actuellement 18047 films recensés, 3098 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Yvette Mbogo
publié le
25/08/2006
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse
retour
 
Leçon de pellicule
Afrique du Sud
Le pays de Nelson Mandela donne une nouvelle impulsion au cinéma africain.

Au moment où le cinéma africain recule, avec une filmographie manquant du soutien de ses pouvoirs publics, les espoirs viennent des confins de la partie australe du continent : L'Afrique du Sud. Remportant les distinctions partout où ils concourent et de plus en plus présents dans les festivals à travers le monde, les films sud-africains sortent de l'ornière. Zulu love letter, Drum, Max and Mona, Tsotsi, U- Carmen eKhayelitsha, sont des oeuvres qui ont reçu des distinctions partout où elles sont passées. Quatre distinctions au Fespaco 2005, Tanit d'argent aux Jcc 2004 pour le premier, Etalon d'or de Yennenga au Fespaco 2005 pour le second, Oscar du meilleur film étranger 2006 aux Etats-Unis pour le quatrième, Ours d'or à la Berlinale 2005 pour le dernier, sont des éléments qui prouvent l'essor de cette filmographie. C'est aussi le deuxième pays au monde où se tournent la plupart des films publicitaires.
Cet essor grandissant tient de l'implication du gouvernement dans le 7ème art dans ce pays. Contrairement à d'autres pays du Sud, le département des Arts et de la culture sud-africain finance les films et les talents de son pays. Et par le biais de la National film and video foundation (NFVF), le cinéma sud-africain réussit à faire son marketing dans le monde entier. La structure a pour mission d'amener le cinéma vers les populations défavorisées. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les films sont en langue maternelle.
S'agissant de la formation, la structure donne également des opportunités d'études en cinéma aux locaux et aux étrangers. Dans une conférence tenue par Mpho Monana, représentant de la NFVF pendant les Écrans noirs 2006, il ressort que la structure "a pour rôle de créer un film sud-africain de qualité, de coordonner les films à envoyer dans les festivals de cinéma dans le monde. La Nfvf s'inscrit sur le registre de médiateur des films et de cinéastes jusqu'à leur participation à des festivals". Un vibrant hommage leur a d'ailleurs été rendu lors de cette édition, avec toute une journée, le mercredi 31 mai 2006, consacrée au cinéma sud-africain, à travers des projections, une soirée de gala qui a eu lieu au Djeuga Palace.
Sur le plan international, la boîte travaille en partenariat avec d'autres structures cinématographiques, notamment au Royaume-Uni, au Canada, en Allemagne et en Italie. Entre autres, le gouvernement sud-africain donne des opportunités de tournage aux cinéastes d'autres pays.
L'initiation du sommet sur le film africain tenu du 04 au 06 avril 2006 à Pretoria a permis de débattre des difficultés rencontrées par les cinéastes africains et de trouver les voies et moyens d'améliorer aussi bien sa production que sa diffusion. Les cinéastes Sud-africains bénéficient de l'intervention de leurs représentations diplomatiques là où ils veulent présenter leurs films. Malgré son essor, la NFVF ne finance pas encore les projets étrangers et ceux qui veulent en bénéficier doivent impliquer un Sud-africain dans leur projet de film. Une nouvelle source d'énergie pour les cinémas d'Afrique.

Yvette Mbogo

Article écrit dans le cadre de l'Atelier de Critiques de Yaoundé - 10ème FENCAF (Festival Écrans Noirs).

haut de page


   liens films

Carmen (U-Carmen eKhayelitsha) 2005
Mark Dornford-May

Drum 2004
Zola Maseko

Max et Mona 2004
Teddy Mattera

Mon nom est Tsotsi 2005
Gavin Hood

Zulu Love Letter (Lettre d'amour zoulou) 2004
Ramadan Suleman


   liens artistes

Monana Mpho


   liens structures

Ecrans Noirs
Cameroun | Yaoundé

FESPACO
Burkina Faso | Ouagadougou 01

NFVF - National Film and Video Foundation
Afrique du Sud | JOHANNESBURG, GAUTENG

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>