actuellement 18086 films recensés, 3137 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Charles Ayetan
publié le
30/01/2008
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Le charme morbide d'un rêve de jeunesse
Teranga blues, de Moussa SÈNE Absa (Sénégal)

Un cinéma original qui oscille entre le film d'action et la comédie musicale, telle est la caractéristique du film Teranga Blues du Sénégalais Moussa Sène Absa, qui déroule la trame de l'histoire d'un jeune musicien, Madické, alias Dick, qui se retrouve dans son pays natal après son expulsion de l'aéroport de Paris, menottes aux poignets.

Cependant contre toute attente, Dick découvre chez lui, dans son propre pays, le rêve merveilleux de l'ailleurs tant désiré. Ce choix a tout son sens quand on sait qu'en wolof, "teranga" signifie "hospitalité". Alors, voiture, femme et billets de banque foisonnent au prix de sa vie greffée sur le trafic illégal d'armes à feu. Une vie de charme certes, mais d'un charme morbide qui débouche sur l'allégorie des scènes dernières du film. Pour le réalisateur, "l'avant dernière scène qui montre la forêt de baobab et les femmes drapées de rouge qui chantent l'esprit, représentent l'onction finale, l'onction rouge qui signifie la mort."

Un travail énorme a conduit à cette ode cinématographique tournée en format super 16 à travers laquelle le spectateur découvre ou revit les richesses d'une Afrique aux riches cultures, aux riches traditions. Le décor est exotique et sans doute coûteux pour le tournage, sans oublier le remarquable travail du costumier.

La beauté de Teranga Blues, c'est cette poésie omniprésente tout le long du film à travers les chants, rythmes et danses du terroir. D'aucuns ont relevé que l'incohérence est le prix à payer par cette œuvre filmique. Mais on peut se demander si ce n'est pas la résultante de la complexité de ce style peu commun d'accoucher d'un scénario au cœur duquel trône la poésie, telle un personnage. En effet, cette poésie est voulue par Moussa Sène Absa comme "un personnage" porteur de messages divers pour le spectateur. Ce style de poèmes et de chants que le réalisateur baptise "ode musicale" est présent dans ses films : entre autres, Yalla Yaana (45 min), Tableau Ferraille (87 min), Madame Brouette (104 min).

Quant au casting, il faut souligner notamment le choix du personnage principal, Dick, au sujet duquel le réalisateur confie : "Tous les jeunes adorent ce jeune homme, Alajiman, du groupe musical sénégalais "Daara J", marié et père de famille, qui ne fume ni ne se drogue, une référence pour sa génération". Ce choix préfigure l'accueil du public sénégalais qui attend la sortie nationale à Dakar de Teranga Blues à l'aube de cette année 2008.

haut de page


   liens films

Teranga blues 2006
Moussa Sène Absa


   liens artistes

Ndongo D


Alaji Man Lord


Freddy Faada


Niang Rokhaya


Sène Absa Moussa


   vnements

24/02/2007 > 03/03/2007
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2007 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
Le FESPACO, manifestation biennale attendue avec impatience par les cinéphiles, permet de dresser un bilan sur l'actualité des films africains, mais donne aussi accès (télévision) à des films, de qualité mais peu connus. Palmarès en fin de FESPACO.

08/01/2008 > 13/01/2008
festival |Bénin |
Quintessence - Festival International du Film de Ouidah 2008
6e édition

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>