actuellement 17695 films recensés, 2972 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Jean-Marie Mollo Olinga
publié le
10/07/2008
films, artistes, structures ou événements liés à ce compte rendu de festival
les commentaires liés à ce compte rendu de festival

Juju Factory


Balufu BAKUPA-KANYINDA


Dieudonné KABONGO


Fleur d'oubli (Khochkhach), 2006

retour
 
Écran d'or pour Juju Factory
Ecrans noirs 2008 (Yaoundé, Cameroun)
Les rideaux sont tombés le 07 juin 2008 au palais des Congrès de Yaoundé (Cameroun), sur la 12ème édition du festival Ecrans noirs, la première édition comprenant une compétition, avec la remise des récompenses.

Les invités, cinéphiles et curieux se sont à nouveau donnés rendez-vous le 7 juin dernier au sommet de Nkol-Nyada, à Yaoundé, dès 20h, pour assister à la clôture et surtout à la remise des prix aux différents lauréats de la première édition compétitive des Ecrans noirs. Pour ce faire, le jury officiel, présidé par le Nigérian Albert Egbe et composé de André Ceuterick (Belge), Arthur Si Bita (Cameroun), Kyara Bongo (Gabon), Mamoune Faye (Sénégal), Isaac Mabhikwa (Zimbawé) et Jean-Marie Mollo Olinga (Cameroun), a attribué les prix du meilleur film, du meilleur comédien, de la meilleure comédienne et du meilleur scénario.

Quant au jury Court métrage et Premier film, il a décerné les prix de meilleur premier long et moyen métrage et de meilleur court métrage. Il était présidé par la Burkinabé Fanta Regina Nacro et composé de Roger Alain Takam (Cameroun) ; Mofihli Tiliki (Afrique du Sud) ; Jacques Bessala Manga et Blaise Nnomo Zanga du Cameroun.

Le meilleur film, qui a reçu l'Ecran d'or et une enveloppe de 5.000.000 Fcfa offerte par le président Paul Biya, a été remporté par Juju Factory de Balufu Bakupa Kanyinda de la République démocratique du Congo. Il déroule l'histoire de Kongo qui vit à Bruxelles, dans le quartier de Matonge, sur lequel il écrit un livre. Au fil des pages et des jours, les points de vue entre l'écrivain et son éditeur divergent, puis s'affrontent. L'éditeur veut une sorte de guide de voyage esthétisant, lissé et épicé d'ingrédients ethniques. L'écrivain est inspiré par une vision nourrie des âmes complexes et tourmentées qu'il croise à chaque coin de rue. Les désirs et les clichés se confrontent. Comment tenir debout dans ce chaos, autrement dit, comment avoir le "juju", la foi en soi ? Ce film a également remporté le prix du Meilleur comédien, attribué à Dieudonné Kabongo. Il y interprète le rôle de l'écrivain Kongo Congo. Le prix de la Meilleure comédienne est revenu à Rabia Ben Abdallah, actrice principale de Fleur d'oubli, un film de Selma Baccar. Les meilleurs comédien et comédienne ont empoché, chacun, 1.000.000 Fcfa. Quant au prix du Meilleur scénario, compétition réservée exclusivement aux ressortissants d'Afrique centrale, il a été remporté par Pauline Etet et Théophile Ngwe pour leur adaptation du roman du général Nkoa Atenga Camille, L'enfant de la révolte muette. Ils ont été gratifiés de 1.000.000 Fcfa. L'Ecran Espoir récompensant le meilleur long ou moyen métrage, et doté de 1.000.000 Fcfa, a été décerné à Hélène Ebah pour son film Les blessures inguérissables. Le festival s'est terminé en apothéose, avec la projection du documentaire J'ai serré la main du diable de Roger Spottiswoode. C'est l'histoire du lieutenant général Roméo Dallaire envoyé par les Nations unies au Rwanda en 1993. Sa mission de veiller au cessez-le-feu est sous financée, bureaucratisée à outrance et constituée d'unités militaires qui proviennent de dizaines de pays et qui disposent chacune d'un programme bien différent… Rendez-vous a été pris du 13 au 20 juin 2009 prochain.

Jean-Marie Mollo Olinga

Palmarès
Ecran d'honneur : Mweze Ngangura, Rdc (pour l'ensemble de sa carrière)
Première œuvre : Hélène Ebah (Les blessures inguérissables, Cameroun) ; Jo Munga (Papy, Rdc)
Prix du Court métrage : Ghislain Amougou (Le Pont, Cameroun)
Prix du Meilleur Scénario : Pauline Etet et Théophile Ngwe (La révolte muette, Cameroun)
Ecran de la Meilleure actrice : Rabia Ben Abdallah (Fleur d'oubli, Tunisie)
Ecran du Meilleur acteur : Dieudonné Kabongo (Juju Factory, Rdc)
Ecran d'or : Juju Factory (Balufu Bakupa-Kanyinda, Rdc)


L'Ecran d'or, 5.000.000 Fcfa, a été offert par le président Paul Biya ; l'Ecran d'honneur, 1.000.000 Fcfa, offert par Orange ; la Première œuvre, 1.000.000 Fcfa, par Aes Sonel ; le Court métrage, 1.000.000 Fcfa, par le ministère de la Culture ; le Meilleur scénario, 1.000.000 Fcfa, par l'ambassade de France au Cameroun ; le prix de la Meilleure actrice, 1.000.000 Fcfa, et du Meilleur acteur, 1.000.000 Fcfa, ont été offerts par le ministère de la Culture.

haut de page


   liens films

Blessures Inguérissables (Les) 2007
Hélène Ebah

Fleur d'oubli (Khochkhach) 2006
Salma Baccar

J'ai serré la main du diable 2008
Roger Spottiswoode

Juju Factory 2005
Balufu Bakupa-Kanyinda

Papy (mon histoire) 2007
Djo Munga


   liens artistes

Baccar Salma


Bakupa-Kanyinda Balufu


Ben Abdallah Rabiaa


Bessala Manga Jacques


Bongo Kyara


Faye Mohamadou Mahmoun


Kabongo Dieudonné


Mollo Olinga Jean-Marie


Nacro Fanta Régina


Nkoa Atenga Camille


Nnomo Zanga Blaise


Spottiswoode Roger


haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur ce compte rendu de festival :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>