actuellement 16345 films recensés, 2757 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Baba Diop
publié le
11/03/2009
» films, artistes, structures ou événements liés à cette critique
» les commentaires liés à cette critique

Baba Diop




Mohamed Ismaïl


Rachid EL OUALI


Souad Hamidou dans Islamour (Saad Chraïbi, 2007)





retour
 
Wadaan Oummahat (Adieux mères), de Mohamed Ismail, Maroc
La marche d'un funambule
21ème FESPACO, Ouagadougou 28 février-07 mars 2009

Le réalisateur marocain Mohamed Ismaïl avec Wadaan Oummahat (Adieux mères) se révèle un funambule qui avance sur la corde raide des sentiments avec le souci quasi obsessionnel de s'y maintenir en équilibre. Il calibre son film comme sur du papier millimétré évitant à chaque fois d'embourber sa caméra dans ce qui pourrait être perçu comme contre vérité ou exagération délibérée. Mohamed Ismaïl fait monter la tension à dose homéopathique : point de violence aveugle ni de xénophobie criarde. Il place d'entrée de jeu sa caméra dans un espace ouvert où la vie quotidienne s'égrène à un rythme de métronome. Il souligne le caractère harmonieux d'une cohabitation qui parait inébranlable.

Mohamed Ismaïl replace le spectateur dans l'ambiance du début des années 60, avec une fidélité dans la reconstitution du décor de l'époque, moment où la voiture Dauphine était le must des musts, signe d'aisance et de prospérité. Le costume croisé, une marque d'élégance. L'image d'Elvis Presley sur les murs de la chambre des ados, symbole d'une jeunesse dorée. Autant d'éléments qui soulignent les différences de classe sociales. La cohabitation harmonieuse entre juifs et musulmans marocains connaît sa première fêlure quand, en sortant de la synagogue, Mama Hana subit l'agression de jeunes voyous sous l'œil de Benchétrit, un agent de l'immigration venu convaincre les juifs de Casablanca de rejoindre la terre promise pour solidifier les fondations de la jeune nation israélienne. Benchétrit est un ultra pour qui un juif n'a qu'une seule terre : celle d'Israël. Le Rabin, loin d'être convaincu, a l'assurance que le Maroc, la terre qui l'a vu naître et grandir est bien la sienne. Dès lors, l'agression de Mama Hana est à minimiser. Elle ne relève pas de l'ordre de la xénophobie.

Henry le juif et Brahim le musulman, associés dans une affaire de vente de bois servant à la construction, se sont lies d'amitié depuis la tendre enfance ; leurs épouses partagent le même bureau de la petite compagnie d'assurance du vieux Oiknine. C'est dans cette ambiance que va naître l'amour de Eliane, fille de Chachana et Mehdi fils de Benchekroun : un amour entravé par l'esprit obtus des parents à nouer des liens de sang entre famille juive et musulmane.

Adieu Mères est un film de la déchirure, de l'arrachement là où la paisible cohabitation était plus que possible.

Baba Diop

haut de page


   liens films

Adieu Mères (Wadaan Oummahat) 2007
Mohamed Ismaïl


   liens artistes

Akallach Abdelkrim


Amidou Souad


El Ouali Rachid


Ismaïl Mohamed


   évènements

21/01/2009 > 24/01/2009
programme |Sénégal |
Lancement de la campagne internationale du Fespaco 2009 à Dakar
Dakar : du 21 au 24 janvier 2009

27/01/2009
conférence-débat |Belgique |
Conférence de presse du Fespaco 2009 à Bruxelles
le 27 janvier 2009 à 10h45

28/01/2009
conférence-débat |France |
Conférence de presse du Fespaco 2009 à Paris
à 10 h à la Cinémathèque française

28/02/2009 > 07/03/2009
festival |Burkina Faso |
FESPACO 2009 (Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou)
La 21e édition se tiendra du 28 février au 07 mars 2009. 40ème anniversaire

   liens structures

Association Sénégalaise de la Critique Cinématographique (ASCC)
Sénégal | DAKAR

MAYA Production
Maroc | CASABLANCA

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cette critique :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page