actuellement 18087 films recensés, 3138 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Noureddine Mhakkak
publié le
14/10/2006
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse
retour
 
La nouvelle vague dans le cinéma marocain
Une nouvelle vague marocaine naît grâce au court métrage.

La nouvelle vague cinématographique a pu réaliser (grâce au court métrage) une percée bien remarquable dans le cinéma marocain. Ainsi le court métrage a déclaré son existence. Il est né fort, car les réalisateurs qui ont fait des courts métrages ont déjà bien maîtrisé la technique cinématographique comme ils ont possédé une vision du monde très moderne.
Une vision qui reflète le réel et qui veut, en même temps, le changer. Cela est dû au fait que tous ces réalisateurs ont vécu à l'Occident ou qu'ils y ont fait des études. Ils ont une idée sur la culture artistique occidentale, mais ils sont restés fidèles à leur culture marocaine avec toute sa richesse dans les coutumes et les représentations réelles et imaginaires du monde. De cela est née la poétique du court métrage marocain. Cette poétique qui est tout à fait différente de la poétique du long métrage marocain, car elle s'est construite sur le jeu de l'ironie d'une part et sur l'interprétation théâtrale d'autre part. On peut montrer les bases de cette poétique à partir des courts métrages marocains, bien connus au public, comme État de siège, Né sans skis aux pieds, The paper boy, L'horizon perdu, Le café de la plage, Quand le soleil fait tomber les moineaux, Trajets et Cimetière de miséricorde. Dans ces courts métrages on trouve que l'ironie s'est créée à partir des situations différentes, car elle se construit dans le film État de siège lorsque le héros de ce film veut à tout prix allumer sa cigarette. Mais il n'a pas trouvé quelqu'un qui lui donne du feu. Ce feu existe pourtant chez la femme en tant que corps chaleureux et chez le fou en tant que personnage qui défi la loi de la raison. L'ironie se trouve entre le réel et l'imaginaire, entre le vrai et le faux. Même chose dans le film Né sans skis aux pieds car l'ironie s'est créée à partir du conique de la vie quotidienne d'un jeune homme qui veut changer, qui veut créer un autre mode de vie. Il veut être une personne de bien, un vrai être humain qui croit à la tolérance et au dialogue, mais il n'arrive pas à réaliser son rêve. Il a pu changer ses habits mais sa vraie personnalité reste la même. Il a tout fait pour être heureux mais sa journée se termine mal pour lui. Il trouve son corps jeté par les videurs d'un bar sans qu'il connaisse la raison. Ainsi il termine sa journée seul comme il l'a commencé...
Pour le film L'horizon perdu on trouve que l'ironie née à partir de sa fin au moment où le héros croit qu'il a enfin trouvé une solution pour son chômage en partant en Europe comme voyageur clandestin il ne trouve que la mort devant lui. Ainsi on remarque que le jeu de l'ironie dans ces films se base sur la catastrophe. Tous les fins de ces films sont tragiques car la mort y existe partout à travers la souffrance, la solitude et la haine, on peut constater ce résultat à travers le film Trajets à qui la traduction a attribué un autre titre à savoir Fil de pluie qui est pour nous plus poétique et symbolique que le premier. Le jeu de l'ironie dans ce film se compose du conflit qui existe entre la vision du monde du père qui veut obliger sa fille de suivre ses études universitaires en respectant les coutumes traditionnelles et en vivant loin de l'influence de la culture occidentale, et entre la vision de cette fille, elle même qui préfère vivre sa vie : aimer et être aimée. Ainsi le conflit augmente entre le père et sa fille. Le père décide enfin de mettre fin à ce problème grave selon lui, en préférant que sa fille reste à la maison au lieu de continuer ses études, et la fille préfère mourir lorsqu'elle sait que son amant a décidé de la quitter sans qu'elle sache que son père a déjà pris la route pour la ramener à la maison, tandis que la mère est tiraillée par les deux. Pour le film Quand le soleil fait tomber les moineaux, on remarque que l'ironie s'est construite à partir de la mort d'un soldat au moment où sa femme lui a écrit une lettre en lui demandant de lui envoyer sa photo. Même remarque pour le film Cimetière de miséricorde dont l'ironie est basée sur la souffrance d'un vendeur d'eau qui n'a pas trouvé ses anciens clients. Ses clients qui préfèrent faire appel à la modernité. À l'opposé de tous ces films, on trouve que l'ironie dans les films Le café de la plage et The paper boy se base sur des gestes et des changements des positions qui mènent à une fin heureuse de l'histoire du film. La fin du premier film vient pour complimenter l'amitié et la fin du deuxième vient pour faire l'éloge de la solidarité et pour complimenter la volonté des enfants qui possèdent une grande envie pour construire leur vie à tout prix. On peut conclure selon ces films que le jeu de l'ironie a fait bouger le parcours narratif du film en appuyant sur les conflits qui existent entre les personnages de son histoire, comme il a fait créer un suspense qui attire l'attention du récepteur.

Noureddine Mhakkak

haut de page


   liens films

Café de la plage (Le) 1998
Mohamed Ulad-Mohand

Cimetière des miséricordes (Le) 2000
Ali Tahiri

État de siège 2000
Ahmed Tahiri Idrissi

Horizon perdu (L') 2000
Laïla Marrakchi

Livreur de journaux (Le) 1997
Nour-Eddine Lakhmari

Né sans ski aux pieds (Uten ski på beina) 1996
Nour-Eddine Lakhmari

Quand le soleil fait tomber les moineaux 1999
Hassan Legzouli

Trajets 2000
Faouzi Bensaïdi


   liens artistes

Bensaïdi Faouzi


Lakhmari Nour-Eddine


Legzouli Hassan


Marrakchi Laïla


Tahiri Ali


Tahiri Idrissi Ahmed


Ulad-Mohand Mohamed


haut de page

   vidos
   

 

Casanegra (de Nour-Eddine Lakhmari, Maroc)
bande annonce

 

 

Le Regard, (de Nour-Eddine Lakhmari, Maroc)
bande annonce
Nour-Eddine Lakhmari

 

 

Paper Boy (Le livreur de journaux), de Nour-Eddine Lakhmari, Maroc
extrait
Nour-Eddine Lakhmari

 

 

Brèves notes (de Nour-Eddine Lakhmari, Maroc)
extrait
Nour-Eddine Lakhmari

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>