actuellement 17521 films recens√©s, 2947 textes recherche | » english  
films r√©alisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  r√©dacteurs»
  √©crans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  d√©p√™ches »
  nouvelles de
la f√©d√©ration»
  la f√©d√©ration»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
09/06/2017
Ľ films, artistes, structures ou √©v√©nements li√©s √† cette critique
Ľ les commentaires li√©s √† cette critique



Hassouna Mansouri (Africiné Magazine)


Kaouther Ben Hania, réalisatrice tunisienne


Scène du film, avec Mariam Al Ferjani ("Mariam")


Scène du film Aala kaf ifrit (La Belle et la meute), de Kaouther Ben Hania

retour
 
La Belle et la meute, de Kaouther ben Hania
Lorsque Myriam demande quelque chose pour se couvrir


Projeté dans le cadre de la compétition Un Certain Regard au 70ème festival de Cannes, La belle est la meute de Kaouther ben Henia, la chef de file du jeune cinéma tunisien n'a remporté aucun prix mais il n'est certes pas passé inaperçu pour la presse internationale.

Lorsque Myriam demande quelque chose pour se couvrir, au poste de police o√Ļ elle est venue d√©poser une plainte contre ses violeurs, il n'y a qu'un safsari (habillement typiquement tunisien avec lequel les femmes se couvrent en dehors de leur foyer). C'est l√† autant un moment qu'un √©l√©ment sc√©naristique cl√© dans La Belle et la meute de Kaouther ben Hania en comp√©tition dans la section Un certain regard aux 70√®me Festival de Cannes. Jamais le statut de la femme et son poids dans la soci√©t√© tunisienne n'ont √©t√© pos√©s d'une mani√®re aussi subtile et, qui plus est cin√©matographique.
Myriam demande le safsari pour se couvrir. Elle ne supporte plus les regards des hommes (agents de police) qui n'ont pas arr√™t√© de la d√©shabiller par leurs yeux. En plus, c'est √† la suite de ce qu'elle a subi un peu plus t√īt dans la soir√©e. Surprise sur la plage avec un jeune homme dont elle venait de faire la connaissance, elle s'est fait violer par deux policiers. Elle atterrit dans un poste de police o√Ļ elle essaye de d√©poser une plainte contre ses agresseurs. Outre le fait que le film soit inspir√© d'un fait divers qui a secou√© l'actualit√© dans le contexte apr√®s-r√©volution de janvier 2011, il s'agit d'une analyse profonde du r√īle que la Femme joue dans la Tunisie moderne.






Construit en neuf s√©quences dont chacune est un chapitre du calvaire de la jeune √©tudiante qui habite dans un foyer universitaire parce que venant de l'int√©rieur du pays et donc pas habitu√©e √† l'atmosph√®re de la capitale. H√©sitante, remplie de honte et du sens de la culpabilit√©, Myriam subit toutes les humiliations. Pourtant, c'est elle la victime. Tout le long du film, elle ne cherche qu'une chose : d√©poser une plainte. Or, il se trouve que ses agresseurs sont eux-m√™mes des policiers et elle doit faire sa d√©position dans le poste o√Ļ ceux-ci sont en exercice. Une confrontation donc entre un √™tre en position de faiblesse et un ensemble de machos qui cherchent √† la faire taire par menaces et intimidation. Le poste de police devient un huis clos o√Ļ ben Hania s'exerce √† une analyse clinique de la soci√©t√©.

Les neuf chapitres du film sont une descente en enfer pour la jeune femme. Progressivement, elle est isolée des quelques personnes qui lui apportent une quelconque aide : l'infirmière qui l'introduit au médecin, la commissaire qui prend sa déposition et lui file un safsari, et même l'activiste dont elle vient de faire la connaissance. Un chemin de croix qu'elle doit faire seule. À mesure que l'aube approche, le calvaire doit finir d'une manière ou d'une autre. Va-t-elle pouvoir enfin déposer sa déclaration et engager une enquête ou bien va-t-elle céder à la meute de policiers qui cherchent à la pousser à y renoncer. Chacun des chapitres est un rebondissement qui fait monter la tension d'un cran.

Vient alors le moment de lib√©ration. Pouss√©e dans ses derniers retranchements de peur, d'humiliation et de crainte du scandale, et face aux derni√®res menaces d'impliquer sa famille, voire de l'arr√™ter, Myriam surprend tout le monde et se d√©cha√ģne. C'est elle qui appelle son p√®re et surmonte la peur qui la ligote. En ce moment-l√†, les policiers pourris ne peuvent rien contre sa d√©termination. Elle quitte le poste de police, lieu de sa pers√©cution toute libre et lib√©r√©e. Le safsari qui couvrait son corps en guise de protection contre les regards des hommes, elle le met sur ses √©paules et se m√©tamorphose en une princesse lib√©rant son corps apr√®s avoir lib√©rer son esprit. Une Marianne tunisienne qui n'est pas sans renvoyer au moment clef du soul√®vement populaire lorsque la jeunesse d√©munie a compris qu'elle n'avait plus rien √† perdre et il ne lui restait que la rue pour brader la peur et l'humiliation subies pendant des d√©cennies.

Ben Hania est f√©ministe. Le safsari n'est pas consid√©r√© comme un signe de la femme subalterne mais plut√īt de la femme tunisienne libre, lib√©r√©e et lib√©ratrice. D√®s les premiers mois de 2011, lorsque le pays est boulevers√© apr√®s le grand soul√®vement populaire de d√©cembre 2010, la classe politique, men√©e surtout par des hommes, et sous le poids du courant islamiste, √©tait sur le point de c√©der sur des points fondamentaux de la constitution tunisienne concernant le statut de la femme. Les partis politiques progressistes avaient du mal √† tenir face √† la mouvance conservatrice. Ce sont les manifestations de femmes dont l'embl√®me √©tait justement le safsari, qui ont emp√™ch√© une r√©gression qui aurait √©t√© n√©faste pour les libert√©s individuelles de tous les citoyens.
De ce point de vue, Ben Hania ne fait pas de compromis comme dans ses Ňďuvres pr√©c√©dentes. Sa mise en sc√®ne est sobre. Le film est tourn√© presque enti√®rement en plan-s√©quences dans des int√©rieurs exigus, des postes de police, des h√īpitaux, d'o√Ļ donc des cadres le plus souvent rapproch√©s. Tout contribue √† l'effet de tension et √† la confrontation qui ne cessent de monter jusqu'√† atteindre le crescendo juste avant l'extase de la lib√©ration. Quelques r√©pliques renvoyant directement au contexte g√©n√©ral de la soci√©t√© sonnent comme des fausses notes et emp√™chent le film de d√©coller vraiment vers une po√©tisation sup√©rieure. Ce qui demeure n√©anmoins regrettable.

Le fait divers est transform√© en une lecture politique de la soci√©t√© tunisienne. Ni les institutions d√©mocratiques, ni la presse, ni l'activisme politique n'ont pu venir au secours de la jeune femme. C'est elle-m√™me qui a d√©cid√© de son sort. De la m√™me mani√®re, ce sont les femmes tunisiennes qui ont fait mur contre l'atteinte √† leur statut dans la nouvelle constitution. Plus encore, la situation des faits apr√®s la r√©volution est un clin d'Ňďil au combat qui continue. Car, si la situation politique a peut-√™tre chang√©, la soci√©t√© elle a encore du chemin √† faire.

Hassouna Mansouri
correspondance spéciale

haut de page


   liens films

Belle et la meute (La) | Beauty and The Dogs 2017
Kaouther Ben Hania


   liens artistes

Al Ferjani Mariam


Ben Hania Kaouther


Daoud Anissa


Zrelli Ghanem


   ťvŤnements

17/05/2017 > 28/05/2017
festival |France |
Festival de Cannes 2017
70e édition.

21/09/2017 > 24/09/2017
festival |France |
Festival Renc'Art 2017
5ème édition.

06/10/2017 > 10/10/2017
festival |Suède |
Malmö Arab Film Festival - MAFF 2017
7ème édition.

04/11/2017 > 11/11/2017
festival |Tunisie |
Journées Cinématographiques de Carthage - JCC 2017
28ème édition

11/11/2017 > 19/11/2017
festival |France |
Festival Lumières d'Afrique 2017 (Besançon)
17¬į √©dition du festival des cin√©mas d'Afrique de Besan√ßon

24/11/2017 > 05/12/2017
festival |France |
Festival du film franco-arabe de Noisy-le-Sec 2017
6e édition

   liens structures

Cinétéléfilms
Tunisie | Ariana / Tunis

CNCI
Tunisie | La Marsa -Tunis

Film i Väst
Su√®de | TROLLH√ĄTTAN

Institut Français (CulturesFrance)
| Paris

Jour2Fête
France | PARIS

La√Įka Films
Suisse | Genève 11

Schortcut Films
Liban | Beirut

S√łrfond
Norvège | OSLO

Tanit Films
France | PARIS

World Cinema Fund (WCF)
Allemagne | BERLIN

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>