actuellement 18015 films recensés, 3093 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Espéra Donouvossi
publié le
08/03/2008
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Rejeter à tout prix la tradition obsolète
Fanta, de Ignace Yetchenou (Bénin, 2004)
Quelque soit la force communicationnelle d'une œuvre télévisuelle, le grand écran du cinéma n'en a que seul le secret de toucher une grande masse. Au Bénin, en 2004, beaucoup d'œuvres de télévision ont vu le jour et dans ce lot, Fanta. C'est un court métrage de 26 minutes, réalisé par le scénariste réalisateur Ignace Yetchenou avec le soutien de la coopération Suisse au Bénin.

Dans ce court métrage, le réalisateur fait jouer des journalistes, des locuteurs, des animateurs radio et des comédiens de grande audience au Bénin. Ce choix délibéré du casting se veut de faire jouer des personnes de référence pour faire passer un message fort qui tourne autour du mariage forcé. Ce thème qui a parcouru plusieurs œuvres littéraires a aussi pendant longtemps été l'objet de plusieurs groupes thématiques des organisations non gouvernementales nationales et internationales sans pour autant parvenir à des résultats concluants. Le mariage forcé débattu dans le bijou du cinéma africain Tilaï de Idrissa Ouédraogo, (ou arrangé) Tableau ferraille de Moussa Sène Absa, pour ne citer que ceux-là revient dans la thématique télévisuelle au Bénin.

Fanta, étudiante en ville, profite des vacances pour rendre visite à ses parents au village en compagnie de son amoureux. Mais son voyage parmi les siens sera transformé brusquement et dramatiquement en une cérémonie forcée d'un mariage sans consentement. Kidnappée pour la marier à un vieux riche du village, Fanta porte le message essentiel du film. L'éducation des jeunes filles et la sensibilisation des sages et notables sont les points focaux sur lesquels le réalisateur pense se reposer pour trouver une solution définitive à la pratique du mariage forcé en cours dans les contrées africaines et qui freine le développement de toute une société et l'épanouissement de la personne humaine. Cette pratique obsolète empêche le développement social et compromet l'avenir des jeunes femmes.

Le film, en s'ouvrant sur cette journaliste correspondante de Rfi au Bénin dans son rôle de médecin, n'a fait que planter le décor du film. Les femmes doivent aller à l'école, le seul lieu où elles pourront retrouver l'épanouissement de leur propre personnalité contrairement à ce que pense le vieil époux ; "la femme a beau faire des études, mais c'est au sein d'un foyer conjugal qu'elle retrouve l'épanouissement de sa personnalité…"

Genre et développement à l'écran, les œuvres de télévision remplaceront ces nombreux projets qui absorbent des millions de francs CFA sans effets. Le cinéma numérique ambulant (CNA) a eu le mérite de faire voir ce film de sensibilisation dans de nombreux villages du Bénin suivi de débats qui appellent tous à un changement de comportement. Des œuvres du genre donnent du contenu aux réalisations télévisuelles au Bénin qui balisent le terrain à l'amour du cinéma africain. La pertinence du sujet débattu, la portée pédagogique et le pouvoir didactique du grand écran ont su contribuer à donner quelque chose de positif aux spectateurs qui ne se lassent jamais de voir plusieurs fois ces genres de films.

Espéra DONOUVOSSI

haut de page


   liens films

Fanta 2007
Ignace Yétchénou

Tableau Ferraille 1995
Moussa Sène Absa

Tilaï (Question d'honneur) 1990
Idrissa Ouedraogo


   liens artistes

Yétchénou Ignace


   liens structures

Cinéma Numérique Ambulant (CNA)
France | Maisons Alfort

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>