actuellement 16275 films recensés, 2749 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Lotfi Ben Khelifa
publié le
09/02/2009
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Même le vent..., 1999


Baobab, 2000


Le Déchaussé, 2003


Le Temps d'un film, 2007


Laurence Attali


Oumou Sy


Cheikh Lô


Isseu Niang © Raphael Millet


Ndary Lô

retour
 
La Trilogie des Amours, de Laurence Attali

Autant métaphysique que philosophique, La Trilogie des Amours sont trois courts-métrages de la réalisatrice franco-sénégalaise Laurence Attali. Elle nous prend dans un voyage au Sénégal et à travers ces œuvres, la scénariste-réalisatrice exprime, tout d'abord, son amour profond pour ce pays qu'elle a aimé et qui l'a adoptée et elle approfondie ensuite sa réflexion sur la vie, l'amour et la mort. Ces films ont été réalisés entre les années 1999 et 2003.

Dans Même le vent, réalisé en 1999, les rencontres sont fortuites et annoncent un voyage sur le chemin de la vie, pendant dix huit minutes, le temps du film. Et si le chauffeur de taxi, qui roule dans les rues de Dakar, peut même voir le vent qui traverse, cela vient annoncer le côté anecdotique, mais aussi cérébral du thème. Dans une traversée de l'abstrait et aussi simples qu'ils paraissent l'être, les personnages vont au-delà de leur situation première et précaire. Les situations tournent parfois à l'invraisemblable et c'est là où résident quelques secrets de l'Afrique, de son quotidien et de la résignation des habitants de Dakar à vivre ainsi que Dieu l'aura voulu.

D'un autre côté, le court-métrage Baobab, datant de l'an 2000 et d'une durée de vingt-quatre minutes, se situe entre le documentaire et la fiction. Un autre voyage truffé de questionnements sur l'arbre légendaire qu'est le baobab. L'attachement à cet arbre mythique et plusieurs fois centenaire, y est exprimé. La quête des significations que porte cet arbre, de ses secrets enfouis, y prend le dessus. Le baobab symbolise le Sénégal et donne lieu à une réflexion sur ce pays africain. Le baobab est de plus, personnifié. La réalisatrice l'a rencontré dans ses rêves où il lui fit des confidences. Ici l'amour est mystérieux ; comme les Djins qui habitent au fin fonds des baobabs.

Et tel un vieux conte, Le Déchaussé nous raconte, en trente trois minutes, un autre amour : une mise en exergue d'un amour contradictoire et tenace, un amour impossible. Amour perdu, amour retrouvé, sur fond de musique Jazz, l'histoire se lie et se délie, dans cette fable d'amour et de musique. Le Déchaussé a pris forme, après que la réalisatrice ait pu le préparer durant Le Temps d'un film. La genèse du Déchaussé fusse-t-elle dure, le résultat s'annonce de lui-même, avec des tons qui frisent le surréalisme, à travers ces rencontres et ces va-et-vient entre les religions monothéistes, la vie et la mort, l'amour et le désamour. Un film drôle et à thèse et une histoire labyrinthique à souhait.

Lotfi BEN KHELIFA

haut de page


   liens films

Baobab 2000
Laurence Attali

Déchaussé (Le) 2003
Laurence Attali

Même le vent... 1999
Laurence Attali

Temps d'un film (Le) 2007
Laurence Attali


   liens artistes

Attali Laurence


Lô Cheikh


Lô Ndary


Niang Isseu


Sy Oumou


   liens structures

ATPCC (Association Tunisienne de la Promotion de la Critique Cinématographique)
Tunisie | TUNIS

Autoproduction
France | Paris

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page