actuellement 17137 films recensés, 2887 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Michel Amarger
publié le
08/11/2017
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Michel Amarger est critique de cinéma à Africiné Magazine depuis sa création en 2004.




Karim Moussaoui, réalisateur algérien

retour
 
En attendant les hirondelles
Vers l'envol des consciences en Algérie
LM Fiction de Karim Moussaoui, France / Allemagne / Algérie / Qatar, 2017
Sortie France : 8 novembre 2017



La vie algérienne balance, entre l'attente et l'espoir, le désenchantement ou la création. A l'image du cinéma qui palpite dans le pays. Entre ces impulsions, Karim Moussaoui brosse dans ses films l'état d'une société en doute, en douleur feutrée, en vigueur sous-jacente. Après trois courts-métrages remarqués, et un moyen métrage plébiscité, Les Jours d'avant, 2013, le réalisateur sort de sa réserve pour son premier long-métrage, plus explicite, En attendant les hirondelles, 2017. Une manière d'affirmer son désir de mesurer les changements et d'y participer, déjà manifeste dans la création de l'association Chrysalide, qu'il a cofondée avec quelques collègues à Alger, en 2001, pour assurer la promotion du cinéma algérien.







En attendant les hirondelles s'articule autour de trois histoires qui se frôlent dans l'Algérie contemporaine. A Alger, Mourad, promoteur immobilier cossu, se heurte aux échappées de son fils. Et le couple mixte qu'il a refondé avec Rasha, d'origine française, se lézarde au fil du temps. Dans les Aurès, le jeune Djalil est chargé par le père de Aïcha, de les convoyer vers le lieu de son mariage. Un incident de voyage laisse les deux jeunes gens, de classe moyenne, réveiller leur liaison ébauchée dans le passé, et éprouver ce qui réprime leur désir réciproque. Plus loin, Dahman, un neurologue prêt à se marier, est sollicité par une femme, violée jadis alors qu'il venait soigner des terroristes, pour reconnaître l'existence de son fils bâtard et lui donner une légitimité.

"A travers les récits que j'ai choisi de mettre en image, je voulais traverser le pays dans toute sa diversité", avance Karim Moussaoui. Du couple bourgeois qui règle ses comptes, en passant par la jeune femme de condition modeste qui rêve de s'émanciper, jusqu'à l'homme aisé qui gravit les échelons sans pouvoir s'affranchir de son passé, le film brasse les milieux et les générations dans trois situations significatives. "En trio, ils dessinent un regard global effaçant ainsi une éventuelle idée d'exception", commente le réalisateur. Les couples qu'il observe sont en crise, confrontés à des moments clés où les décisions sont impératives, comme le souligne Moussaoui : "Je mets en scène des choix de vie en faisant se côtoyer l'aspiration à une vie meilleure - à travers le désir, la volonté, la stratégie - et l'accomplissement ou non de cette aspiration".

Dès lors, ces destins semblent balayer avec légèreté mais profondeur, certains blocages de la société algérienne que ce soit dans les intérieurs feutrés d'Alger, les terres arides des Aurès, les routes interminables, les hôtels de luxe ou les bidonvilles précaires. Une circulation favorisée par le soin porté au cadre de la fiction. "Mes personnages évoluent dans des paysages toujours en mouvement", relève Karim Moussaoui. Des acteurs solides, de générations différentes, contribuent à la délicatesse de sa pénétration des consciences algériennes, parmi lesquels figurent Mohamed Djouhri (Mourad), Mehdi Ramdani (Djalil), Hania Amar (Aïcha), Nadia Kaci ou Aure Atika.

Grâce à une coproduction solide entre la France, l'Allemagne, l'Algérie et le Qatar, En attendant les hirondelles fonde un regard dynamique, poétique et ouvert sur l'Algérie actuelle. "Nous vivons, en quelques sorte, sans nous soucier de l'avenir, sans perspectives, dans un état d'amnésie heureuse", estime Karim Moussaoui. "Mais ce système atteint vite ses limites. Une certaine détresse qui persistait en nous, figée dans le temps, ressurgit." Et c'est ce sentiment qui prend son envol avec puissance dans En attendant les hirondelles.

Vu par Michel AMARGER
(Afrimages / Médias France)
pour Africiné Magazine

haut de page


   liens films

En attendant les hirondelles 2017
Karim Moussaoui


   liens artistes

Amar Hania


Amari Chawki


Atika Aure


Debzi Jaber


Djouhri Mohamed


El Hakim Samir


Ferhani Hassen


Kachache Hassen


Kaci Nadia


Mekkiou Sonia


Moussaoui Karim


Ramdani Medhi


Thion David


   évènements

04/11/2017 > 11/11/2017
festival |Tunisie |
Journées Cinématographiques de Carthage - JCC 2017
28ème édition

   liens structures

Ad Vitam
France | Paris

AFAC (Arab Fund for Arts and Culture)
Liban | Beirut

Afrimages
France

Arte France cinéma
France | Issy-les-Moulineaux

Films Pelléas (Les)
France | PARIS

mk2 Films
France | Paris

Niko Film
Allemagne | Berlin

Prolégomènes
Algérie | Alger

World Cinema Fund (WCF)
Allemagne | BERLIN

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page