actuellement 16363 films recensés, 2759 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Hassouna Mansouri
publié le
20/12/2008
» films, artistes, structures ou événements liés à cette analyse
» les commentaires liés à cette analyse

Hassouna Mansouri


Episode 3 -'Enjoy Poverty', de Renzo Martens, 2008


Le Cauchemar de Darwin, de Hubert Sauper, 2005


Hubert Sauper


Darfur - War For Water, de Tomo Križnar & Maja Weiss, 2008


Afriques, comment ça va avec la douleur ?, de R. Depardon, 1996


ABC Africa, de Abas Kiarostami, 2001


Abbas Kiarostami


7915 km, de Nikolaus Geyrhalter, 2008

retour
 
Afrique, la géographie de la douleur

Les derniers documentaires que j'ai vus récemment m'ont amené à une idée qui s'impose de plus en plus : une certaine image de l'Afrique s'est constituée à partir de ses blessures. Celle-ci a été montée de toutes pièces par les médias mais aussi par le cinéma. L'Afrique aurait une géographie de la douleur et toute tentative de la représenter passerait inéluctablement, ou presque, par le pathétique.

L'un des derniers documentaires, Episode three, enjoy poverty, tourné au Congo par Renzo Martens évoque ce rapport complexe entre les maux de l'Afrique et son image. Le vidéaste hollandais démontre d'une manière crue, et cruelle en même temps, jusqu'à quel point l'articulation de la représentation sur la réalité est absurde.

Dès qu'il s'agit de filmer la douleur, il y a fatalement une question de morale qui se pose. Face à cela les cinéastes sont naturellement divisés en fonction de la distance que chacun prends à l'égard de son objet. Il y a ceux comme Le cauchemar de Darwin de Hubert Sauper qui, par son analyse clinique, est comme un cri de révolte contre l'injustice. L'enquête que le documentariste autrichien fait sur le marché du poisson dans la région des grands lacs est d'une froideur qui éveille la conscience par le choc des images crues.

Il y a ceux aussi pour qui la réalité africaine est un sujet à sensation. Filmer la faim ou la guerre revient à une simple image à exhiber. Darfour, une guerre pour l'eau des Slovènes Tomo Kriznar et Maya Weiss n'a presque rien de cinématographique. Mais le fait que ces Européens se trouvent au cœur de l'action est un sujet à sensation. Il en a été de même avec les journalistes de CNN embarqués sur les véhicules militaires à côté des soldats américains lors de l'invasion de l'Iraq.

Jusqu'où ira-t-on dans la représentation du mal si on n'est pas conscient de la bonne distance à observer ? Or peu de cinéastes ont eu cette conscience. Il faudra se rappeler les excellents documentaires sur la guerre au Tchad de Raymond Depardon. Le même cinéaste réalisera un film manifeste sur la bonne distance nécessaire quand il s'agit de filmer l'Afrique. Afriques comment ça va avec la douleur ? est une autobiographie de cinéaste dans laquelle Depardon revient des années après son passage par le continent noir depuis l'Afrique du Sud jusqu'aux côtes méditerranéennes.

Abbas Kiarostami se rendra compte de cette distance salutaire lors du tournage de ABC Africa. Le cinéaste iranien - parti faire son repérage pour un film à tourner ultérieurement - est envahi par des images tellement fortes qu'il décide de s'en tenir à elles pour les laisser parler en lui. Dans ces deux derniers exemples c'est l'Afrique qui prend la parole à travers leur travail. Ce ne sont pas eux qui parlent de l'Afrique, ou pire, qui la prennent pour prétexte pour parler d'eux-mêmes.

L'exemple le plus éloquent de ce point de vue c'est 7915 km de Nikolaus Ceyrhalter. Le film consiste en une série de plans fixes où la parole est donnée à un personnage, lequel devient le porte parole du continent. Il est bien question de ce qui fait mal à l'Afrique mais c'est dit avec dignité. Certes, les problèmes de pauvreté, d'émigration, d'injustice sont évoqués, mais ils le sont aux côtés des efforts faits pour avoir une vie meilleure tout en croyant au potentiel local.

Le documentaire a souvent, très souvent, comme point de départ une idée / image forte. Malheureusement l'image de la souffrance est celle qui est la plupart du temps la plus attrayante pour les chasseurs d'images. Mais la chasse a ses règles, et la règle la plus importante est celle de la distance. Celle-ci peut avantager le chasseur contre sa proie, comme elle peut le mettre en danger. Le documentariste qui ne respecte pas la bonne distance dans la représentation de l'Afrique se fait brûler. Il ne peut que reproduire des idées reçues, des images, et même fausses images, que le spectateur a déjà.

Hassouna Mansouri

haut de page


   liens films

7915 km 2008
Nikolaus Geyrhalter

ABC Africa 2001
Abbas Kiarostami

Afriques, comment ça va avec la douleur ? 1996
Raymond Depardon

Cauchemar de Darwin (Le) 2004
Hubert Sauper

Darfur - War For Water 2008
Tomo Kri?nar, Maja Weiss

Episode 3 -'Enjoy Poverty' 2008
Renzo Martens


   liens artistes

Depardon Raymond


Geyrhalter Nikolaus


Kiarostami Abbas


Kri?nar Tomo


Martens Renzo


Weiss Maja


   liens structures

Autlook Filmsales
Autriche | WIEN

NGF Nikolaus Geyrhalter Filmproduktion GmbH
Autriche | WIEN

Renzo Martens Menselijke Activiteiten
Pays-Bas | AMSTERDAM

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette analyse :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page