actuellement 16415 films recensés, 2767 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Clément Tapsoba
publié le
08/01/2007
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse
retour
 
Les grandes dates du cinéma africain
Afriques 50 : Singularités d'un cinéma pluriel. (L'Harmattan, 2005)

1955 : Tournage à Paris d'Afrique sur Seine, court-métrage réalisé par des étudiants africains de l'IDHEC, sous la direction de Paulin Soumanou Vieyra.

1956 : 19-22 septembre : premier Congrès des écrivains et artistes noirs à Paris

1959 : 24 mars-1er avril : deuxième Congrès des écrivains et artistes noirs à Rome

1962 : Première réalisation de Moustapha Alassane, Niger : Aouré

1963 : Borom Sarret, premier court-métrage de Sembène Ousmane (Sénégal)

1966 : Tahar Cheriaa crée les Journées cinématographiques de Carthage (Tunisie) :
Grand Prix, Tanit d'or des Journées cinématographiques de Carthage
La Noire de..., premier long-métrage africain de fiction de Sembène Ousmane (Sénégal).

1er avril : premier Festival des arts nègres à Dakar : adoption des résolutions du groupe africain de cinéma pour le développement du cinéma africain

1968 : Le Mandat de Sembène Ousmane, Prix spécial du jury au festival de Venise.

1969 : La Haute-Volta nationalise ses salles de cinéma et subit le boycott des compagnies françaises qui monopolisent la distribution cinématographique dans la région- COMACICO et SECMA

1er-15 février : première Semaine du cinéma africain à Ouagadougou

Premier Festival culturel panafricain d'Alger.

Désiré Ecaré, Med Hondo, Oumarou Ganda terminent leur premier long-métrage.

1970 : Troisièmes Journées cinématographiques de Carthage.
Création de la Fédération panafricaine des cinéastes (FEPACI) à Tunis.
Premier secrétaire Général : Ababacar Samb Makharam
Création par la Haute Volta de la Société nationale de distribution et d'exploitation cinématographique ; création d'un fonds de soutien aux activités cinématographiques.

(1er-15 février) Seconde semaine du cinéma africain de Ouagadougou

1972 : Institutionnalisation du FESPACO, IIIème édition.

Création de l'Étalon de Yennenga décerné pour la première fois, à Oumarou Ganda (Niger) pour le Wazzou Polygame

1973 : IVème FESPACO. Étalon de Yennenga : Les milles et une mains, de Souheil Ben Barka (Maroc)

Réalisation de Touki-Bouki de Djibril Diop Mambety (Sénégal).



1974 : Création du CIDC CIPROFILM dans le cadre de l'OCAM

1975 : Troisième Congrès de la FEPACI à Alger. Promulgation de la Charte du cinéaste africain,

Chronique des années de braise de Mohamed Lakhdar Hamina (Algérie) remporte la Palme d'or du Festival de Cannes.

1976 : 1er-10 février Vème FESPACO : Étalon de Yennenga : Muna Moto (l'enfant de l'autre) de Jean Pierre Dikongue Pipa, Cameroun

Ouverture de l'Institut africain d'éducation cinématographique à Ouagadougou.

1978 : Deuxième colloque de Carthage sur : "La production et la distribution des films africains et arabes".

Conférence de Maputo (Mozambique) pour la création d'un marché commun régional de distribution de films.

1979 : 2-10 février VIème FESPACO. Étalon de Yennenga : Baara / le travail de Souleymane Cissé (Mali).

Ouverture de la société de production cinématographique (CINAFRIC) à Ouagadougou

1980 : Le CIDC, premier Consortium Interafricain de Distribution Cinématographique, entre en activité sous la houlette d'Inoussa Ousseini et rachète les circuits de diffusion d'une filiale de la compagnie française UGC, qui monopolisait la distribution cinématographique de la presque totalité de l'Afrique Noire francophone.

1981 : 22 février- 1er mars : VIIème FESPAC0
Étalon de Yennenga : Djeli de Fadika Kramo Lanciné (Côte d'Ivoire)

Création du collectif de cinéastes "L'œil Vert" à Ouagadougou.

Création du CAC (Comité africain de cinéastes) à Niamey.

Premier Festival panafricain de cinéma de Mogadiscio (MOGPAFIS) en Somalie.

1982 : "Manifeste de Niamey" des cinéastes africains sur la distribution et la production de films en Afrique.

1983 : VIIIème FESPACO. Étalon de Yennenga : Finye (Le Vent) de Souleymane Cissé (Mali) déjà Tanit d'Or à Carthage.

Institution du Marché international du cinéma et de la télévision africains (MICA).

1984 : Le bureau parisien du CIDC est africanisé.

1985 : IXème FESPACO. Étalon de Yennenga : Histoire d'une rencontre, de Brahim Tsaki (Algérie)

Institution de thèmes au FESPACO : Cinéma et libération des peuples.

IIIème Congrès de la FEPACI à Ouagadougou dit Congrès de la renaissance. Le siège est établi au Burkina. Gaston Kaboré est élu Secrétaire général.

Inauguration de la Place des cinéastes à Ouagadougou

Wend Kuuni de Gaston Kaboré (Burkina Faso), César du film francophone à Paris

1987 : Xème FESPACO : Cinéma et développement :
Étalon de Yennenga : Sarraounia de Med Hondo (Mauritanie).

Yeelen de Souleymane Cissé, Prix du jury au Festival de Cannes.

Fermeture de l'INAFEC à Ouagadougou.

1989 : XIème FESPACO : Cinéma et développement. Étalon de Yennenga : Héritage Africa, de Kwah Ansah paintsil (Ghana).

IVe Congrès de la FEPACI. Hommage aux pionniers disparus.

1990 : Tilaï d'Idrissa Ouédraogo (Burkina Faso) Prix du jury au Festival de Cannes.

Première édition des rencontres cinématographiques de Dakar (RECIDAK)

1991 : XIIème FESPACO : Cinéma et environnement. Étalon de Yennenga : Tilai, d'Idrissa Ouédraogo (Burkina Faso).

Création de l'Union panafricaine des femmes de l'image (UPAFI)

Lancement du numéro zéro de la Revue panafricaine de cinéma et de la télévision

Écrans d'Afrique par la FEPACI et le COE.

1992 : Hyènes de Djibril Diop Mambety en compétition officielle à Cannes

1993 : XIIIème FESPACO : Cinéma et libertés. Étalon de Yennenga : Au nom du Christ, de Roger Gnoan M'bala (Côte d'Ivoire).

Vème Congrès de la FEPACI. Production du film Sankofa de Hailé Gerima (Éthiopie).
Première édition du Southern African Film festival (HARARE) : Zimbabwe.

IIIème Festival panafricain du cinéma.

1995 : XIVème FESPACO : Cinéma et histoire. Étalon de Yennenga : Guimba de Cheick Omar Sissoko (Mali)

L'Afrique célèbre le centenaire du cinéma ; publication de l'ouvrage "l'Afrique et le centenaire du cinéma" (FEPACI - Présence africaine).

Lancement de la fondation FESPACO

Inauguration de la cinémathèque africaine de Ouagadougou

1996 : Création de l'UCECAO (Union des créateurs et entrepreneurs du cinéma et d'audiovisuel) à Bamako présidée par Souleymane Cissé.

1997 : XVème FESPACO : Cinéma, enfance et jeunesse. Étalon de Yennenga : Buud Yam, de Gaston Kaboré (Burkina Faso).

VIème congrès de la FEPACI

1998 : Création de la GUILDE à Paris

1999 : XVIème FESPACO : Cinéma et circuits de diffusion en Afrique
La manifestation célèbre son trentième anniversaire. Étalon de Yennenga : Pièces d'identité, de Ngangura Mweze (RD Congo).

2000 : Ouverture du Programme de relance de la formation aux métiers de l'image et du son (PROFIS) à Ouagadougou, destiné à devenir l'Institut régional de l'image et du son (IRIS) en 2005

2001 : XVIIème FESPACO : Cinéma et nouvelles technologies.
Étalon de Yennenga : Ali Zaoua, de Naabil Ayouch (Maroc)

Création de l'Association des Auteurs, Réalisateurs et Producteurs africains (ARPA) à Ouagadougou. Délégué général : Idrissa Ouedraogo.

2003 : XVIIIème FESPACO : Le comédien dans la création et la production du film africain.
Étalon de Yennenga : Heremakono d'Abderramane Sissako (Mauritanie)

Inauguration du complexe de formation Imagine à Ouagadougou par Gaston Kaboré

2005 : XIXème FESPACO : Formation et enjeux de la professionnalisation
Le FESPACO célèbre le cinquantenaire du cinéma d'Afrique noire.
Hommage à Paulin Soumanou Vieyra et aux pionniers.
Nouvelle dénomination des prix du FESPACO et leur élargissement
Institution de l'Étalon d'or de Yennenga ; du Poulain d'or, etc.

Étalon d'or de Yennenga : Drum de Zola Mazeko (Afrique du Sud).

Clément TAPSOBA

haut de page


   liens films

Afrique-sur-Seine 1955
Mamadou Sarr, Robert Caristan, Jacques Mélo Kane, Paulin Soumanou Vieyra

Ali Zaoua, prince de la rue 2000
Nabil Ayouch

Aouré 1962
Moustapha Alassane

Au nom du Christ 1992
Roger Gnoan M'Bala

Baara (Le travail) 1978
Souleymane Cissé

Borom Sarret 1963
Ousmane Sembène

Buud Yam 1997
Gaston Kaboré

Chronique des années de braise (Waqai' Sanawat al-Jamr) 1975
Mohamed Lakhdar-Hamina

Djeli, conte d'aujourd'hui 1981
Kramo Lanciné Fadika

Drum 2004
Zola Maseko

Finyé (Le vent) 1982
Souleymane Cissé

Guimba - un tyran, une époque 2004
Cheick Oumar Sissoko

Heremakono - En attendant le bonheur 2002
Abderrahmane Sissako

Heritage Africa 1989
Kwah Ansah

Histoire d'une rencontre (Hikaya liqa) 1983
Brahim Tsaki

Hyènes 1992
Djibril DIOP Mambéty

Mandat, Le (Mandabi) 1968
Ousmane Sembène

Mille et une mains (Les) 1971
Souheil Ben Barka

Muna Moto | Enfant de l'autre (L') 1974
Jean-Pierre Dikongué Pipa

Noire de... (La) 1966
Ousmane Sembène

Pièces d'identité 1998
Mweze Dieudonné Ngangura

Sankofa 1993
Haile Gerima

Sarraounia 1986
Med Hondo

Tilaï (Question d'honneur) 1990
Idrissa Ouédraogo

Touki Bouki 1973
Djibril DIOP Mambéty

Wazzou polygame (Le) 1970
Oumarou Ganda

Wend Kuuni, le don de Dieu 1982
Gaston Kaboré

Yeelen (La lumière) 1987
Souleymane Cissé


   liens artistes

Alassane Moustapha


Ansah Kwah


Ayouch Nabil


Ben Barka Souheil


Cheriaa Tahar


Cissé Souleymane


Davanture Andrée


Dikongué Pipa Jean-Pierre


DIOP Mambéty Djibril


Écaré Désiré


Fadika Kramo Lanciné


Ganda Oumarou


Gerima Haile


Hondo Med


Kaboré Gaston


Lakhdar-Hamina Mohamed


M'Bala Roger Gnoan


Maseko Zola


Ngangura Mweze Dieudonné


Ouédraogo Idrissa


Ousseini Inoussa


Samb Makharam Ababacar


Sembène Ousmane


Sissako Abderrahmane


Sissoko Cheick Oumar


Tsaki Brahim


Vieyra Paulin Soumanou


   liens structures

ASCRIC-B
Burkina Faso | OUAGADOUGOU

Black Roots Pictures
Afrique du Sud | Johannesburg

Harmattan (L')
France | Paris

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page