actuellement 18168 films recensés, 3168 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Francis Mbagna
publié le
13/09/2006
films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
les commentaires liés à cet entretien
retour
 
Jean-Paul Biyelé
Portrait
Jamais sans BBK
Le chauffeur du président des Écrans Noirs se nomme fidélité.

Il le conduisait déjà en tant que chef de service de la cinématographie. Mais c'est lors d'un tournage, Chocolat de Claire Denis, il y a un peu plus de vingt ans, que leurs destins se sont véritablement liés. Dès cet instant, il n'est plus le chauffeur affecté au service du contractuel, mais le compagnon de voiture de l'individu Bassek ba Kobhio. Un personnage à qui Jean-Paul Biyelé voue un respect sans bornes depuis.
Jean-Paul, ainsi que l'appelle Monsieur Bassek, compte parmi les fidèles de la première heure. 22 ans que cela dure, 22 ans qu'il se fait plus discret que les véhicules qu'il a conduit au cours de toutes ces années. Deux décennies pendant lesquelles il a contribué à sa façon à apporter sa touche à la marche de la société de production Terre Africaine. À laquelle il donne au quotidien toute son abnégation. Il est de tous les voyages de son patron qu'il transporte comme un colis fragile afin de ne pas rendre le festival Écrans Noirs orphelin trop tôt. Peu bavard, il confesse que le privilège de conduire BBK lui dicte une attitude très emprunte de courtoisie. Jean-Paul aime ce qu'il fait, vraiment. Et la confiance que lui accorde en retour son patron lui donne beaucoup d'enthousiasme pour assurer l'avenir de sa progéniture. Il est le père de Protais, de Henriette, de Lionel et de Léontine.
Il respecte la règle selon laquelle un chauffeur doit être muet comme une tombe. Ne comptez pas sur lui pour avoir des détails du genre croustillants, ou des indiscrétions. Ce dévouement est peut être la raison de sa longévité au service de la maison qui l'emploie. Ce n'est non plus auprès de lui que vous débusquerez le scoop sur le nombre supposé ou réel des conquêtes de BBK, dont il partage pourtant la proximité. Jean-Paul ne fait pas que côtoyer le cinéma, il s'y intéresse aussi. Pour preuve, il est passionné par Belmondo, mais ils n'ont en commun que le prénom et là s'arrête la comparaison. Ses traits de Soudano sahélien et sa silhouette longiligne contrastent avec ses origines plutôt du côté de la forêt.
Il n'est pas un athlète, ou plutôt si. Car se lever tôt pour être à l'heure et rentrer très souvent après tout le monde cela donne des habitudes d'exercice et ça use. Mais la confiance n'est pas un vain mot pour Jean-Paul et il ferait tout pour continuer à la mériter, lui qui veut conduire plus loin les ambitions de Terre Africaine, au moins jusqu'au cinquantième anniversaire.

Francis MBAGNA

Article écrit dans le cadre de l'Atelier de Critiques de Yaoundé - 10ème FENCAF (Festival Écrans Noirs).

haut de page


   liens films

Chocolat [dir. Claire Denis] 1987
Claire Denis


   liens artistes

Ba Kobhio Bassek


Denis Claire


   liens structures

Ecrans Noirs
Cameroun | Yaoundé

Films Terre Africaine (Les)
Cameroun | Yaoundé

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>