actuellement 18201 films recensés, 3175 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
publié le
02/10/2006
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Abîmes faciles
Le rêve brisé, de Ghislain FOTSO
La jeunesse camerounaise s'écroule devant la caméra de Ghislain Fotso.

Une grossesse non désirée. Un Avortement. Le Sida. Un trio avec lequel une jeune étudiante va faire de malheureuses rencontres. La vie de Coralie était pourtant sans histoires, jusqu'au moment où l'héroïne va emprunter des raccourcis, par un "sponsor", pour mener la belle vie, la mauvaise compagnie aidant. Elle va commettre l'inceste, déshonorer sa mère. Ghislain Fotso, le réalisateur, aborde un thème récurrent, mais jamais résolu, le mode de vie qu'adopte la jeunesse camerounaise.

Dans la construction artistique du film, des symbolismes apparaissent. La conscience et ses deux voix, incarnées par les deux amies de Coralie. Liz, la femme fatale, en référence à la sulfureuse Liz Taylor, et qui entraîne Coralie sur les sentiers de la perdition. Nathalie quant à elle, est la fille rangée qui donne toujours des conseils judicieux.

Par ailleurs, il y a la famille de Coralie, dont on choisit d'occulter la présence du père et des frères. Ils sont justes évoqués et de plus, en termes flatteurs par l'héroïne, pendant qu'elle rend sa mère responsable de tous ses malheurs. Ainsi, un enfant ne peut avoir une vie équilibrée qu'au sein d'une famille présente.

Pour mieux illustrer l'acculturation des jeunes, Dylan, le petit ami de Coralie, par ailleurs son cousin, ce qu'elle ignorait, donne en euros le prix d'un vêtement qu'il a pourtant acheté dans un marché de la ville. Le réalisateur a choisi, pour la majorité, des femmes plantureuses, signe de générosité, et dans le cadre de l'œuvre, de générosité sexuelle. Les notes de piano de la seule musique du film sont ambiguës. Elles renvoient aussi bien à la tristesse, à l'amour, mais, elles restent dans la constance de la mélancolie.

Froid

Malgré tous ces symbolismes, qui auraient pu assurer l'intérêt social de l'œuvre, le schéma narratif de Rêve brisé est quand même gâché par la distribution qui rend l'œuvre quelque peu surréaliste. La mère et le "sponsor" de Coralie pourraient avoir le même âge que l'héroïne. Le jeu figé, raide et inexpressif des acteurs rend l'intrigue froide. Ils ne rentrent pas dans le schéma psychologique des personnages qu'ils incarnent. Aucun comédien n'arrive à se démarquer des autres. Pour preuve, les voix, masculines comme féminines, sont toutes sur la même fréquence. Elles sont monocordes et n'expriment pas les émotions que les personnages devraient avoir, colère, tristesse, joie, sensualité.

Les plans serrés, très affectionnés par le réalisateur, expliquent en partie, hormis la mauvaise direction des acteurs, l'économie des mouvements que les comédiens effectuent. Ce qui laisse planer une ombre de confinement et d'étouffement, renforcée par le fait que la majorité des scènes sont tournées en intérieur. Les costumes ne reflètent pas la psychologie des personnages. Nathalie, la fille rangée, revêt, comme les dévergondées qu'elle critique, des vêtements qui mettent en exposition ses formes.

L'ellipse n'est pas correctement exploitée. Des scènes indispensables à la bonne compréhension du film sont supprimées. Mais d'un autre côté, les dialogues sont trop longs et les textes n'ont pas de force dramatique pour capter l'attention du spectateur.

Le film est en définitive un message, encore un de plus, de lutte contre le Sida, pour une jeunesse plus responsable. Surtout qu'il est construit sur un schéma parabolique, la situation finale de l'héroïne est pire que l'initiale parce qu'elle fait preuve d'irréflexion. Mais le traitement est trop léger pour toucher le public intéressé.

Rita Diba

Article écrit dans le cadre de l'Atelier de Critiques de Yaoundé - 10ème FENCAF (Festival Écrans Noirs).

Réalisateur : Ghislain FOTSO
Genre : drame
Sortie : 2006
Durée : 76 mn
Avec Michèle FOUTSE, Ngono BIDZANG, Dieudonné OMBOLO, Gaetant SADEU

haut de page


   liens films

Rêve brisé (Le) [1976] 2006
Ghislain Fotso Chatue


   liens artistes

Bidzang Ngono


Fotso Chatue Ghislain


Foutse Michèle


Ombolo Dieudonné


Sadeu Gaetant


   liens structures

Ecrans Noirs
Cameroun | Yaoundé

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>