actuellement 17680 films recensés, 2971 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
10/05/2018
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse



Hassouna Mansouri est Rédacteur à Africiné Magazine


Cannes 2018


Wanuri Kahiu, réalisatrice kényane


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film


Scène du film

retour
 
Rafiki, premier film Kenyan à Cannes
Festival de Cannes (8-19 mai 2018)

Projeté dans le cadre de la section Un Certain Regard du 71ème Festival de Cannes, Rafiki de Wanuri Kahiu fait sensation. D' abord historiquement c'est le premier film Kenyan jamais programmé en sélection officielle. Ensuite parce qu'il fait déjà parler de lui à cause de son interdiction dans son propre pays à cause du sujet dont il traite, à savoir une relation d'amour entre deux jeunes femmes. Est-ce le seul intérêt que ce film puisse susciter ? Puisqu'en termes de cinéma, il y en a tant à redire.






Le film a un schéma narratif à la Romeo et Juliette doublé de la problématique lesbienne dans le Nairobi de nos jours. Ceci semble d'emblée assez prometteur. Nous ne sommes plus face aux thématiques galvaudées des cinématographies africaines souvent renvoyant dos à dos les traditions ancestrales et la modernité. Nous ne sommes pas non plus dans les thèmes misérabilistes ayant trait aux questions sociales et économiques. Keni et Ziki sont deux lycéennes modernes issues de la petite bourgeoisie kenyane. Le film essaye de décrocher des chemins battus au moins de par des intentions louables à priori. Hélas, tout pousse à croire qu'il est loin d'y avoir parvenu.

Les deux jeunes filles sont pleines de vie. Deux lycéennes dans un quartier de Nairobi. Leurs pères respectifs se livrent une guerre électorale sans merci. Keni, plutôt garçonnet, passe son temps avec les gars du coin. Elle passe son temps à flâner dans les rues du quartier quand elle ne fait pas un tour à moto avec son copain Blaksta ou sinon, elle joue au foot. Ziki, très féminine quant à elle, passe son temps à danser avec deux copines. Tout sépare les deux jeunes filles au départ. Petit à petit, elles se rapprochent l'une de l'autre à coup d'échanges de regards subtilisés en cachette des hostilités de l'entourage intolérant. Mais, hélas, ces hostilités se veulent un peu trop explicites à travers les propos des copains affichant leur misogynie ou ceux de la mère trop versée dans des croyances populaires dénuées de tout bon sens.
Lorsque les deux amoureuses se mettent ensemble et commencent à rêver de construire un futur commun, la société intervient et les sépare. Elles sont d'abord punies par les voisins. Puis la police se mêle de l'affaire. Le film donne à voir cela d'une manière trop expéditive. Les deux jeunes femmes sont rapidement séparées et après une ellipse qui nous jette à la fin du film où elles semblent se retrouver en une sorte de happy end à la va vite.
Aucune place n'est laissée à une vraie tension ou à un déchirement intérieur. Du coup, les personnages sont privés de profondeur psychique et le film est appauvri en matière de cinéma. Il tourne en un mélodrame trop facile et plutôt digne d'un téléfilm. C'est à se demander si cela a un intérêt quelconque de représenter le cinéma d'Afrique à Cannes. Mais une sélection est une sélection et ses voies peuvent parfois sembler impénétrables. Le fait est que l'entrée dans l'histoire du festival de Cannes et du cinéma Africain n'est peut-être pas aussi heureuse que d'aucuns auraient souhaité.

par Hassouna Mansouri
Correspondance spéciale

haut de page


   liens films

Rafiki 2018
Wanuri Kahiu


   liens artistes

Kahiu Wanuri


Mugatsia Samantha


Munyiva Sheila


   vnements

08/05/2018 > 19/05/2018
festival |France |
Festival de Cannes 2018
71e édition.

11/08/2018 > 18/08/2018
festival |Ghana |
Black Star International Film Festival (BSIFF 2018)
3ème édition.

17/08/2018 > 25/08/2018
festival |France |
Gouel ar Filmoù / Festival de Cinéma de Douarnenez 2018
41ème édition. Festival culturel, festif et militant. Thème : Peuples des Congo(s).

23/08/2018 > 26/08/2018
festival |Suisse |
Festival cinémas d'Afrique - Lausanne 2018
13e édition

   liens structures

AfroBubblegum
Kenya | Nairobi

Awali Entertainment
Kenya | NAIROBI

Big World Cinema
Afrique du Sud | Cape Town

Makna Presse
France | PARIS

Météore Films
France | Paris

MPM Film
France | PARIS

Razor Film Produktion
Allemagne | BERLIN

Schortcut Films
Liban | Beirut

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>