en butte au rejet par ses camarades de classe, à cause d'une différence.
Deux films tunisiens sont projetés en hors-compétition. Il s'agit de Talik de Kaïs Zaied et La lune de la nuit aveugle de Khedija Lemkecher. Avec Taoufik El Ayeb dans le rôle principal, Talik (Fiction, 9 minutes) tourne autour d'un inconnu commençant sa journée dans une pièce étroite et presque vide. L'homme commence la lecture d'un livre et nous plonge dans la confusion entre la fiction du livre et sa propre réalité. Au fil des pages, la vérité se dévoile. Le film était en compétition officielle courts métrages aux JCC 2016. Il était au programme de la soirée spéciale films tunisiens aux Journées Cinématographiques de Sfax, début novembre.
La nuit de la lune aveugle (Lilate al gamra al amiya) est l'autre film en hors compétition. La réalisatrice Khedija Lemkecher plante le décor de son film dans un cimetière où trois jeunes adolescentes (Aisha, Tibr and Bouka) rêvent du prince charmant, lors d'une cérémonie durant une nuit de pleine lune au pays de Djérid, afin de conjurer leur peur de rester vieilles filles (malgré leur jeune âge).
Le film est produit par Moslah KRAÏEM (Cercina Films Productions) dont Khedija Lemkecher avait produit son premier long métrage, Le Cinémonde, avec la même structure de production qu'ils ont fondé tous deux en 2007. Elle est dans le Jury 2016 à Gabès.

La 4ème édition des Journées du Court-Métrage Tunisien de Gabès (JCMT 2016) réunit 21 courts métrages tunisiens au sein de la Compétition officielle. Parmi les réalisateurs, citons juste
Raya Bouslah, Abdal­lah Yahya, Sélim Gribâa et Wissem Tlili. Le jury qui décernera le Prix Asma Fanni est composé de Souhir Ben Amara (actrice), Khedija Lemkecher (réalisatrice et productrice) et Hamideddine Bouali (photographe). Les deux femmes jurées étaient aussi ensemble l'année dernière dans un même jury, celui du CREDIF aux Journées Cinématographiques de Carthage dont les membres avaient la tâche de décerner le Prix SAFI FAYE de la Meilleure réalisatrice [Note 1].

Les membres des ciné-clubs du sud tunisien (Djerba, Douz, Gabès, Sbiba, Gafsa et Médenine) ainsi que les étudiants de Gabès bénéficieront d'ateliers d'analyse filmique et de photographie en plus d'une exposition photo en marge des films. Une partie musicale en deux parties est prévue : d'abord la jam-session du Jazz Club de Tunis (après la cérémonie d'ouverture) et un concert de clôture : Yasser Jeradi et son groupe "Dima Dima".

Les Journées du Court-Métrage Tunisien de Gabes" sont un évènement cinématographique organisé par le ciné-club Taieb Louhichi de Gabès (du nom du grand cinéaste panafricain), sous l'égide de la Fédération Tunisienne des Ciné-Clubs. Cette 4ème édition se déroule au Centre universitaire d'animation culturelle et sportive de Gabès. La ville accueille également depuis 2015, le Festival International du Film Arabe de Gabès (FIFAG) créé et dirigé par notre collègue et ami, Mahmoud Jemni.

Thierno I. Dia

Note 1 : Le Prix Safi Faye est attribué par le Centre de Recherches, d'Etudes, de Documentation et d'Information sur la Femme (CREDIF) et soutenu par l'UNESCO (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture), afin de récompenser une femme réalisatrice dont le film, qu'il soit un long-métrage de fiction, ou un long-métrage documentaire, aura été retenu en compétition officielle aux JCC. Le Prix 2015 (section des prix parallèles) avait été décerné à la Syrienne Yasmin Fedda, pour son film Queen of Syria.

haut de page


   liens films

Marabout - الولي الصالح 2016
Alassane Sy

Nuit de la lune aveugle (La) - ليلة القمرة العمية 2014
Khedija Lemkecher

Silence (Samt) - صمت 2016
Chadi Aoun

Talik - طليق 2016
Mohamed Kaïs Zaied

Une place pour moi (A Place for Myself) 2016
Clémentine Dusabejambo


   liens artistes

Aoun Chadi


Ben Amara Souhir


Bouslah Raya


Dusabejambo Clémentine


Gribâa Sélim


Jemni Mahmoud


Lemkecher Khedija


Sy Alassane


Tlili Wissem


Yahya Abdal­lah


Zaied Mohamed Kaïs


   vnements

08/12/2016 > 11/12/2016
festival |Tunisie |
Journées du Court-Métrage Tunisien de Gabès - JCMT 2016
4ème édition

   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Cercina Films Productions
Tunisie | Ariana

FTCC (Fédération Tunisienne des Ciné-Clubs) - لنوادي السّينما الجامعة التّونسي
Tunisie | TUNIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>