actuellement 18080 films recensés, 3124 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
08/01/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
les commentaires liés à cette analyse
retour
 
Quel renouveau pour le cinéma maghrébin ?
Ce n'est pas assez fréquent que Festival International du Film de Rotterdam programme des films maghrébins. La 36eme édition dont le coup d'envoi est annoncé pour le mercredi 24 janvier prochain, fait place à des films venant de l'Algérie, du Maroc et de la Tunisie. Quatre titres vont représenter nos cinématographies dans différentes sections mais toujours en dehors de la compétition officielle : de l'Algérie Barakat ! de Djamila Sahraoui et Roma wa la N'touma de Tariq Teguia, du Maroc, What a Wonderful world de Faouzi Bensaidi et de la Tunisie, Tendresse du loup de Jilani Saadi.

Si Sahraoui tient encore un discours plutôt galvaudé sur les sociétés maghrébines, les autres et particulièrement Bensaidi et Saadi, tentent de nouvelles approches. Trois aspects au moins méritent d'être relevés dans leurs films. Il s'agit d'un cinéma urbain, le sujet principal est la jeunesse et une mise en scène inspirée essentiellement des genres cinématographiques consacrés où les deux cinéastes mettent à profit leur bagage cinéphilique.
Les deux réalisateurs s'inspirent largement du film de gangster dans une atmosphère quasi surréaliste. Tout en parodie, les traits de caractères des personnages sont poussés á leur extrême limite au point qu'ils versent plus dans la caricature que dans la peinture réaliste. L'opposition entre le tueur à gage et l'agent de police est complètement déjouée au profit d'une relation amoureuse qui mêle le ludisme le plus fantaisiste aux passions amoureuses les plus tragiques.
La fantaisie ne manque pas non plus au film de Saadi. Les lignes de démarcation entre les personnages sont complètement brouillées. La trame qui ne dure pas plus qu'une nuit avance au rythme de rebondissements provoqués par la métamorphose des personnages, lesquelles présentent les traits faussés de la bande de mauvais garçons. En fait, l'absurdité de la situation dans laquelle ils se trouvent fait d'eux plutôt des faux héros ou des anti- héros.
Les deux films ne sont pas pour autant dénués de portée sociologique. Sans que le discours ne soit frontal, les deux réalisateurs portent un regard très lucide et subtil sur leurs sociétés respectives. Bensaidi ne manque pas de revenir sur l'état de perdition d'une jeunesse désespérée á la recherche d'une évasion possible vers un monde meilleur. Toutefois les images liées au trafic d'émigration clandestine sont marginalisées. Celles de la demande de visa, hantise de la jeunesse maghrébine, est tournée en dérision en la donnant á voir sous la forme de comédie musicale.
Plus ambiguë est le film de Jilani Saadi. Si le réalisateur marocain fait aboutir son film par le meurtre des deux amoureux (par la mafia), les personnages de Tendresse du loup sont plus portés sur le suicide. Celui-ci a une dimension symbolique manifeste. Le cercle vicieux dans lequel ces cinq jeunes évoluent le temps d'une nuit, traîne derrière lui l'image d'une jeunesse paumée en plein désespoir. Le film serait complètement sombre n'eut été la note optimiste finale. Le personnage principal ne va pas jusqu'au bout de la chaîne meurtrière qui a mené la bande pendant toute la nuit. En épargnant la jeune femme, il détourne la fatalité qui semblait régner le long du film.
Avec ces deux réalisateurs qui viennent s'imposer dans un festival des plus importants, l'on peut croire à un renouveau du cinéma maghrébin. Un cinéma aux thématiques nouvelles certes, mais aussi aux efforts visibles au niveau de la recherche formelle. Avec Ben Saidi et Saadi, le cinéma maghrébin se situe au diapason des nouvelles tendances mondiales, celles qui, tout en restant profondément liées à l'actualité, puisent son inspiration dans les traditions les plus consacrées du cinéma, mais en usant de la parodie de la subversion et de la caricature. C'est dans ce sens que le pari est grand et qu'ils font preuve de maturité.

Hassouna Mansouri

haut de page


   liens films

Barakat! 2006
Djamila Sahraoui

Rome plutôt que vous (Roma wa la N'touma) 2007
Tariq Teguia

Tendresse du loup (Ors el dhib) عرس الذيب 2006
Jilani Saâdi

WWW, what a wonderful world 2005
Faouzi Bensaïdi


   liens artistes

Bensaïdi Faouzi


Bouchoucha Dora


Saâdi Jilani


Sahraoui Djamila


Teguia Tariq


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>