actuellement 14903 films recensés, 2541 textes recherche | » english  
films réalisateurs acteurs producteurs distributeurs festivals agenda pays espace personnel  
  critiques»
  dossiers»
  analyses»
  entretiens»
  comptes rendus de festivals»
  reportages»
  documents»
  ateliers»
  Zooms»
  rédacteurs»
  écrans d'afrique»
  Asaru»
  lettre d'info
  inscription»
  desinscription»
  archives »
  liens»
  dépêches »
  nouvelles de
la fédération»
  la fédération»
  contacts»
  partenaires»
  accueil»




 
    
rédacteur
Fortuné Bationo
publié le
19/04/2009
» films, artistes, structures ou événements liés à cet entretien
» les commentaires liés à cet entretien

Fortuné Bationo


Désiré Niamkey Écaré


Visages de femmes


Les Trois bracelets


Kozoloa YÉO


Kozoloa YÉO


Souleymane Koly

retour
 
Le cinéaste ivoirien Désiré Ecaré n'est plus
... Kozoloa Yéo aussi
Il a été le premier cinéaste ivoirien à brandir un prix au cours d‘un festival. Désiré Ecaré, puisque c'est de lui qu'il s'agit, est mort à 70 ans.

Désiré ÉCARÉ

Celui qui a été emporté par la mort le 16 février 2009 à Abidjan rêvait d'une carrière cinématographique prolifique, mais ce sont finalement trois films que ses diverses occupations de fonctionnaire lui ont permis de lâcher à la postérité. Le premier film de Désiré Ecaré, Concerto pour un exil (1967, 42 min), obtient le Grand prix du Festival de Hyères.

Deux ans plus tard, il sort un second film de 60 min, À nous deux la France, une comédie musicale qui fait main basse sur le prix spécial à ce même festival. Deux lauriers qui sont parmi les tout premiers glanés par un réalisateur ivoirien. Mais c'est avec Visages de femmes, sorti en 1985 (prix de la critique à Cannes) que le réalisateur va s'attirer le glaive d'une critique moraliste, pour qui la scène d'ébats dans l'eau est une escale pornographique.
S'offusquant de ce jugement, Désiré Ecaré dont le verbe trinquait peu avec la diplomatie avait déclaré à l'endroit de la commission de censure, dans un numéro d'Ivoir'soir, repris dans le journal Fraternité Matin du 20 février 2009 : "Ces gens sont malhonnêtes. Ils sont atteints de cécité. Ce sont les mêmes qui soutiennent que c'est la publicité de la scène fameuse qui m'aide à vendre Visages de femmes. Lorsque vous présentez un produit de médiocre qualité, la publicité ne peut pas vous le faire vendre. Parce que le bouche à oreille permettra de bloquer l'action publicitaire. Il en ait de même pour un film [...]. Ce qui est contraire à notre combat, c'est d'empêcher de mettre dans nos films ce que nous avons envie d'y mettre. Car nous aussi, nous sommes capables d'avoir du bon sens et beaucoup plus que tous les censeurs réunis."

Pour Fadika Kramo, le personnage atypique qu'était Desiré Ecaré aurait pu faire beaucoup plus que cette filmographie, "parce qu'il en avait les moyens." Le cinéaste disparu était membre de l'Académie des sciences, des cultures d'Afrique, des arts et des diasporas africaines (Ascad).



Kozoloa YÉO

Avant lui, c'est Yéo Kozoloa que la Côte d'ivoire pleurait, le 14 septembre 2008. Auteur de plusieurs films publicitaires, il se révèle aux cinéphiles avec le film Petanqui, sorti en 1983. Cette œuvre de fiction, qui a reçu un prix dans l'ex-URSS a accueilli comme personnages Douta Seck, Sijiri Bakaba et Souleymane Koly.
Suivra un long silence de 17 ans au bout duquel écloront Les trois bracelets, en 2001. Très attendu, le film n'obtiendra pas cependant pas les ovations que le public réserve à ceux dont le come back est source de vibrante communion.
D'abord interdit aux moins de 13 ans, le film a été finalement jugé immoral et pornographique par la Commission nationale de la censure cinématographique. le cinéaste avait estimé que la vraie raison de cette censure se trouverait dans le fait d'avoir montré un charnier. Ce second long métrage a néanmoins été sélectionné au FESPACO 2001.

En janvier 2008, Yéo Kozoloa avait créé le Festival international de films documentaires, publicitaires et industriels de Korhogo (Festiko) qui lui tenait à cœur.

Fortuné Bationo

haut de page


   liens films

À nous deux, France ! 1970
Désiré Écaré

Concerto pour un exil 1968
Désiré Écaré

Pétanqui 1983
Kozoloa Yéo

Trois bracelets (Les) 2001
Kozoloa Yéo

Visages de femmes [réal: Désiré Écaré] 1985
Désiré Écaré


   liens artistes

Bakaba Sidiki


Écaré Désiré


Koly Souleymane


Seck Douta


Yéo Kozoloa


   liens structures

Ciné Connexion
Côte d'Ivoire | ABIDJAN

Fraternité Matin
Côte d'Ivoire | Abidjan 06

haut de page



   vos commentaires
vos commentaires sur cet entretien :
   
 
  ajouter un commentaire
   

haut de page