actuellement 18090 films recensés, 3140 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Bineta Diagne, Mass Ly
publié le
28/03/2008
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique
retour
 
Une mission pour Wend Kunni - Sauver pour se sauver
Buud Yam, de Gaston Kaboré (Burkina Faso)
XIXème siècle, au cœur du fleuve du Niger. Gaston Kaboré plante le décor : un village traditionnel aux allures primitives. Des hommes et des femmes à peine habillés. Une brousse rayonnante. Le tout tourné en plans larges et parfois en contre plongé de sorte à faire parler la nature.

Gaston Kaboré présente une forme de "road movie" en plein empire Mossi. Buud Yam prend en partie l'allure d'un film d'aventure. En effet, le spectateur suit avec attention les périples de Wend Kuuni. Ce héros de Gaston Kaboré est un orphelin de mère et de "père" qui quitte son village à la recherche d'un guérisseur légendaire pour sauver sa sœur adoptive, Pughneeré, gravement malade. Seul, à cheval, sans itinéraire précis encore moins de renseignement sur l'identité du guérisseur de sa sœur, Wend Kuuni erre de village en village, sans pour autant s'y attarder. "Savez-vous où se trouve le guérisseur à la tisane de lion ?" C'est la même question que Wend Kuuni, sous un air sérieux et pressé, lance à ses interlocuteurs.

En réalité, Buud Yam pourrait davantage se prêter à une double quête. D'abord, celle d'une solution pour sauver Pughneeré. Ensuite, celle d'une quête d'identité. Wend Kuuni ignore tout de son père. À plusieurs reprises, il tente de combler ce vide et replonge dans ses souvenirs d'enfance.
L'une des séquences, insérée en noir et blanc, le montre en pleine brousse assis à côté de sa mère. Cette dernière est accusée de sorcellerie puis lapidée à mort. Le petit Wend Kuuni est alors livré à sa famille adoptive. Kaboré présente avec habileté ces "flash back".

Autre grande inconnue : la nature de la maladie dont souffre Pughneeré. Les multiples retours vers le passé semblent indiquer que les racines des maux de Pughneeré remontent à des sources lointaines. À la fois dans le temps et dans l'espace. D'où cette difficulté à la guérir. Et ce n'est pas non plus un hasard si Gaston Kaboré emploie volontiers une forme de parallélisme des scènes. En effet, comme par télépathie, tout obstacle rencontré par Wend Kunni au cours de ce voyage chargé, est rapidement ressenti par Pughneeré. C'est le cas lorsque Wend Kunni, armé de sa gourde d'eau en calebasse, tente de traverser une rivière sur l'invite d'une fée incarnant le danger. La voix de Pughneeré retentit alors à ses oreilles : elle lui déconseille de progresser.

Il serait même possible de lier "spirituellement" ces deux âmes. Wend Kunni, toujours à sa recherche du guérisseur, tombe d'un rocher. Dernière étape périlleuse par laquelle le jeune héros du film se fracture la jambe et le bras. C'est à ce point de "convergence" que le guérisseur, expert des plantes médecinales, entre en scène. Ironie du sort, Wend Kuuni bénéficiera le premier des soins du guérisseur, avant sa sœur adoptive Pughneeré.

Pour accompagner, et surtout relever ces aspects essentiels de l'intrigue, Gaston Kaboré intègre savamment des mélodies africaines. Un son distinct, clair, mais significatif, qui par moments accompagne même Wend kuuni dans ses découvertes en terres inconnues. Au-delà, Wend Kunni semble à chaque fois repousser les limites de sa quête : il pressent que son père est encore en vie. Et c'est bien cette intuition qui pourrait ouvrir la voie à d'autres périples.

Mass Ly et Bineta Diagne

haut de page


   liens films

Buud Yam 1997
Gaston Kaboré


   liens artistes

Congo Yoni Odilia


Kaboré Colette


Kaboré Gaston


Maiga Amssatou


Ouangrawa Hyppolite


Oueddouda Séverine


Ouédraogo Boureima


Yaméogo Augustine


Yanogo Joseph


Yanogo Serge


   vnements

14/03/2008 > 30/03/2008
programme |Sénégal |
Programme de l'Institut Français Léopold Sédar SENGHOR

26/03/2008 > 29/03/2008
festival |Sénégal |
Festival "Les Etalons de Yennenga - Grands Prix du Fespaco" (1er Cycle) - IFLSS ex CCF Dakar
Entrée libre. 1er cycle : du 26 au 29 mars. 2ème cycle : du 22 au 26 avril

   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

Canal+
France | Issy-Les-Moulineaux Cedex 9

Caro-Line
France | PARIS

Ciné Classic
France | Paris

Cinécom Production
Burkina Faso | Ouagadougou

Institut Français de Dakar
Sénégal | Dakar

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>