actuellement 16358 films recensés, 2758 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fortuné Bationo
publié le
14/11/2006
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Fortuné Bationo (1971-2011)




Rachid Bouchareb

retour
 
Indigènes, de Rachid Bouchareb
Une pédagogie de bravoure bien ficelée
Edition spéciale JCC 2006 (Tunisie)
Projeté à l'ouverture de la 21ème session des Journées Cinématographiques de Carthage en Tunisie (du 11 au 18novembre), le long métrage Indigènes du réalisateur franco-algérien Rachid Bouchareb est un film de guerre où les nerfs n'occupent jamais le haut de l'affiche. Des calculs humains compromettent à tout moment son ascension pour faire de ce cours d'histoire une jolie page d'humanisme. Le film a été projeté au cinéma Le Colisée de Tunis.

Quelque part en Algérie, au fond de la misère, une voix fait trembler les mansardes d'un appel à la résistance :"Il faut laver le drapeau français avec notre sang". Le mot d'ordre est lancé et va bientôt fructifier les inscrits au chevet de la France occupée par les troupes nazies. Saïd (Jamel Debbouze), Yassir (Samy Naceri), Messaoud (Roschdy Zem) et Abdelkader (Sami Bouajila) font partie de la troupe des indigènes.



Entraînés à la sauvette et postés aux premières lignes pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Tirailleurs d'Afrique et du Maghreb découvrent l'enfer de la guerre et son lot de corps déchiquetés, de cadavres fumants à la vue desquels l'angoisse conseille de s'enfuir avec toute l'agilité offerte à celui qui s'est trompé de combat. Les indigènes ne fuiront pas. Ils résistent, escaladent une montagne pour ravir un poste stratégique à l'ennemi. La France jubile. Autre cauchemar, nouvelle victoire de la "mère patrie" au prix du sang versé par des centaines de milliers de volontaires venus d'Afrique. L'idéal de liberté leur donne même une voix martiale pour scander La Marseillaise à bord du navire 402. Pour rendre plus ferme le cordon ombilical, on distribue à Said et à ses frères des chaussures respectables de la démarche de la métropole à leur arrivée en France. D'impeccables tenues achèvent de les dépouiller de leur passé. Seulement en apparence. Puisque les tomates au cours du repas sont du côté des Français, et les lettres d'amour entre un Indigène et une Française atterrissent dans les tiroirs de la censure.

Le culte de la liberté sait enterrer les rivalités. De plus, les grades défilent d'un seul coté, laissant de béantes frustrations dans le coeur des indigènes, à l'image des obus qui, eux, ne font pas le tri. Désabusés, quelques indigènes le sont, mais pas au point de bouder le champ d'honneur. C'est ainsi qu'une poignée d'entre eux se retrouvent en mission pour aller occuper un hameau alsacien servant de point d'appui pour stopper la dernière contre-offensive des troupes allemandes. Braves et courageux, les indigènes ne gardent pas moins le galon bariolé d'hommes, avec leur faiblesse inhérente à toute nature humaine.

Amour, argent, pillage de cadavres s'alternent pour donner aux différents personnages une profondeur humaine. Rachid Bouchareb ne met pas seulement en lumière un devoir de mémoire. Le drame épluche tout un tas de sentiments opérant dans les bas fonds de la cohabitation, que des clins d'oeil assidus à l'actualité embaument d'une humanité retrouvée. Tolérance entre les religions, fraternité, loyauté et humanisme se côtoient sans jamais se lorgner et font de ces soldats oubliés des sentinelles inoubliables de la victoire sur l'absurde.
"Nous avons élargi l'histoire de France" a simplement résumé le réalisateur de ce film qui a raflé le prix (collectif) de la meilleure interprétation masculine au Festival de Cannes 2006.

Fortuné Bationo,
Tunis

haut de page


   liens films

Indigènes 2005
Rachid Bouchareb


   liens artistes

Blancan Bernard


Bouajila Sami


Bouchareb Rachid


Chappey Antoine


Debbouze Jamel


Giros Benoît


Koma Diouc


Laurent Mélanie


Lorelle Olivier


Maimuni Mourad


Naceri Samy


Simonet Mathieu


Zem Roschdy


   liens structures

Agora Films [Genève]
Suisse | Genève

Films Distribution
France | PARIS

France 2 Cinéma (ex France Films A2)
France | PARIS

France 3 Cinéma (ex FR3 Cinéma)
France | PARIS

Kissman Productions (Kiss Films)
France | St Denis

Mars Films
France | PARIS

Tassili Films
Algérie | ORAN

Tessalit Production
France | Paris

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page