actuellement 16412 films recensés, 2767 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Samir Ardjoum
publié le
25/07/2006
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Affiche suisse


Affiche française


Affiche tunisienne


DVD du film (Trigon Film)


Fatma de Khaled Ghorbal


Fatma (Awatef Jendoubi)


Fatma (Awatef Jendoubi)


Khaled Ghorbal, réalisateur du film


de Philippe Faucon, Myriam Bakir


de Yamina Benguigui, 2001


de Rachida Krim, 1997


de Nadir Moknèche, 1999

retour
 
Le cri
Fatma, de Khaled GHORBAL (Tunisie)
Avec Awatef JENDOUBI - Nabila GUIDER - Bagdadi AOUN - Amel SAFTA - Maurice GARREL

Dès la première séquence, nous sommes happés dans un univers chaotique, celui d'une jeune femme nommé Fatma. Violée par son cousin, elle décide de se terrer dans un mutisme qui effraie sa famille. Elle garde le silence et décide de quitter ses proches pour terminer ses études à Tunis. Après avoir empoché son examen de professorat, elle décide d'aller enseigner dans un bled perdu afin d'être une fois de plus seule et surtout dans un état de totale indépendance. Mais souvent l'être humain est rattrapé par ses sentiments. Fatma va ainsi tomber amoureuse. Elle va, pour la première fois, prendre la décision de s'unir à l'être aimé. La bêtise humaine pointera néanmoins son nez et Fatma, face à l'alternative, devra encore faire un choix...

De Samia à Inchallah dimanche, en passant par Sous les pieds des femmes et Le Harem de Mme Osmane, le rôle de la femme dans la société maghrébine a été le fer de lance de nombreux auteurs. Constat d'amertume, envie de remettre certaines idées en place et de les dépoussiérer de leur image dégradante et vieillotte sont probablement les raisons qui ont amené ces cinéastes à se pencher sur ce cas fâcheux, et qui malheureusement fait encore la une des journaux.

L'histoire de cette grande femme s'étale sur une dizaine d'année. Un lent processus de création mais aussi de transformation se déplie sous nos yeux. Nous découvrons Fatma sous différents aspects de sa vie : l'affront de son cousin ; le séjour à Tunis, "capitale de la douleur" selon son père ; ses premiers émois amoureux ; sa première relation sexuelle ; sa décision cruciale et la scène finale dans laquelle Fatma se retirera à jamais de la vie.

À l'instar de ses confrères, Khaled Ghorbal, comédien de formation, a décidé de filmer un corps qui n'en finit pas de subir des coups : physiques par le viol du cousin (scène d'ouverture qui étouffe le spectateur), familiaux par l'aveuglement du père qui ne veut pas comprendre que sa fille est devenue une femme, sentimentaux avec son premier flirt, et vitaux avec les conséquences d'une liberté voulue. Car dès le début, dès le viol, elle prend conscience de sa place dans ce monde. C'est à partir de cette base qu'elle choisit de vivre à sa manière, délaissant les réflexions de son entourage.

Malheureusement pour elle, la vie choisit souvent de nous contredire. Les blessures restant marquées à jamais, Fatma devient à la longue une sorte de zombie, totalement désorientée, incapable de sourire, de jouir, de se battre… de vivre. Soit elle continue d'exister selon ses principes, soit elle finit par revenir en arrière afin de garder l'être aimé. Et c'est là que Ghorbal réussit à nous émouvoir. La distanciation de sa mise en scène est purement merveilleuse. Au lieu d'alourdir son propos par des dialogues académiques et surtout par des envolées lyriques qui seraient inappropriées (comme on en voit souvent dans le cinéma maghrébin), le cinéaste tunisien choisit le silence comme seule arme contre l'intégrisme religieux. À l'image, c'est indescriptible tant la beauté de Fatma, surgie de nulle part, dépasse royalement la laideur de l'intolérance. Et Dieu sait que cette prise de hauteur est fondamentale.

La femme et son rapport avec l'homme, la condition de celle-ci dans une société totalement incohérente... une société, qui pour dissimuler sa honte, en devient hypocrite voire même dangereuse. Fatma, c'est tout cela et même plus. Avec ce film, Khaled Ghorbal signe une leçon de tolérance.

Samir ARDJOUM (France)

Critique parue dans www.fluctuat.net

haut de page


   liens films

Fatma 2001
Khaled Ghorbal

Harem de Mme Osmane (Le) 1999
Nadir Moknèche

Inch'Allah dimanche 2001
Yamina Benguigui

Samia 1999
Philippe Faucon, Myriam Bakir

Sous les pieds des femmes 1997
Rachida Krim


   liens artistes

Aoun Baghdadi


Garrel Maurice


Ghorbal Khaled


Guider Nabila


Jean-Baptiste Francine


Jendoubi Awatef


Layouni Lotfi


Maillard Huguette


Safta Amel


   liens structures

Amilcar Films
Tunisie | TUNIS

Mandala Productions
France | Paris

MK2 Diffusion
France | Paris

Trigon Film
Suisse | Ennetbaden

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page