actuellement 18081 films recensés, 3124 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Djia Mambu
publié le
09/10/2019
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique



Djia Mambu est rédactrice à Africiné Magazine


Tamer Ezzat, réalisateur égyptien.


Scène du film


Affiche El Gouna 2019


Scène du film


Le tournage du film


When We Are Born, poster arabe


Tamer Ezzat, réalisateur



retour
 
When We Are Born, de Tamer Ezzat
El Gouna Film Festival 2019
En première mondiale au festival international du Film El Gouna (3ème édition, 19-27 septembre 2019), le long métrage fiction du réalisateur égyptien Tamer Ezzat (Tahrir 2011: The Good, the Bad and the Politician, The Ring Road) ramène le cinéma aux thématiques très classiques telles que la relation entre musulmans et chrétiens par exemple. Bien que ces préoccupations traversent les différentes classes sociales, sont-elles encore celles des Égyptiens aujourd'hui à l'ère post-révolutionnaire?


En charge de sa famille, Amin est un coach sportif qui entraîne les clients gratuitement en attendant de trouver un emploi rémunéré pour emménager avec sa femme dans un appartement convenable.
Seconde fille d'une famille de classe moyenne chrétienne, Farah fait la rencontre d'un jeune entrepreneur musulman qui lui fait très vite part de ses plans de vie avec elle.
Enfin, Ahmad est un jeune musicien qui rêve de faire une tournée internationale mais dont le père à la tête d'une entreprise de céramique prépondérante s'oppose au projet souhaitant que son fils prenne la relève des opérations.






Si When We Are Born met en scène des situations classiques, voire déjà vues maintes et maintes fois : déséquilibre des classes sociales, conflit religieux et générationnel, le développement que prend chaque personnage face à son histoire n'est pas sans intérêt. Malgré les démonstrations et les évènements post Révolution dont le développement des mœurs est toujours en cours dans la société égyptienne, l'auteur nous montre qu'apparemment ces récits dominent encore les sociétés.

Ce projet de film datant de 2007 et qu'il a peiné à mettre sur pied semble finalement avoir abouti après les moments de tourment liés à la révolution, les nouveaux défis ayant atteint un autre agenda. Le statut des femmes par exemple demeure figé : Farah, chrétienne, tombe amoureuse d'un musulman qui veut l'emmener à l'étranger pour s'unir au loin des pressions familles et religieuses. Un tel scénario aurait-il pu être envisagé si Farah était la musulmane, prête à suivre un chrétien par amour ? Envisagé peut-être, mais pas encore réalisé à ce jour.

Djia Mambu
El Gouna, Septembre 2019

haut de page


   liens films

When we are born - لما‭ ‬بنتولد 2019
Tamer Ezzat


   liens artistes

Abdelwahab Moataz


Ezzat Tamer


   vnements

19/09/2019 > 27/09/2019
festival |Égypte |
El Gouna Film Festival - GFF 2019
3ème édition.

   liens structures

Doha Film Institute (DFI)
Qatar | DOHA

Team One productions
Égypte | Le Caire

Vanuit het Zuiden (Depuis le Sud)
Pays-Bas | AMSTERDAM

Watan Films | Tamer Ezzat Films
Égypte

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>