actuellement 18096 films recensés, 3140 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Charles Ayetan
publié le
07/05/2007
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Le drame des dictatures
La colère des dieux, de Idrissa Ouédraogo (Burkina Faso)

Long métrage de 95 min, La colère des dieux du réalisateur burkinabé Idrissa Ouédraogo est une fiction qui dépeint les réalités dramatiques d'une Afrique théâtre de crises de tous genres.
L'intrigue de ce film d'une actualité incontestable est bâtie autour de l'idée de conquête du pouvoir politique par tous les moyens, notamment la force.
La colère des dieux s'ouvre sur un roi agonisant mais très lucide qui prodiguait de sages conseils à son fils, Tanga, dont l'intention n'était plus voilée de s'emparer du pouvoir par la force. Le roi est mort, vive le roi ! Tanga implante sa dictature en marchant sur son vieil oncle, Halyaré. Vive les drames : enlèvement de Awa, fiancée de Rasmané, procès d'intention sans défense, exécutions sommaires n'épargnant ni oncle, ni conjointe, ni belle famille, ni même les paisibles citoyens qui n'ont rien à tramer contre le furieux Tanga… Les dieux n'en pouvaient plus de tarder leur colère qu'ils déchaînèrent à travers la vengeance du supposé fils du roi, Salam : "Le roi a tué mon père. Il a tué ma mère. Pourquoi ne veux-tu pas qu'il y ait la haine dans mon cœur ?"

Pouvoir politique et mysticisme

L'épique combat des pouvoirs qui transporte le spectateur dans les hauteurs d'un mysticisme émouvant : l'aigle au coup blanc superbement et résolument poursuivi par les enjambées du vengeur sur le temps, l'eau (Salam) qui éteint le feu (Tanga)… Autant d'effets spéciaux accrocheurs sans oublier les séduisantes digressions de Idrissa Ouédraogo, qui ne perd pourtant pas la trame de la dénonciation de la dictature avec son cortège de tragédies qui se muent en un cercle infernal auquel se mêlent les pseudo-secours venus d'ailleurs.
Tourné en 2003, ce film ne vient-il pas dénoncer les dangers des coups de force dans la quête du pouvoir politique, sources incontestables des multiples conflits qui minent l'Afrique ?

Charles Ayetan
Togo

haut de page


   liens films

Colère des dieux (La) 2003
Idrissa Ouedraogo


   liens artistes

Ouedraogo Idrissa


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>