actuellement 18129 films recensés, 3148 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
02/02/2008
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival
retour
 
Le centre et la périphérie
37ème Festival International du Film de Rotterdam 2008
Le 37ème Festival International du Film de Rotterdam a démarré le mercredi 23 janvier, avec Lamb of God de Lucía Cedrón (Argentine), et surtout avec beaucoup de promesses. Mais ceci n'est qu'une tautologie. La richesse du programme de cette manifestation ouverte essentiellement pour des premières œuvres est devenu une tradition. Outre la sélection officielle, les programmes parallèles laissent de la place à de nombreuses œuvres qui ont marqué l'actualité cinématographique mondiale et qui viennent d'horizons et de cultures très divers.

Parmi les aspects qui attirent notre attention un intérêt particulier à des films qui, mis ensemble, font de ce festival un espace de rencontre entre les cultures. Il y en a de toutes les cultures en effet, soit au niveau des thèmes, soit au niveau de la philosophie présidant aux choix.

Le film le plus explicite qui aborde cette thématique est certainement Dans la vie de Philippe Faucon. Le cinéaste français y aborde, à travers la peinture de la vie quotidienne les relations entre communautés arabes et juives. Nous citerons dans le même ordre d'idées Nûba d'or et de la lumière, documentaire franco-marocain de Izza Génini qui aborde la musique marocaine d'inspiration arabe et andalouse.
C'est à ce titre aussi que nous remarquons avec bonheur la présence du Franco-tunisien Abdellatif Kechiche qui, après le succès incontestable à Venise viens défendre le drapeau du cinéma français. Nous saluons également la programmation de La Maison jaune, un film d'un autre auteur maghrébin, l'Algérien Amor Hakkar. Ce jeune réalisateur algérien vient défendre la culture authentique des berbères de la région des Aurès en présentant un film entièrement en chaoui, l'une des langues berbères du grand Atlas. Du côté du Moyen Orient, nous vient Falling from Earth, un film libano-français de Chadi Zeneddine.

Dans cet esprit, le festival présente des auteurs qui appartiennent à la génération des cinéastes qui sont plus confirmés. Tel est le cas de Youssef Chahine qui présente, Chaos (Hya Faoudha) son nouveau long métrage, qu'il coréalise avec le jeune premier Khaled Youssef. C'est le cas du non mois célèbre réalisateur Cambodgien, Rithy Pahn qui accompagne son documentaire sur la propagation de la prostitution infantile dans son pays.

Ce sont là quelques exemples qui montrent à quel point le Festival International de Rotterdam est porté par une volonté certaine de s'ouvrir sur les cinémas du monde entier et plus particulièrement sur ceux du Sud. Toutefois, comme dans la plupart de tant d'autres grands festivals, certaines cinématographies semblent être bannies des cercles restreints des sélections officielles. On se souviendra toujours de cas comme Bamako de Abderrahmane Sissako et de Moolaadé de feu Ousmane Sembène qui avaient eu un grand succès au festival de Cannes combien même ils n'étaient pas en compétition.

Les cas de films comme Daratt, la saison sèche de Mahamet Saleh Haroun et de La Graine et le Mulet de Abdellatif Kechiche à Venise, ou encore celui de Karmen de Gaye Ramaka restent rares. Ne sont-ils pas finalement que des exceptions qui confirment la règle ? Quel sens cette place réservée aux cinémas du Sud a-t-elle ? Ces films ne subissent-ils pas le poids qui pèse sur leurs cultures ? Sont-ils condamnés à ne jamais atteindre le centre et à jouir de la gentille permission donnée par les hautes instances du cinéma mondial de rester sur la périphérie ?

Hassouna Mansouri

haut de page


   liens films

Agnus Dei (Cordero de Dios) 2007
Lucía Cedrón

Bamako 2006
Abderrahmane Sissako

Chaos (Le) [réal. Chahine] 2007
Youssef Chahine, Khaled Youssef

Dans la vie 2007
Philippe Faucon

Daratt (Saison sèche) 2006
Mahamat-Saleh Haroun

En attendant Beyrouth | Falling from earth (Wa-Ala el Ard el Sama'a) 2008
Chadi Zeneddine

Graine et le mulet (La) 2007
Abdellatif Kéchiche

Karmen Geï 2001
Joseph Gaï Ramaka

Maison jaune (La) 2007
Amor Hakkar

Moolaadé 2003
Ousmane Sembène

Nûba d'or et de lumière 2007
Izza Génini


   liens artistes

Cedrón Lucía


Chahine Youssef


Faucon Philippe


Gaï Ramaka Joseph


Hakkar Amor


Haroun Mahamat-Saleh


Kéchiche Abdellatif


Panh Rithy


Sembène Ousmane


Sissako Abderrahmane


Youssef Khaled


Zeneddine Chadi


   vnements

23/01/2008 > 03/02/2008
festival |Pays-Bas |
Festival International du Fllm de Rotterdam 2008 (Iffr)
37ème édition

   liens structures

Artwist Productions
Liban | Sin El Fil - BEIRUT

ATPCC (Association Tunisienne de la Promotion de la Critique Cinématographique)
Tunisie | TUNIS

Neon Productions
France | MARSEILLE

Promenades Films
France | MARSEILLE

haut de page

   vidos
   

 

Moolaadé
extrait

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>