actuellement 17173 films recensés, 2894 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fatou Kiné Sène
publié le
04/12/2017
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Fatou Kiné Sène est rédactrice à Africiné Magazine




Licinio Azevedo, réalisateur mozambicain


Scène du film, avec Mélanie Rafael dans le rôle de Rosa


Scène du film, avec António Nipita, dans le rôle de Sete Maneiras (Sept manières)


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Le réalisateur Licinio Azevedo, sur le tournage du film


Le réalisateur Licinio Azevedo, entouré par ses acteurs Matamba Joaquim (avec le trophée du Tanit d'Or, à sa droite) et Thiago Justino (à sa gauche), lors de la cérémonie des Prix aux JCC 2017, Tunis




Melanie RAFAEL interprète de Rosa


Matamba JOAQUIM interprète du Lieutenant Taiar


Thiago JUSTINO, interprète de Salomão


Antonio Nipita, interprète de Sete Maneiras


Africiné Magazine, the World Leader (Africa & Diaspora Films)

retour
 
Le convoi de sel et de sucre, du Mozambicain Licinio Azevedo
Sur les rails du chaos


C'est un mélange "sucré- salé" serait-on tenté de dire, tant le film signé par le Mozambicain Licinio Azevedo, Le train de sel et de sucre offre à voir sur des rails un mélange d'amour, de solidarité, mais surtout le chaos, l'horreur et le non-respect de la vie humaine. Il a remporté le Tanit d'or 2017, le Prix Paulin Vieyra de la Critique Africaine et le Prix Fipresci de la Critique Internationale, à la 28e session des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), organisées du 4 au 11 novembre 2017 à Tunis (Tunisie).






Cette fiction de 93 minutes est un road movie qui raconte le voyage en train très dangereux à travers le Mozambique déchiré par la guerre civile. Dès les premières images, le réalisateur met l'accent sur le quotidien difficile d'une population en majorité de femmes, aux visages meurtris, attendant patiemment dans une gare délabrée l'arrivée d'un vieux train. Elles sont contraintes d'aller jusqu'à Malawi au nord du pays pour échanger leurs sacs de sel contre du sucre.

Azevedo filme une réalité qui a aussi une dimension politique avec en toile de fond cette guerre civile entre l'armée et les rebelles dans un Mozambique de 1989, pays d'Afrique australe. Un film où il donne le bon rôle à l'armée (même si certains de ses actes sont entachés d'horreurs commises par un soldat) galvanisée par une population saluant la tête d'un chef rebelle ramenée comme trophée de guerre.
Le réalisateur montre également une réalité surtout économique portée par les femmes avec ce commerce du sel et du sucre, seul recette permettant d'avoir de quoi vivre dans ce pays de chaos.
Mais l'aspect social est plus mis en exergue avec le vécu de ces civiles obligées de vivre dans une situation de précarité. C'est ce dernier aspect de la trame qui maintient l'intensité du film de bout à bout. Car la population gagnée par "l'instinct de survie" est prise entre deux feux : celui des rebelles en cas d'attaque, mais surtout celui de leurs accompagnateurs les soldats de l'armée dont certains usent de leur autorité pour abuser d'elle.
Et parmi eux, le soldat Salomao, terreur de cette armée et des civils, qui viole les femmes même en présence de leur mari. Le réalisateur ne filme pas l'horreur de têtes décapités, ou de rebelles tués, mais capte les images de loin. Il montre le résultat avec ce trophée de guerre brandi.

Au-delà de ces séquences de chaos ou de rivalité entre soldats, notamment entre Salomao et le lieutenant Taia, naissent des histoires d'amour entre Taia et Rosa la jeune infirmière à bord du train qui va rejoindre son poste dans un hôpital à Malawi. La solidarité de Mariamu, une femme habituée du train D67 et la position du soldat Taia défendant les civils peints une société où rien n'est perdu d'avance. Une lueur d'espoir confirmée par la naissance d'un enfant lors de ce voyage aussi incertain et l'arrivée à bonne gare de ce train.
Malgré cela, le film Comboio de sal e açùcar, le titre portugais, car le Mozambique est une ancienne colonie portugaise, est un drame avec la mort du lieutenant Taia et le soldat Salomao.
Sur le plan technique, la musique du film retient aussi l'attention, car assimilée avec le son de la locomotive. Le convoi de sel et de sucre sorti en 2016 ne peut pas être extirpé du genre western tant les éléments de ce genre cinématographique sont relevés dans cette fiction : la conquête d'un espace de non-droit, le décor des paysage, des montagnes et collines traversées par le train, les personnages, les accessoires, etc.
On comprend alors bien le penchant de Licinio Azevedo pour le western américain des années 40 et 50. Son film est bien inspiré du cinéma américain. D'ailleurs la trame de ce film bien écrite ne relève pas du mystère, car le réalisateur est avant tout un bon romancier, un bon écrivain tout court. Le convoi de sel est de sucre (parfois traduit par Le train de sel et de sucre et The train of Salt and Sugar, en anglais) est une adaptation de son roman du même nom publié en 1995. Il a longtemps animé des ateliers d'écriture en Guinée-Bissau, ce qui l'a amené en Mozambique.

Cinéaste brésilien installé depuis plusieurs années au Mozambique, Azevedo a bénéficié pour le financement de ce film de l'aide du Portugal, de la France, du Brésil, de l'Afrique du Sud et du Mozambique.
D'ailleurs le réalisateur montre une image positive de l'armée de son pays d'adoption, avec des soldats qui défendent leur patrie avec corps et "armes". Le cinéaste dit avoir bénéficié du concours de l'armée avec leurs implications dans ce film, car révèle-t-il, "les acteurs militaires sont de vrais soldats de l'armée mozambicaine".

Fatou Kiné SENE

haut de page


   liens films

Convoi de sel et de sucre (Le) | O Comboio de Sal e Açúcar 2016
Licínio Azevedo


   liens artistes

Azevedo Licínio


de Vales Rafael Melanie


Joaquim Matamba


Justino Thiago


Nipita António


   évènements

03/08/2016 > 13/08/2016
festival |Suisse |
Festival International de Cinéma de Locarno 2016
69ème édition

09/09/2017 > 16/09/2017
festival |Maroc |
Festival du cinéma Africain de Khouribga (FCAK) 2017
20ème édition.

29/10/2017 > 04/11/2017
festival |Nigeria |
Africa International Film Festival (AFRIFF 2017)
7ème édition.

04/11/2017 > 11/11/2017
festival |Tunisie |
Journées Cinématographiques de Carthage - JCC 2017
28ème édition

   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Ebano Multimedia
Mozambique | MAPUTO

Films de l'Étranger (Les) - LFE
France | Strasbourg

Trigon Film
Suisse | Ennetbaden

Ukbar Filmes
Portugal | Lisbon

Urucu Media
Afrique du Sud | Cape Town, Johannesburg & Rio de Janeiro

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page