actuellement 18059 films recensés, 3108 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Moussa Bolly
publié le
24/12/2008
films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
les commentaires liés à cette critique

Moussa Bolly


Souleymane Cissé












Cinq jours d'une vie, 1973


Souleymane Cissé, 2008

retour
 
Souleymane Cissé revient avec Min Yé
On l'attendait depuis plus d'une décennie. Mais, il sera bientôt de retour dans les salles obscures. En effet, Souleymane Cissé, car c'est de lui qu'il s'agit naturellement, marquera bientôt son grand retour avec Minyé (Ce qu'on est, en langue bamana). Cette œuvre évoque l'histoire d'un couple de la bourgeoisie bamakoise confrontée à une tradition socioculturelle bien ancrée dans la société malienne : la polygamie !

"C'est un film bourgeois, c'est-à-dire que cette histoire se passe dans un milieu urbain, évolué et d'aujourd'hui. Je veux y dénoncer certaines mœurs en vogue dans ces milieux intellectuels de Bamako. Au Mali aussi les gens ont perdu leurs repères. Et la société va d'autant plus à vau-l'eau que les élites sont corrompues par la recherche du plaisir immédiat", explique le talentueux réalisateur à l'un de ses amis de passage à Bamako.
Ce long-métrage a été réalisé en DV. "Je pensais que cela me ferait gagner énormément de temps, que je bouclerais ce tournage en deux semaines. J'étais naïf. Ce qui prend du temps dans un tournage ce n'est pas tant la mise au point technique que la mise en scène. Et il n'était pas question que je la bâcle. J'ai donc mis du temps à faire ce film, je suis épuisé", explique-t-il avec sa légendaire courtoisie.

Il faut signaler Souleymane Cissé est le réalisateur de Yeelen (La Lumière, 1987) qui lui avait valu le Prix Spécial du jury du Festival de Cannes. Son dernier long métrage, Waati (Le Temps) date de 1995. Aujourd'hui, le fondateur des Films Cissé se bat pour trouver une solution aux nombreux problèmes auxquels le 7e art est confronté en Afrique à travers l'Union des Créateurs et Entrepreneurs du Cinéma et de l'Audiovisuel en Afrique de l'Ouest (UCECAO) qu'il préside. Cette union a surtout en projet l'ouverture d'une Maison de l'Image à Bamako, à partir de 2009, pour assurer la formation des jeunes cinéastes.

Comme autre initiative de l'UCEAO, on peut aussi citer "Les Rencontres cinématographiques de Bamako" dont l'édition 2008 vient d'avoir lieu avec comme invités le Sénégal, la France, le Maroc... Elle a surtout prôné la coopération Sud/Sud pour développer le 7e art en Afrique. Il est alors nécessaire que les cinéastes se donnent la main.
Le parrain des rencontres de cette édition 2008, Mandé Sidibé (ancien Premier ministre du Mali) bien qu'étant un néophyte du cinéma (comme il l'a lui-même reconnu), a focalisé ses propos sur l'industrie du cinéma. Pour mieux étayer son argumentaire, le parrain a pris l'exemple sur le cinéma américain. "Le secteur du cinéma fait l'objet d'un débat très sensible aux États-Unis. Dans ce débat culturel il est démontré que le cinéma, en tant industrie culturelle, occupe une place importante dans l'économie américaine. Pour les Américains, le commerce suit le film", a analysé M. Sidibé. Pour l'ancien Premier ministre, "la coopération entre les Etats sera cruciale pour le développement des industries culturelles".

Les Rencontres ont abouti au 5e Festival International de Niamina (FINA) qui s'est déroulé du 4 au 06 décembre 2008 dans cette localité située à plus de 150 km de Bamako. Une autre initiative de Souleymane Cissé, cinéaste engagé. L'UCECAO organise tous les deux ans, le FINA pour faire de cette commune rurale un symbole de l'engagement des professionnels de l'image au service du développement. Sa création répond au souci de doter l'UCECAO d'un outil qui favoriserait une mobilisation plus accrue et mieux ciblée des ressources pour financer des projets dans une prospective de consolidation de ses objectifs. À cet effet, des jeunes réalisateurs, reporters vidéastes et photographes ont été récompensés à l'issue d'un concours des meilleures vidéos.

Par ailleurs, des débats entre villageois, chercheurs et représentants des institutions locales ont été organisés autour de la problématique de l'accès à l'eau qui était le thème central de cette 5e édition. Le FINA est aussi l'occasion de célébrer l'art et la culture locale. Au programme, défilés de chasseurs, danses traditionnelles, expositions de masques, de marionnettes, de photographies, des chants de griots, des courses de pirogues… qui font de cette rencontre un rendez-vous original très attendu.

Après une quarantaine d'années de carrière, Solo (comme l'appellent affectueusement ses amis) avoue avoir connu des moments de difficultés, de joie, de regret, mais pour lui le cinéaste vit d'espoir car il diffuse le reflet de sa société en faisant des projections dans l'avenir. "La première tâche des cinéastes africains est d'affirmer que les gens d'ici sont des êtres humains, et de faire connaître celles de nos valeurs qui pourraient servir aux autres. La génération qui nous suivra s'ouvrira sur d'autres aspects du cinéma. Notre devoir à nous est faire comprendre que les Blancs ont menti par leurs images", aimait-il à répéter à ses amis journalistes.

Il ne manque pas d'ajouter, "ma façon de vivre, c'est de croire en l'avenir. Si j'étais fataliste, je ne serais pas cinéaste. Rien ne me poussait à faire du cinéma. C'est moi qui l'ai choisi. Je voulais voir les choses et les faire voir. Quand on a cette curiosité, on ne peut pas être fataliste". C'est dire que ce réalisateur, né le 21 avril 1940 à Bamako et qui a plusieurs récompenses à son palmarès, n'est pas prêt à négocier sa retraite !

Moussa Bolly

FILMOGRAPHIE SELECTIVE DE SOULEYMANE CISSE
2009 : Min Yé
1995 : Waati
1989 : Yeelen
1982 : Finyé
1978 : Baara
1978 : Chanteurs traditionnels des Iles Seychelles
1975 : L'Homme et ses idoles (court métrage)
1975 : Den Muso
1972 : Cinq jours d'une vie
1971 : Fête du Sanké (documentaire)
1970 : Dégal à Dialloubé (documentaire)
1968 : Source d'inspiration (court métrage)
1968 : L'aspirant (court métrage)

haut de page


   liens films

Baara (Le travail) 1978
Souleymane Cissé

Chanteurs traditionnels des îles Seychelles (Les) 1978
Souleymane Cissé

Den Muso (La jeune-fille) 1975
Souleymane Cissé

Finyé (Le vent) 1982
Souleymane Cissé

Min Yé (Dis moi qui tu es) 2008
Souleymane Cissé

Waati (Le Temps) 1995
Souleymane Cissé

Yeelen (La lumière) 1987
Souleymane Cissé


   liens artistes

Cissé Souleymane


Davanture Andrée


   liens structures

AMACRI (Association Malienne des Critiques du Cinéma)
Mali | BAMAKO

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page

 

 

 

 

?>