actuellement 17704 films recensés, 2972 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Jean-Marie Mollo Olinga
publié le
07/11/2008
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Jean-Marie Mollo Olinga




Jean-Pierre BEKOLO OBAMA


Jean-Pierre BEKOLO OBAMA

retour
 
Les Saignantes, de Jean-Pierre Bekolo Obama
Cameroun, où penses-tu ton avenir ?
La série du jour: les dix succès du cinéma camerounais. 4/10
Après Dikongué Pipa, Les saignantes de Jean-Pierre Bekolo est le deuxième film à avoir été primé, à un niveau élevé, au Fespaco.

C'était en mars 2007, à Ouagadougou, où il remportait, avec Les Saignantes, l'Étalon d'argent de Yennenga. Ses films se caractérisent par une écriture scénaristique singulière. Le cinéaste camerounais prend plaisir à juxtaposer des histoires dans ses oeuvres, quand il ne les superpose pas. Avec Les Saignantes, Jean-Pierre Bekolo s'inscrit dans un genre nouveau non seulement pour lui-même, mais aussi pour le cinéma camerounais. Projeté en avant-première continentale dans le cadre du Festival international du film de quartier de Dakar, dont il clôturait la 7ème édition, le 20 décembre 2005, Les Saignantes a été dédié par Jean-Pierre Bekolo à Djibril Diop Mambety, le précurseur d'une certaine recherche esthétique du cinéma africain. Et comme pour se situer dans la même veine, il se projette dans l'avenir, et réalise un film sinon futuriste, du moins d'anticipation, autant sur la forme que dans le fond.

Dans un pays où tout le monde est "en train de perdre la tête", dans un pays sans avenir, comment est-il possible de faire un film d'anticipation ? Dans un pays où on ne peut pas enquêter, comment faire un film policier ? Ces questionnements, symptomatiques de la quadrature du cercle, ne constituent-ils pas une dénonciation implicite du décalage entre les prétendues "grandes ambitions" des gouvernants, et le vécu quotidien de pays aux fondations érigées sur du mou ? Comment alors s'en sortir, sinon en réalisant un pont entre soi et soi-même, en utilisant toutes les armes en sa possession, conditions, entre autres, pour exister ? Les Saignantes, pour une question de fierté nationale mal placée (on y aperçoit un drapeau du Cameroun, on y reconnaît certains endroits), a failli être censuré par les autorités du ministère camerounais de la Culture. Ils reprochaient au film d'être "pornographique" et de s'opposer au régime en place. Fort heureusement, le ministre de l'époque, Ferdinand Léopold Oyono, en avait décidé autrement, après moult tractations. Et ce ne fut d'ailleurs pas la seule opposition à ce film !

La première était venue des cinéastes mêmes. Jean-Pierre Bekolo Obama, répondant à une de nos questions, disait : "Le prix que ce film a remporté à Ouagadougou a posé comme une espèce de standard. Les collègues qui l'ont combattu ont été les mêmes qui ont été obligés de l'intégrer parmi les films de référence. Il a ouvert quelque chose, c'est-à-dire qu'après la résistance, il a été accepté. C'était la première victoire pour moi".

Et s'expliquant sur sa cinématographie, il révèlera : "Avec Les Saignantes, j'explore l'idée d'un cinéma d'anticipation et de projection. Ce qu'on pourrait appeler en anglais "cautionnary cinema", un cinéma qui veut tirer la sonnette d'alarme. Et sa forme se veut un contact avec une certaine jeunesse africaine qui rejette sa propre image, son propre cinéma, à raison. Ce film se veut aussi "empowering", c'est-à-dire qu'il doit renforcer l'estime de soi, malgré la situation glauque qu'il décrit. Chaque fois qu'on parle de l'Afrique, on en parle au passé et au présent. Jamais de l'avenir. Pourtant, cet avenir sera là, surtout pour les jeunes. Et ce qu'on en fera sera ce qu'on aura pensé aujourd'hui. Connaissez-vous l'adresse de ce bureau où on pense l'avenir dans nos pays ? L'urgence est de le créer. Et ce serait encore mieux si le cinéma pouvait y jouer un rôle important". Au fil de ses films, Bekolo se présente comme un théoricien du cinéma, qu'il a étudié auprès de Christian Metz.

Jean-Marie Mollo Olinga

haut de page


   liens films

Saignantes (Les) 2005
Jean-Pierre Bekolo Obama


   liens artistes

Bekolo Obama Jean-Pierre


   vnements

20/05/2009 > 20/06/2009
projection |France |
Enfin "Les Saignantes" sur les écrans français !
Très attendu du public, le film sulfureux de Jean-Pierre Bekolo avait reçu l'étalon d'argent au Fespaco de 2007.

haut de page

   vidos
   

 

Saignantes (Les)
bande annonce
Jean-Pierre Bekolo Obama

 
   


   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>