actuellement 16273 films recensés, 2749 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Mohamed Nasser Sardi
publié le
25/04/2007
» films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
» les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Mohamed Nasser Sardi (Africiné)


El Kotbia


Nawfel Saheb-Ettaba (El Kotbia)

retour
 
Les journées du cinéma tunisien (J.C.T.). Deuxième session

Sur une initiative de l'association tunisienne pour la promotion de la critique cinématographique (ATPCC), furent organisées, en collaboration avec la fédération tunisienne des ciné clubs (FTCC), la fédération tunisienne des cinéastes amateurs et avec l'appui du ministère de la culture et de la sauvegarde du patrimoine, les premières journées du cinéma tunisien en avril 2006.
Les objectifs de cette manifestation ont été définis comme suit:
- Promouvoir le cinéma tunisien en Tunisie.
- Revisiter la mémoire cinématographique tunisienne.
- Rétablir une relation solide entre le cinéma tunisien et son public.
- Faire connaître la diversité du cinéma tunisien

La première session a été consacrée aux longs et courts métrages tunisiens produits de 1958 à 1969, aux films tunisiens méconnus, ainsi qu'aux films de la FTCA de cette époque.
Pour cette seconde session, qui se déroule du 14 au 18 mars 2007, ce sont les œuvres de la période 1970 - 1980 qui sont mis en valeur. Le programme comprend onze (11) longs métrages et douze (12) courts en relation avec l'époque ou les réalisateurs, ainsi que six (06) films amateurs.
Seule la soirée d'ouverture est consacrée à des films plus récents: El Koutbia de Nawfel Saheb Ettaba (Long métrage de 2002) et L'automne, premier film du jeune réalisateur Ala Eddine Slim (Court métrage de 2006). Ceci pour mettre en exergue les nouvelles modes de production des jeunes réalisateurs qui se débrouillent avec des moyens modestes sans attendre la subvention de l'Etat, ainsi que les difficultés de distribution que trouvent les œuvres locales, puisque El Koutbia n'est jamais sorti dans le circuit commercial.
Cette session contient aussi une table ronde, organisée par l'ATPCC, ayant pour thème "À quoi servent les festivals de cinéma ?" et animée par Kamel Ben Ounés et Ikbal Zalila (Président et Vice président de l'ATPCC). Une soirée d'hommage est aussi organisée en l'honneur de plusieurs personnalités du cinéma de l'époque.
Le contenu détaillé de la session 2007 est comme est fourni par le dossier qui suit ce texte.


Pourquoi les Journées du Cinéma Tunisien ?

1896: Les opérateurs des Frères Lumière tournent des vues animées dans les rues de Tunis.
1897: Premières projections cinématographiques à Tunis organisées par le Tunisien Shamama Chikli et le photographe français Soler.
1907: Installation à Tunis d'une agence PATHE de vente de films.
1908: Ouverture à Tunis de la première salle de cinéma l'OMNIA-PATHE.
1919: Tournage en Tunisie du premier long-métrage réalisé sur le continent africain : Les cinq Gentlemen Maudits de Luitz Morat.
1922: Shamama CHIKLI tourne Zohra.
1950: Création de la Fédération Tunisienne des Ciné Clubs (FTCC).
1957: Création de la première société nationale de production, importation, distribution et exploitation de films, la Société Anonyme Tunisienne de Production et d'Expansion Cinématographiques (S.A.T.P.E.C.).
1962: Fondation de l'A.J.C.T. (Association des Jeunes Cinéastes Tunisiens) qui se consacre au cinéma amateur et deviendra la Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs (FTCA).
1964: Le premier festival de cinéma en Afrique : Le Festival National du Film Amateur de Kélibia (FNFAK) qui deviendra par la suite un festival International.
1966: Dix ans après l'indépendance, le premier long métrage réalisé par une équipe entièrement tunisienne : L'Aube de Omar KHLIFI.
1966: Création des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC)
1967: Création du Complexe Industriel de Gammarth.
1969: Institution du monopole d'importation régissant la distribution de films étrangers.
1975: Le cinéma tunisien commence à s'acheminer vers la reconnaissance internationale. Les Ambassadeurs de Naceur KTARI, est le premier film à accéder au marché européen;
1977: Soleil des Hyènes de Ridha ELBEHI (coproduction), présenté à Cannes, distribué à Paris (1978), bat le record de recettes des films africains et arabes sortis en Europe.
Pourvue d'une solide structure, d'une législation, d'une tribune internationale, d'instruments de diffusion de la culture cinématographique, terre d'élection des productions étrangères à la recherche de décors variés et des techniciens bien qualifiés, la Tunisie semble offrir toutes les conditions pour l'émergence d'une activité cinématographique variée et ouverte sur les autres cinémas.
Paradoxalement, les Tunisiens n'ont pas toujours eu l'occasion de se rencontrer autour de leurs propres films, dans le cadre d'une manifestation nationale, pour en débattre, en évaluer la trajectoire, concevoir de nouvelles modalités de production et de distribution, créer des opportunités d'échange entre les professionnels et le public et, surtout placer les films tunisiens au cœur d'une fête culturelle.
C'est autour de ces objectifs et de ces désirs qu'ont été lancées les premières Journées du Cinéma Tunisien organisées en avril 2006. Et c'est autour de ces mêmes raisons que s'articulent la présente session.
Le Comité d'Organisation

Les années 70

Le cinéma tunisien d'après l'Indépendance a réellement commencé par la création de la SATPEC en 1957. Les années qui ont suivi, c'est-à-dire les années 60, ont vu les premiers balbutiements de ce cinéma avec le développement des Ciné - Clubs, la création de la FTCA et des JCC et la production de El Fajr (L'aube) de Omar KHLIFI.
Mais ce sont les années 70, avec leur lot de films fondateurs qui se sont distingués aussi bien au niveau national qu'international, et ont façonné le devenir du cinéma tunisien. Des œuvres comme Et demain…?, Seuils interdits, Séjnane ou Les ambassadeurs sont considérés, jusqu'à nos jours, comme des références incontournables. C'est une époque charnière du cinéma national qui se situe entre deux dates importantes:
- 1969, Promulgation d'une loi qui donne le monopole d'importation, en plus de celui de la distribution, déjà acquis, à la SATPEC.
- 1981, abandon de ces monopoles au profit du secteur privé et création d'un fond d'aide à la production qui remplace le rôle de la SATPEC.

Entre ces deux dates, plusieurs autres événements ont profondément marqué, à des degrés différents, le Septième Art en Tunisie :

- 1970 : Création de L'Association des Cinéastes Tunisiens (ACT)
- 1970 : Une si simple histoire de Abdellatif BEN AMMAR est sélectionné pour la compétition officielle du festival de Cannes.
- 1970 : Création de la Fédération panafricaine des cinéastes (FEPACI) lors des JCC.
- 1971 : Publication de Histoire du cinéma tunisien de Omar KHLIFI.
- 1972 : Création de l'Union des Critiques Arabes de Cinéma lors des JCC.
- 1973 : Réouverture de La Cinémathèque de Tunis, gérée par la SATPEC.
- 1976 : Les Ambassadeurs de Naceur KTARI sort sur les écrans européens et passe à la télévision (Antenne2).
- 1978 : les JCC s'ouvrent sur l'ensemble du Tiers monde.
- 1978 : Tahar CHARIAA publie son livre Ecrans d'abondance ou cinéma de libération en Afrique.
- 1979 : Exonération de toute taxe à l'importation du matériel servant à la confection et à la projection des films tunisiens.

Soirée d'ouverture

L'Automne
Durée : 13'50 - Fiction - DV - 2006
Réalisation et Scénario: Ala Eddine SLIM
Image : Mahdi BOUHLI et Amen GHARBI
Son : Mahmoud DAGHBAGI
Montage : Ala Eddine SLIM
Production: Exit Productions
Synopsis: Le parcours de trois groupes de personnes aspirant à une traversée clandestine vers un pays étranger par voie maritime…

Ala Eddine SLIM
Né le 11 Novembre 1982 à Sousse. Diplômé en Technologies de l'Audiovisuel (section assistanat à la réalisation) à l'Institut Supérieur des Arts Multimédia (ISAMM) 2004.
2004 : La nuit des Rêveurs, Court Métrage. Projet de fin d'études.
2006: L'Automne

El Koutbia
Durée: 110' - 35mm - Fiction - 2002
Réalisation et Scénario: Nawfel SAHEB ETTABA
Image: Gilles PORTE
Musique: Kaïs SALLAMI
Montage: Monira BHAR et Nadia BEN RACHID
Interprétation: Hend SABRI - Ahmed AL HAFIENE - Martine GAFSI - Yadh BEJI
Production: Stratus Films
Synopsis:
Jamil, après un séjour de quelques années en France et dans les Caraïbes, retourne au pays, défait et brisé. Il arrive dans une librairie au centre ville de Tunis colonial pour y travailler temporairement en tant que commis libraire. Il est attiré par Aïcha, de quinze ans son aînée, veuve et mère de Tarek, le jeune propriétaire de la librairie. Celle-ci, perturbée par ses sentiments envers Jamil, quitte l'appartement, situé au-dessus de la librairie. Leïla, la jeune épouse de Tarek, lasse de la monotonie de sa vie, quitte son mari pour une carrière de chanteuse. Tarek sombre dans la dépression. Aïcha retourne alors à la maison. Au fil des mois, Jamil et Aïcha se rapprochent. Mais contraints par la pression morale et sociale, leur attirance ne dépassera pas le seuil de l'ambiguïté. Leïla, enceinte de cinq mois, désire retrouver Tarek dont elle réalise le manque. Jamil et Aïcha organisent leur rencontre lors d'un récital donné dans une cathédrale. Après les retrouvailles du jeune couple, Jamil quitte la librairie pour retourner sur les lieux de son enfance afin de renouer avec son père qu'il a quitté après une violente dispute. Celui-ci avait refusé de voir Jamil partir à l'étranger.

Nawfel SAHEB ATTABA:
Né le 1er Septembre 1959 à Tunis. Formation Cinématographique au Canada. Il a réalisé des films documentaires, des émissions TV. Cofondateur en 1995 de la société de production Stratus Films. Enseignant en communication et audiovisuel.
1999: Stambali, CM
2002: El Koutbia


Longs Métrages

Les Fellagas
Durée : 104' - 35 mm - Fiction - 1970
Réalisateur : Omar KHLIFI
Scénario: Omar KHLIFI d'après un roman: Amour et révolution de Abderrahmen AMMAR.
Image: Stoyan ZLATCHKIN
Son: Slaftcho DILIANOV
Montage : Donka DIMETCHVA - Rodesia MILIN
Interprétation: Habib CHAARI - Mongia TABOUBI - Lakhdar SOUID - Mokhtar HACHICHA - Brahim EZZIDI - Omar KHLIFI - Lewis DIDZEL - Tahar HOUAS - Farouk KHLIFI
Production : Les Films Omar KHLIFI (Tunis), Studio de Longs Métrages, Boyana, Sofia (Bulgarie)

Première Sortie: 26 Novembre 1970 au cinéma Palmarium, Tunis.

Prix & Distinctions :
- Prix du Festival International de Moscou, 1971.

Synopsis:
Mosbah (El Jarbou) voit sa cousine bien aimée Rebeh épousée, contre son gré, par Ali, le supplétif des armées d'occupation coloniale, grâce aux interventions du capitaine Perrot auprès du père de Rebeh. Fou de douleur, Mosbah provoque le capitaine et se retrouve en prison. Il en sort trois ans après et cherche à liquider son rival Ali. Mais la guerre de libération étant déjà engagée contre l'armée des colonialistes. Mosbah rejoint les "Fellagas" et s'entraîne à oublier sa rancœur dans la lutte….

Omar KHLIFI
Né le 16 Mars 1934 à Soliman. Autodidacte, il tourne au début des années soixante plusieurs courts et moyens métrages. En 1966, il réalise le premier long métrage tunisien, production en 35mm, noir & blanc, L'Aube. Omar KHLIFI a publié, en 1970 L'histoire du cinéma en Tunisie (1896-1970), édition STD, Tunis. Fondateur de la société Les Films Omar KHLIFI en 1960.

Courts métrages :
- LE DEFILE.
- HLIMA.
- PELERINAGE 1963 & 64
- AMOUR ET JALOUSIE.
- KHEMAIS TARNAN.
- ANTAR MOUTON DE L'AID.
- LE GRAND AIR.
- J'AI RENCONTRE DEUX JEUNES FILLES.
- LES VOLONTAIRES.
- ONCLE MOSBAH A LA VILLE.
- UNE PAGE DE NOTRE HISTOIRE

Longs métrages :
- AL- FAJR (L'AUBE) 1966
- AL-MUTAMARRID (LE REBELLE) 1968
- SOURAKH (HURLEMENTS) 1970
- AL-FALLÂGA (LES FELLAGHAS) 1972
- ATTAHADI (LE DEFI) 1985

Sourakh (Hurlements)
Durée : 100' - 35mm - Fiction - 1972
Réalisateur : Omar KHLIFI
Scénario : Omar KHLIFI (adapté d'après une pièce radiophonique de Tijani ZALILA)
Son : Abdelkader ALOUANI
Image : Ezedine BEN AMMAR
Montage : Faouzia TAYA
Interprétation : Mohamed DARRAGI- Hassiba ROCHDI - Salwa MOHAMED - Anissa LOTFI- Zohra FAÏZA - Jamila OURABI - Ezzeddine BRIKA - Abdallah CHAHED - Ahmed ZAÏBI- Habib CHAARI - Mokhtar HACHICHA
Production: Les Films Omar KHLIFI

Première Sortie: 10 Octobre 1973 à la Cinémathèque d'Alger et 2 Janvier 1974 au cinéma Le Mondial à Tunis.

Prix & Distinctions :
-Mention Spéciale du Jury au Festival International des Films d'Expression Française, Beyrouth (1974)

Synopsis:
L'action se situe dans un village à une époque volontairement non déterminée, mais qui pourrait être actuelle. L'histoire de deux filles est racontée à un hôte de passage par leur mère retirée du monde: Saadia a été violée après une farouche résistance. Malgré qu'elle ait tué son agresseur, le conseil des hommes du village estima qu'elle s'était montrée provocante et la condamna à mort. La deuxième est forcée à épouser un mari choisi par son père….

Omar KHLIFI :
(Voir fiche " Fellagas ")

Ommi Traki
Durée : 90' - 35 mm - Fiction -1972
Réalisateur: Abderrazak HAMMAMI
Scénario : Adel (Pseudonyme de Mohamed HAMMAMI (qui a été chef de cabinet au Ministère de la Justice)
Son: Hechmi JOULAK
Image: Ezzedine BEN AMMAR
Montage : Kacem BEN ZEKRI
Interprétation : Zohra FAÏZA - Salah EL MAHDI - Habib BELHARETH- Moncef LAZAAR - Hassen KHALSI- Alya HARRAR - Mohamed BEN ALI - Fatma EL BAHRI - Halima DAOUD - Saloua MOHAMED - Mongia TABOUBI - Jalila BORHANE - Dalenda ABDOU - Abderrazak LAZRAG - Lotfi ABAYED
Production : SATPEC - Rachid FERCHIOU - Abderrazak HAMMAMI

Synopsis:
Ommi Traki, une vieille femme active et mêle-tout, arrange tout dans sa famille et son quartier. Elle fournit une bonne, réconcilie le foyer d'un de ses fils, marie son petit-fils, débrouille une affaire de vol, trouve un mari à sa bonne, et un prétendant à sa voisine...

Abderrazek HAMMAMI
Né à Kairouan le 13 Octobre 1935. Etudes secondaires à Tunis puis à Troyes en France. Diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure d'Art Dramatique de Strasbourg (1960).
En 1965, il entre comme réalisateur à la ERTT. Il y réalise plusieurs feuilletons.
1966: El Jala
1967: Daghbaji
1970: Ommi Traki, feuilleton de télévision en 40 épisodes.
1972: Ommi Traki, L M de fiction, 90'

Intissar Chaab (Victoire d'un peuple)
Durée : 90' - 35mm - Documentaire - 1974
Réalisateur: Brahim BABAI
Scènario : Hédi TAT - Ezzeddine MADANI - Hatem BEN MILED - Béchir BEN SLAMA
Son: Hechmi JOULAK
Montage : Moufida TLATLI - Hédi TAT
Production : SATPEC

Synopsis :
Long métrage de montage, "Victoire d'un peuple" retrace l'histoire de la Tunisie depuis 1881, date de l'instauration du protectorat Français, jusqu'à l'indépendance en 1956 et la proclamation de la république en 1957. Ce film relate l'histoire du mouvement national tunisien.

Brahim BABAI (1936 - 2003):
Né le 18 Décembre 1936 à Béja. Etudes secondaires à Tunis, puis Ecole militaire de Saint - Cyr (France) pendant un an. S'inscrit à l'IDHEC, et en sort diplômé (section prise de vues). Stage de deux ans à l'O R T F. Assistant de Gian Franco PAROLINI pour Gli invincibli tri (1964) et avec Yves BOISSET pour R.A.S (1973). Participera au démarrage de la télévision tunisienne en tant que directeur de photo, et réalise plusieurs courts métrages. Il tourne son premier long métrage en 1972, ET demain....? Dont il est également le producteur. Nommé président de la FEPACI en 1975. BABI est décédé le 12 décembre 2003 à Tunis.

1972: Oua Ghadan (Et demain…?)
1974: Intissar Chaab (Victoire d'un peuple)
1990: Lylat Assanaouet Al Achr (La Nuit de la Décennie)
2003: Al Oudyssa (L'Odyssée)

Au Pays de Tararani
90' - 35mm - Fiction- 1973
Une comédie à sketchs de Hedi BEN KHELIFA, Hamouda BEN HLIMA et Ferid BOUGHJEDIR
Trois films basés sur trois nouvelles de Ali DOUAJI : Sahertou minhou ellayaly ("J'en est veillé des nuits") : Rencontre avec des personnages insolites dans le Pays de Tararani, qui ressemble trait pour trait à la Tunisie des années 1930 : un coiffeur de la rue du Pacha, une mystérieuse inconnue voilée, une épouse malheureuse qui se plaint a sa mère ….

El Mosbah el modhlem (Le Réverbère)
Durée : 25'
Réalisateur : Hamouda BEN HLIMA
Scénario et adaptation: Hammouda BEN HLIMA
Image: Ahmed BENNYS & Ahmed ZAAF
Musique: Mohamed SAAD
Montage: Hammouda BEN HLIMA
Interprétation: Nouredine KASBAOUI - Samia MZALI
Production: SATPEC
Synopsis:
Médina de Tunis, 1930: Sous un réverbère, le coiffeur découvre une personne inconnue. Elle l'emmène dans une longue errance dans la Médina, puis l'accompagne chez lui…
Hammouda BEN HLIMA
Né le 10 Février 1935 à Moknine. Etudes cinématographiques à l'IDHEC (Paris).
Rédacteur en chef des Actualités Tunisiennes de 1963 à 1967.
Courts métrages:
- De La Terre des Hommes, 20', 1962
- Folklore à Monastir, 20', 1963
Longs métrages:
- Khlifa Lgraa (Khlifa le Teigneux), 1968
- El Mosbeh el Modhlem (Le Réverbère), un des trois récits de: Au pays de Trarani, 1971.

Azziara (La Visite)
Durée: 15'
Réalisateur : Hedi BEN KHALIFA
Scénario, Adaptation & dialogues: Ezzedine MADANI et Mohamed YACINE (pseudonyme de Hammadi ESSID)
Image: Ahmed BENNYS & Ahmed ZAAF
Interprétation: Mouna NOUREDINE - Jamila OURABI - Mongia TABOUBI
Production: SATPEC
Synopsis:
En un monologue, une jeune femme se plaint avec volubilité à sa mère de son mari insupportable et veut divorcer…
Hedi BEN KHALIFA (1933-1984)
Né à Paris le 16 Novembre 1933. Etudes cinématographiques à l'IDHEC (Paris). Correspondant de la ERTT et représentant de la SATPEC en France. Il est assistant de Jacques BARATIER sur Goha en 1958

Nozha raëka (Pique nique)
Durée : 40'
Réalisateur, Scénario et Adaptation: Ferid BOUGHEDIR
Dialogues : Taoufik BACCAR
Musique : Mohamed GARFI
Image: Ahmed BENNYS & Ahmed ZAAF
Son: Hechmi JOULAK
Montage: Mika BEN MILED
Interprétation: Rachid GARA - Romdhane CHATTA - Jamila OURABI - Hedi SEMLALI
Production: SATPEC
Synopsis: Abdelhamid se rend chez son cousin Abdallah pour le déjeuner. Mais c'est un départ en pique - nique qui l'attend avec toute la famille dans une vieille guimbarde…
Férid BOUGHEDIR:
Né le 11 Mars 1944 à Hammalif. Etudes de Lettres à l'Université de Rouen puis à Paris. Critique cinématographique, journaliste, cinéaste et universitaire.
1975 : Le pique-nique (moyen-métrage de fiction)
1983 : Caméra d'Afrique (long-métrage documentaire)
1985 : Caméra de Carthage (court-métrage documentaire)
1987 : Caméra arabe (moyen-métrage documentaire)
1990 : Halfaouine, l'enfant des terrasses (titre original : Asfour Stah, long-métrage de fiction)
1996 : Un été à la Goulette (titre original : Saïf Halq al-wad, long-métrage de fiction)
2006 : Directeur artistique des Journées Cinématographiques de Carthage JCC2006.

Farda wilquat ouktha
(Deux larrons en folie)

Durée : 105' - 35mn - Fiction - 1978
Réalisation & Scénario : Ali MANSOUR
Son: Fawzi THABET & Abdelkader ALOUANI
Musique: Taoufik NACEUR
Montage : Faouzia JOULAK
Interprétation: Lamine NAHDI- Ahmed Laarbi SOURI - Mohamed BEN ALI - Mokhtar HACHICHA
Production : SATPEC

Synopsis:
Le film raconte l'histoire abracadabrante de deux paysans simplets en route vers la capitale. Mais, avant d'y arriver, que d'aventures en chemin...Ils se font engager chez un riche agriculteur des alentours, qui leur confie la tâche de traire ses vaches et de tailler ses oliviers... Après une série d'évasions et d'arrestations, ils réussissent aussi gauchement que possible à échapper définitivement à l'emprise de leurs assaillants. Ils se trouvent enfin tout près de la grande aventure qui va les mener à Tunis, leur objectif principal.

Ali MANSOUR
Né à Sousse le 5 Janvier 1944. Etudes secondaires à Tunis puis à Paris. Ensuite, études cinématographiques au Conservatoire Indépendant du Cinéma Français qui s'achèvent par un diplôme de réalisation. En 1968, il rejoint la E R T T comme réalisateur.

- Depuis 1968 : Plusieurs téléfilms, reportages et émissions à la télévision.
- Drôle de folie (Comédie musicale, 16mm, 80', 1972
- Farda Wilkat Okhtha (Deux Larrons en Folie) 35 mm, 105', 1978
- Fahes Fanni (La Visite Technique) CM, 1982
- Yanasib (La Tombola) CM, 1985

Les Ambassadeurs
Durée : 102' - 35mm - Fiction - 1975
Réalisation & Scénario: Naceur KTARI
Adaptation & Dialogues: Lise Bouzid - Christine JANCOVICI - Ahmed KASSEM - Gérard MAUGER - Naceur KTARI
Directeur de photo: Jean - Jacques ROCHUT
Image: Ahmed ZAAF et Ahmed BENNYS
Son: Antoine BONFANTI - Hechmi JOULAK - Auguste GALLI
Musique : Hammadi BEN OTHMAN
Montage: François CEPPI - Larbi BEN ALI et Lise BOUZID
Interprétation: Sidi Ali KOUIRET - Tahar JBELI - Denise PERON - Omar CHOUIREF - Mohamed HONDO - Catherine RIVET - Dominique LACARRIERE - Samir AYADI - Abdellatif HAMROUNI.
Coproduction Franco - Tuniso - Lybienne : SATPEC (Tunis) - Organisation Générale EL KHAYALA (Lybie) - Unité Trois et Les Films de Nidal (Paris)
Prix et Distinctions :
- Tanit d'Or aux JCC 1976
- Mention Spéciale au Festival de Locarno 1977
- Sélection Un certain regard, Cannes 1978

Synopsis
Dans le quartier de la Goutte d'Or à Paris, les émigrés nord-africains vivent en groupe parce qu'on n'en veut pas ailleurs. Les deux communautés arabe et française, forcées de cohabiter, ne se comprennent pas et s'affrontent. Salah venu du sud du Maghreb, découvre la vie de l'émigré à Paris et assiste en témoin ou en acteur aux incidents quotidiens qui tissent la vie de ses compatriotes. Les français racistes du quartier prennent l'initiative d'agressions qui vont jusqu'à un double assassinat.

Naceur KTARI
Né à Sayada, le 17 Mai 1943. Etudes secondaires à Monastir puis Etudes cinématographiques à Paris et en Italie. Assistant de Roberto ROSSELLINI sur Les Actes des Apôtres (1968) et de Dino RISI sur Un jeune homme normal (1969). Il a réalisé plusieurs courts métrages: Show 5000 (1968), Prenons la Ville (1973) avant de tourner en 1976 son premier long métrage Assoufara (Les Ambassadeurs) qui remporta le Tanit d'Or aux Journées Cinématographiques de Carthage (JCC 1976). En 1999, il réalise un documentaire Parc National de Ichkeul (1999), Hlou we mor (Sois mon Amie), Tanit d'Argent JCC 2000, est son deuxième long métrage.

Koura wa ahlam
(Un ballon et des rêves)

Durée : 90' - 35mm - Docu-Fiction - 1978
Réalisateur: Mohamed Ali EL OKBY
Scénario: Mohamed Ali EL OKBY et Taoufik JEBALI
Image: Ahmed ZAAF et Lotfi LAYOUNI
Son: Fawzi THABET et Hechmi JOULAK
Montage: Hamida BEN AMMAR - Moufida TLATLI
Production : SATPEC

Synopsis:
Pour révéler ce monde du Football - phénomène sportif mais, également social - le film choisit deux itinéraires complémentaires: Le premier itinéraire passe par la vie des joueurs de l'Equipe Nationale de Tunisie (année 1977-1978) et de son entraîneur Abdelmajid Chetali; on les voit, ainsi, évoluer dans leur existence quotidienne chez eux et sur le terrain. Le second itinéraire raconte l'histoire de deux adolescents, Khaled et Hichem, qui, issus de quartiers populaires suivent, en fabulant, l'existence de ces joueurs: leurs idoles. Ces deux voies parallèles nous conduisent, en cette année 1977-78, au spectacle grandiose du match Tunisie / Egypte. Et de là, nous suivons l'Epopée argentine de l'équipe nationale Tunisienne: sa première participation à une coupe mondiale, devenue "légende".

Mohamed Ali EL OKBY
Né en 1948 à Tunis, il étudie tout d'abord à Paris - à l'IDHEC et à la Sorbonne - puis à Los Angeles où il suit des cours à l'American Film Institute. Auteur de plusieurs courts métrages, il travaille comme assistant réalisateur sur sept films étrangers tournés en Tunisie. Son premier long métrage est une fiction semi documentaire sur l'équipe nationale tunisienne de football de 1978. Longs métrages : Un ballon et des rêves / Koura wa ahlâm (1978), Les Zazous de la vague / Zazouettes (1992).

Courts métrages:
- La Ballade.
- Une journée pas comme les autres.
- Un jour particulier.
Longs métrages:
- Kurra wa ahlam (Un ballon et des rêves) 1978
- Zazouet (Les Zazous de la vague) 1992

Aziza
Durée : 100' - 35mm - Fiction - 1980
Réalisation & Scénario : Abdellatif BEN AMMAR
Image : Youssef SAHRAOUI
Son : Fawzi THABET
Musique du film : Ahmed MALEK
Montage : Moufida TLATLI
Interprétation : Raouf BEN AMOR- Taoufik JEBALI - Yasmine KHLAT - Mouna NOUREDINE - Dalila RAMES - Mohamed ZINET
Production : SATPEC & Latif Productions (Tunisie)

Distinctions & prix
- Sélectionné à la "Quinzaine des Réalisateurs" au Festival de Cannes (1980)
- Prix d'Interprétation Féminine pour Yasmine KHLAT au Festival International de Tachkent (1980)

Synopsis :
La Tunisie de 1980 : un pays en développement, une société en pleine mutation. Une famille quitte la Médina de Tunis pour s'installer dans une des nouvelles cités populaires à la périphérie de la Capitale. Poussé par son fils Ali un petit affairiste, le vieil artisan Si Béchir a accepté de vendre sa maison pour, croit-il en acquérir une autre, plus moderne. Aziza, une nièce recueillie depuis la prime enfance, découvre d'autre lieux, d'autre gens, se fait une amie, Aicha. L'arrivée soudaine d'un "Emir du pétrole" va chambarder une fois encore leur vie, mais pas comme on l'espère naïvement en croyant à la magie de l'or noir….

Abdellatif BEN AMMAR
Né le 25 avril 1943 à Tunis. Etudes secondaires au Lycée Alaoui. Il suit des études de cinéma à Paris et sort diplômé de l'IDHEC en 1965.
Après avoir été opérateur aux Actualités Tunisiennes et assistant de plusieurs réalisateurs étrangers venus tourner en Tunisie, il réalise ses premiers courts métrages: Sur les traces de Baal et Kairouan.
En 1969, il réalise son premier long métrage: Une si simple histoire
En 1974, il réalise Sejnane et en 1980 Aziza.
C'est en 1972 qu'il crée Latif Productions, société qui co-produit Les Baliseurs du désert de Nacer KHEMIR (1983), et Cœur nomade de Fitouri BELHIBA (1988).
Il a été premier assistant réalisateur sur Justine de Josef STRICK (1968), Biribii de Daniel MOOSMAN (1970), Le Messie de Roberto ROSSELLINI (1974), Les Magiciens de Claude CHABROL(1975), et directeur de production sur Jésus de Nazareth de Franco ZEFFIRELLI (1976).
- En 2002 il réalise un long métrage: Le Chant de la Noria.


Traversées
Durée : 90' - 35mm - Fiction - 1981
Réalisation : Mahmoud BEN MAHMOUD
Scénario : Mahmoud BEN MAHMOUD et Philippe LEJUSTE
Dialogues: Mahmoud BEN MAHMOUD et Fadhel JAZIRI
Image: Gilberto AZEVEDO
Son: Fawzi THABET - Hechmi JOULAK
Musique : Francesco ACCOLIA
Montage: Moufida TLATLI
Interprétation : Fadhal JAZIRI - Julian NEGULESCO - Eva DARLAN - Vincent GRASS - Christian MAILLET - Colette EMANUEL
Production: SATPEC - MARISA Films
Prix et Distinctions:
- Prix de la Critique Internationale (FIPRESCI) à Ouagadougou en 1983
- Grand Prix au Festival du film des droits de l'homme, Strasbourg 1983.

Synopsis:
Le 31 Décembre1981, entre l'Angleterre et le continent européen, deux passagers anonymes sont refoulés par les autorités britanniques puis belges et se retrouvent prisonniers à bord du car- ferry reliant les deux frontières. Condamnés à parcourir la manche dans une navette absurde, les deux hommes tenteront de s'échapper chacun à sa manière.

Mahmoud Ben Mahmoud
Né à Tunis le 25 Juillet 1947. Études de cinéma à l'INSAS en Belgique, puis d'Histoire de l'art et archéologie ainsi que de Journalisme à l'ULB. Scénariste et réalisateur. Depuis 1988, assistant chargé d'exercices à l'ULB dans le cadre de la section ELICIT
1980: Traversées
1992: Chichkhan (Poussière de diamant)
1992: Italiani dell' altra riva (Les Italiens de l'autre rive, documentaire)
1996: Anastasia de Bizerte (documentaire)
Albert Samama-Chikli (documentaire)
1998: Ennejma Ezzahraa (documentaire)
1999: Les siestes grenadine (L.M de fiction)
2001: Wajd (Les mille et une voix, Documentaire)


Sarâb (La Balade de Mamlouk)
Durée : 110' - 35 mm - Fiction - 1980
Réalisateur: Abdelhafidh BOUASSIDA
Scénario: Abdelhafidh BOUASSIDA - Jaroslav VOKRAL - Kamil PIXA
Image: Jiri MACAK
Son: Adolf BÖHM
Musique: Armando TRAVAJOLI
Montage: Alois FESAREK
Interprétation : Yorgo VOYAGIS- Miroslav MACHACEK - Irène PAPAS - Ahmed SNOUSSI - Noureddine KASBAOUI- Mouna NOUREDINE - Abdellatif HAMROUNI
Production: SATPEC - Carthago Films (Tunisie) - Barrandov Studios - Krakty Films (Prague)

Synopsis :
Mamelouk est un pauvre paysan qui a sauvé la vie du roi. Alors que le garçon ne souhaite posséder qu'un lopin de terre pour faire vivre les siens, il se voit offrir par le souverain toute l'étendue de terre qu'il pourra parcourir entre le lever et le coucher du soleil. En dépit des craintes de sa mère qui voit se profiler à l'horizon de bien mauvais présages, Mamelouk entreprend cette course hallucinante …

Abdelhafidh BOUASSIDA
Né le 23 Octobre 1947 à Sfax. Issu de la FTCA, Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs, il étudie le cinéma à la FAMU de Prague (ex-Tchécoslovaquie) de 1967à 1974. Dès son retour en Tunisie, il se lance dans la réalisation de courts métrages : L'expérience 1967, La faim 1969,, La lièvre en travers du chemin 1971, Le doublé 1973, Carthage l'éternelle 1978, Médina de Tunis, un défi 1979, Oasis, le miracle de l'eau 1980, Rapsodie berbère 1981, L'île Lotus 1982, Des hommes et des réverbères 1983, Sindibad le marin 1984, L'île de DJerba 1985, La lumière de la nuit 1986, Jugurtha 1987, Tunisie à travers l'histoire 1988, La ligue arabe 1989, Les Palestiniennes 1990. Son premier et unique long métrage est Sarâb - La ballade de Mamlouk 1980. Vit actuellement aux États-Unis

Les courts métrages

La ville de Sfax
13' - N&B - 35 mm - Doc - muet - Réalisateur: Inconnu - Synopsis: Un documentaire sur la ville de Sfax.

Jamboree
14' - 16mm - Doc - N&B - V.Arabe - 1960 - Réalisation: Tijani ZALILA & Bruno KANINO - Musique: Mohamed HEDI - Synopsis : Jamboree Scout à Borj Sédria.

Trois villes de l'Islam
12' - 16 mm - Doc - Couleur - V. Arabe - 1966 - Réalisation: Hammadi ESSID - Production: Mohamed BEN SMAÏL et H. ESSID - Synopsis: Lieux saints à Sarajevo, Istamboul et Espahane.

Aressala (La Lettre)
15' - N&B - Fiction - 1966 - Réalisation : Sadok BEN AÏCHA - Son: Moncef FERSI - Image : Mario MASSINI - Interprétation: Anissa LOTFI - Synopsis: Une jeune femme attend une lettre.

Zarda
35' - 16 mm - Couleur - Doc- 1968 - Réalisation: Sophie FERCHIOU - Montage : Jean Pierre LACAME - Synopsis : La fête du Zarda à Sidi AÏCH, un documentaire sur les us et coutumes de certaines tribus à Sidi Bouzid.

Al Ouaha, Môjizatou Almeyah (Oasis, le miracle de l'eau)
20' - 35 mm - Couleur - Doc - 1977 - Réalisation : Abdelhafidh BOUSSIDA - Synopsis: Un documentaire sur les oasis du Sud tunisien.

Kairouan, la Grande Mosquée
15' - 35 mm - Couleur - Doc - 1979 - Réalisation : Abdellatif BEN AMMAR - Commentaire : Hechmi SEBAÏ - Son: Mohamed RYAHI - Image : Lotfi LAYOUNI - Montage : Moufida TLATLI
Synopsis : Un documentaire sur la Grande Mosquée du Kairouan.

L'Autobus
15' - 35 mm - Début des années 80- Fiction - Réalisation : Naceur KTARI - Scénario : Naceur KTARI d'après une idée de Lamin NAHDI - Dialogues : Mahmoud LARNAOUT - Interprétation: LAmin NAHDI - Mahmoud LARNAOUT - Nouredine BEN AYED Synopsis: Les mésaventures d'un passager dans un bus.

Fahes Fanni (La Visite Technique)
20' - 35mm - Comédie - Fiction - 1982 - Réalisation: Ali MANSOUR - Interprétation: Abdellatif GHARBI - Abdellatif HAMROUNI - Synopsis: Les mésaventures d'un automobiliste à la visite technique.

Garbaji (Le vendeur d'eau)
17' - 16mm- Animation - Fiction - V. Arabe - 1984 - Réalisation scénario animation et image: Zouhaïer MAHJOUB - Dialogues: Abdellatif Hamrouni - Production : A.Z Production - Cartago Films - Synopsis : Am Salem est un "distributeur d'eau" qui rejoint la lutte nationale pour l'indépendance. Il est prêt à sacrifier sa vie pour la liberté…

L'Ile LOTUS
20' - 35 mm - Couleur - Doc - 1985 - Réalisation : Abdelhafidh BOUSSIDA - Synopsis : Un documentaire sur l'Ile de Djerba.
Bayrem Tounsi
15'- 16 mm - Doc - V. Arabe - 1993 - Réalisation : Habib MESTIRI - Image : Ezzedine HARBAOUI - Montage : Tahar RYAHI - Musique : Mohamed BHAR - Synopsis: La vie du grand poète et écrivain tuniso-égyptien, Bayrem TOUNSI.


La soirée de la FTCA
La Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs (FTCA) est fondée en 1962.

La grande illusion
13' - 1973 - Fethi KEMICHA - Club de Kairouan

Taggaza (La diseuse d'aventure)
9' - 1975 - Mokhtar LAAJIMI - Club de Sousse

Défense de fumer
7' - 1975 - Khaled TOUNSI - Club HamamLif

Sidi Ali Hattab
17' - 1975 - Collectif - Club de Tunis

La Pioche
10' - 1975 - Collectif - Club de Kélibia

Les Invalides
13' - 1978 - Lotfi MOUDOUD - Club de Hammam Lif


La table Ronde
La Fonction et la vocation des festivals de cinéma en Tunisie

Si partout dans le monde, les festivals de cinéma se multiplient et s'imposent comme un outil incontestable au service de la promotion du cinéma et de la cinéphilie, en Tunisie, le nombre de festival demeure encore dérisoire. Certains festivals n'ont pu survivre après trois ou quatre sessions, avant de disparaître définitivement (Djerba, Sfax…). D'autres se cherchent encore et réajustent sans cesse leur vocation.
Deux festivals cependant parviennent, tant bien que mal, à résister aux vicissitudes du temps: les JCC et le FIFAK.
Les JCC qui avaient nourri les espoirs des cinéastes pendant trois décennies au moins, a du mal aujourd'hui à s'imposer au sein de la nomenclature des festivals organisés dans le monde arabe et africain.
Le FIFAK, malgré son audience dans le domaine du cinéma amateur et le film non-professionnel, n'est pas encore doté des moyens appropriés et du diapason de ses ambitions.
À partir de l'examen de ce bilan, les participants à cette table ronde sont appelés à focaliser leur intérêt sur trois axes:
- Avons-nous besoin aujourd'hui de plusieurs festivals ?
- Quelle vocation faut-il leur donner ?
- Pouvons-nous envisager une réforme des festivals existants comme les JCC ?

Sont invités à cette table ronde tous les responsables des festivals de cinéma en Tunisie.

La soirée Hommage

Le volet "hommages", dans les Journées du Cinéma Tunisien est fondamental. C'est ce que nous appelons un moment fort. En effet, rendre hommage à tous ceux et celles qui ont contribué a la création et à l'essor du cinéma tunisien est un de nos objectifs majeurs. En ce sens que nous avons un devoir de reconnaissance envers ces hommes et ces femmes qui, chacun dans son métier, chacun à son niveau, ont donné le meilleur d'eux-mêmes, souvent dans des conditions difficiles et ingrates pour que le cinéma tunisien voit le jour et ensuite se développe, pour prendre sa place dans la cinématographie mondiale.
Pour cette année nous rendrons hommage à :

- Hammadi ESSID (1939 - 1991)
Écrivain, diplomate, critique, cinéphile et cinéaste. Né le 26 Janvier 1939 à Tunis. Études supérieures aux États-Unis. Producteur à Radio Tunis Internationale. Fondateur et codirecteur de CERES éditions (1963). Conseiller technique à la direction générale de la télévision tunisienne de 1968 à 1971. Président directeur général de la SATPEC (Société Anonyme Tunisienne de Production et d'Expansion Cinématographique) depuis 1971. Président de la Cinémathèque Tunisienne dont il est fondateur et vice-président. Réalisateur de plusieurs courts métrages : La grande bataille (35mm, 35', 1963), Trois villes d'Islam (16 mm, 12', 1966), ainsi que d'autres films sous le pseudonyme Mohamed LOTFI, Mohamed ELHEDI ou Mohamed YACINE. Ambassadeur délégué permanent de la Tunisie auprès de l'Unesco, ancien représentant de la Ligue arabe à Paris, fondateur de Confluences (Revue), co-auteur avec Théo Klein de Deux vérités en face (Éditions Lieu Commun, 1988). Ambassadeur, Représentant permanent de la Ligue des États Arabes auprès du Conseil de l'Europe et du Parlement Européen. Président Directeur Général de la SATPEC. Directeur de la 7ème Session des JCC 1978. Voix arabe, passionnée mais éclairée, il était devenu, à la tête du bureau de Paris de la Ligue Arabe, un partenaire privilégié des médias mais aussi, grâce à eux, un personnage populaire et charismatique familier des Arabes de Paris comme de Tunisie, son pays, et du monde arabe. Mort le 27 Novembre 1991.

- Naceur KTARI
Né à Sayada, le 17 Mai 1943. Études secondaires à Monastir puis Études cinématographiques à Paris et en Italie. Assistant de Roberto ROSSELLINI sur Les Actes des Apôtres (1968) et de Dino RISI sur Un jeune homme normal (1969). Il a réalisé plusieurs courts métrages : Show 5000 (1968), Prenons la Ville (1973) avant de tourner en 1976 son premier long métrage Assoufara (Les Ambassadeurs) qui remporta le Tanit d'Or aux Journées Cinématographiques de Carthage (JCC 1976). En 1999, il réalise un documentaire Parc National de Ichkeul (1999), Hlou we mor (Sois mon Amie), Tanit d'Argent JCC 2000, est son deuxième long métrage.

- Abdelhafidh BOUASSIDA
Né le 23 Octobre 1947 à Sfax. Issu de la FTCA, Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs, il étudie le cinéma à la FAMU de Prague (ex-Tchécoslovaquie) de 1967à 1974. Dès son retour en Tunisie, il se lance dans la réalisation de courts métrages : L'expérience (1967), La faim (1969), La lièvre en travers du chemin (1971), Le doublé (1973), Carthage l'éternelle (1978), Médina de Tunis, un défi (1979), Oasis, le miracle de l'eau (1980), Rapsodie berbère (1981), L'île Lotus (1982), Des hommes et des réverbères (1983), Sindibad le marin (1984), L'île de Djerba (1985), La lumière de la nuit (1986), Jugurtha (1987), Tunisie à travers l'histoire (1988), La ligue arabe (1989), Les Palestiniennes (1990). Son premier et unique long métrage est Sarâb - La ballade de Mamlouk 1980. Vit actuellement aux Etats-Unis.

- Abdelwaheb BOUDEN
Cinéaste amateur. Universitaire, agriculteur et cinéaste amateur. Réalisateur des courts métrages :
- Duel, 1971
- Condamné à vivre.

- Salwa MOHAMED
Actrice de longue carrière dans le cinéma, à la télévision et à la Troupe de la comédie de la Radio Nationale.

- Youcef BEN YOUCEF (Youssef BEN YOUSSEF)
L'un des plus grands directeurs de photo en Tunisie. (La Nuit de Mohamed MALAS).

- Sophie GOULI
Critique de cinéma et journaliste. Auteure de: "Ammar Farhat et son œuvre".

- Habib CHAARI
Acteur dans plusieurs films dont:
- L'Aube de Omar KHLIFI 1966
- Les Magiciens de Claude CHABROL 1975
- Le Nombril du Monde de Ariel ZITOUN 1992.

- Mohamed EL KAMEL:
Journaliste et critique de cinéma au quotidien "Al-Hourreya"

- Hassan BOUZRIBA
L'un des fondateurs de la FTCA et cinéaste amateur

- Mohamed MEDIOUNI
Ex-président de la FTCC (Fédération Tunisienne des Ciné-Clubs). Directeur des Journées Théâtrales de Carthage 2003. Directeur de l'ISAD (Institut Supérieur d'Arts Dramatiques).


Le Comité d'Organisation

- Naceur Sardi : Secrétaire Général de l'ATPCC, Critique de Cinéma, Délégué Géneral des JCT 2007.

- Kamel Ben Ouanes : Président de l'ATPCC, Critique de cinéma.

- Abdelfattah Fakhfakh : Membre de l'ATPCC, Critique de cinéma.

- Hsan Ichi : Sécretaire Général Adjoint de l'ATPCC, Critique de Cinéma.

- Mehrez Karoui: membre ATPCC

- Adel Ghzala : Secrétaire General de la FTCC.

- Hichem Toumi : de la FTCA.

En collaboration du Ministère de La Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine.

Par Naceur SARDI

haut de page


   liens films

Au pays de Tararani 1973
Férid Boughédir, Hammouda Ben Hlima, Hedi Ben Khalifa

Automne (L') 2006
Ala Eddine Slim

Azziara (La Visite) 1973
Hedi Ben Khalifa

Ballade de Mamlouk (La) | Sarâb 1981
Abdelhafidh Bouassida

Deux Larrons en Folie (Farda Wilkat Okhtha) 1978
Ali Mansour

El Kotbia (La Librairie) 2002
Nawfel Saheb-Ettabaa

El Mosbah el modhlem (Le Réverbère) 1973
Hammouda Ben Hlima

Fahes Fanni (La Visite Technique) 1982
Ali Mansour

Fellagas (Les) 1970
Omar Khlifi

Intissar Chaab (Victoire d'un peuple) 1974
Brahim Babaï

Nozha raëka (Pique nique) 1973
Férid Boughédir

Nuit des Rêveurs (La) 2004
Ala Eddine Slim

Ommi Traki 1972
Abderrazak Hammami

Sourakh (Hurlements) 1972
Omar Khlifi

Un ballon et des rêves (Koura wa ahlam) 1978
Mohamed Ali Okbi


   liens artistes

Babaï Brahim


Ben Ammar Abdellatif


Ben Hlima Hammouda


Ben Khalifa Hedi


Ben Mahmoud Mahmoud


Ben Ouanès Kamel


Ben Youssef Youssef


Bouassida Abdelhafidh


Bouden Abdelwaheb


Boughédir Férid


Bouzriba Hassan


Chaari Habib


El Kamel Mohamed


Essid Hammadi


Euchi Hassen


Fakhfakh Abdelfattah


Gouli Sophie


Hammami Abderrazak


Karoui Mahrez


Khlifi Omar


Ktari Naceur


Mansour Ali


Mediouni Mohamed


Mohamed Salwa


Okbi Mohamed Ali


Saheb-Ettabaa Nawfel


Sardi Mohamed Nasser


Slim Ala Eddine


   liens structures

ATPCC (Association Tunisienne de la Promotion de la Critique Cinématographique)
Tunisie | TUNIS

Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs (FTCA)
Tunisie | TUNIS RP

FTCC (Fédération Tunisienne des Ciné-Clubs) - لنوادي السّينما الجامعة التّونسي
Tunisie | TUNIS

Ministère de la culture et de la sauvegarde du patrimoine (Tunisie)
Tunisie | TUNIS

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page